Home Politique Plainte du président du Fpi contre les dissidents: la justice tranche aujourd’hui

Plainte du président du Fpi contre les dissidents: la justice tranche aujourd’hui

Sauf changement de dernière heure, la justice rendra aujourd’hui une décision sur la plainte de Pascal Affi N’Guessan contre les dissidents du Front populaire ivoirien (Fpi), dans l’utilisation des logos, nom et titres du parti. Le Premier ministre a porté plainte, lundi, devant la première instance pour «usurpation de titre » contre Sangaré Abou Drahamane, Laurent Akoun, Koné Boubacar et Marie-Odette Lorougnon qui utilisent les titres de secrétaire général, de porte-parole du président ou président délégué et de vice-président chargé de la mobilisation des organisations féminines.

Lire aussi:   La Haye/Côte-d’Ivoire: Une forte délégation des ressortissants de Gagnoa chez Blé Goudé

En effet, selon lui, l’attitude des dissidents va à l’encontre de la décision rendue le 3 avril 2015 par le tribunal de première instance sur la crise au Fpi. Celle-ci interdit formellement aux adversaires du président Affi l’usage du logo, de l’entête du Fpi ou de parler en son nom. La décision indique que toute contravention à cette mesure expose les contrevenant à une amende de 10 millions de francs Cfa.

Lire aussi:   Hanny Tchelley donne des nouvelles fraîches de Gbagbo et Blé Goudé et prévient : Que personne ne nous mêle à ses rêves et ambitions politiques sinon...

C’est justement à ce manquement que se sont adonné, ces derniers temps, les dissidents du parti à la rose. A la faveur de la récente tournée organisée dans les communes du district d’Abidjan, les personnalités ci-dessus indiquées ont dénié à Pasacl Affi N’Guessan son statut de président du Front populaire ivoirien. Ils ont soutenu que celui-ci ne fait plus partie de la direction du parti et se sont présentés comme les responsables de la formation politique.

Lire aussi:   La production des nouvelles cartes d’identité en Côte-d’Ivoire démarre début janvier 2020 (ministre)

Pascal Affi N’Guessan a décidé de se référer à la justice pour défendre ses droits.

César Ebrokié

Africatime CI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here