Home Politique Présidentielle 2020 : la Côte d’Ivoire va-t-elle rentrer dans l’histoire ?

Présidentielle 2020 : la Côte d’Ivoire va-t-elle rentrer dans l’histoire ?

Présidentielle 2020 : la Côte d’Ivoire va-t-elle rentrer dans l’histoire ?
Présidentielle 2020 : la Côte d’Ivoire va-t-elle rentrer dans l’histoire ?

La Côte d’Ivoire va t-elle vers une élection présidentielle sans partis d’oppositions?

Les élections présidentielles en Côte d’Ivoire, sauf changement de dernière minute, se tiendront le 31 octobre prochain. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que le pays risque de marquer un grand pas dans l’histoire des pays démocratiques.

LA Côte d’Ivoire va-t-elle être le seul pays, depuis l’ère du multipartisme en Afrique, à aller à des élections présidentielles, sans la présence de l’opposition ? C’est la question qui brûle les lèvres de plusieurs observateurs de la politique ivoirienne. Et, c’est ce à quoi le pays de feu Félix Houphouët-Boigny, risque d’assister au vue de la tournure que prennent les choses.

Lire aussi:   Réaménagement du Gouvernement en Côte-d’Ivoire: Thierry TANOH “remplacé” par Abdourahmane Cissé

Depuis le coup d’Etat de 1999, qui a vu la prise du pouvoir du Général Guéi Robert, l’opposition, ou du moins, une partie d’elle, a toujours été associée aux élections présidentielles. Ce serait donc une première pour le pays d’aller aux scrutins sans une présence des partis de l’opposition. Chose qui, on le sait, pourrait fortement discréditer les résultats des échéances à venir. Mais aussi, compromettre l’image d’un pays dit démocratique comme la Côte d’Ivoire.

Surtout que, ce sont des partis tels, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda), le plus vieux parti du pays ; les deux tendances du Front populaire ivoirien (Fpi) ; l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), l’un des partis le plus représentatif dans le pays et Générations et peuple solidaire, parti dirigé par Guillaume Soro, qui manqueraient à l’appel. Seul Kouadio Konan Bertin dit KKB, candidat indépendant, est dans la course face au président sortant Alassane Ouattara.

Lire aussi:   Donald Trump testé positif au coronavirus

Que doit donc faire le régime en place pour donner encore une chance à des élections apaisées ? La rencontre entre les deux protagonistes (pouvoir-opposition), qui s’est tenue hier mercredi 21 octobre, s’est, visiblement, encore soldée par un échec. « Gouvernement appelle les partis politiques à lever, sans délai, le mot d’ordre de désobéissance civile, à s’inscrire définitivement dans la voie du dialogue et à œuvrer pour un déroulement apaisé de l’élection présidentielle du samedi 31 octobre 2020 », a invité le gouvernement. L’opposition pour sa part, est et demeure figée dans sa position avec la désobéissance civile, qui continue d’être suivie à plusieurs endroits du pays. A noter que plusieurs morts et des dégâts matériels ont été enregistrés ces deux dernières semaines.

Lire aussi:   Fait inédit à Labé : venu voter, un homme s'évanouit et meurt quelques minutes après…


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here