Home Politique Poutine finira-t-il par lâcher la junte au Mali ? Les cas Gbagbo...

Poutine finira-t-il par lâcher la junte au Mali ? Les cas Gbagbo et Kadhafi qui doivent interpeller

Poutine finira-t-il par lâcher la junte au Mali ? Les cas Gbagbo et Kadhafi qui doivent interpeller
Poutine finira-t-il par lâcher la junte au Mali ? Les cas Gbagbo et Kadhafi qui doivent interpeller

À Bamako, les manifestations devant l’ambassade de Russie, se multiplient. Sans doute sous l’impulsion de la junte au pouvoir, pliée par les pressions extérieures déployées par une partie de la communauté internationale, au premier rang de laquelle, la France. Les intentions de la junte et de ses soutiens locaux se font suffisamment clairs. 

Rassurer Moscou du soutien total du peuple Malien, de sorte à pousser les maîtres du Kremlin à franchir le pas, et se résoudre à s’engager pleinement dans le conflit comme c’est le cas en Centrafrique. Le contexte géopolitique actuel prédispose la Russie à se laisser tenter par une Odyssée dans le Sahel. Le Mali, mutilé par des conflits armés, représente un terrain de manœuvre parfait avec une puissance militaire Russe, rompue à la guerre contre le terrorisme avec des engagements similaires en Tchétchénie, et ce après une guerre d’usure menée dans les années 1980 contre les Moudjahidines en Afghanistan. 

Lire aussi:   Mali : L’Armée dénonce la diffusion d’une vidéo de « propagande » terroriste

Cependant, les réalités géostratégiques rendent complexes toute immixtion d’une puissance dans le precarre d’une autre au point de s’oser à lui ravir des territoires. L’expérience diplomatique dans la gestion des conflits en Afrique depuis la fin de la guerre froide, pourrait amener les autorités militaires en place à Bamako depuis ce 25 Mai, date de la démission effective du président de la transition civile, Bah Ndaw, à revoir leurs ambitions à la baisse. Ni en Côte d’ivoire en 2004, puis en 2011, ni en Libye, le soutien diplomatique de Moscou aux Nations Unies n’a été durable. 

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Abidjan, Tehfour Koné aux gouvernants : «Si vous écoutez le RACI, on va partager le pouvoir en 2020»

Après quelques velléités de résistance aux résolutions des Occidentaux, la Russie s’est constamment rétractée, abandonnant ses alliés circonstanciels à leur sort. Laurent Gbagbo et Mouammar Kadhafi l’ont appris à leurs dépens. Assimi Goita et les siens jouiront-t-ils d’un sort différent en cas de confrontation épique avec l’ogre Français, déterminé à discipliner les trublions de Bamako ?

Le bras de fer Moscou-Paris sur l’échiquier Malien, n’est qu’à ses débuts. Des rebondissements des plus imprévisibles sont à prévoir.

Lire aussi:   Blé Goudé « est bel et bien poursuivi en Côte-d’Ivoire pour les mêmes faits que devant la CPI » (avocat, interview)

Raoul Mobio

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here