HomePolitiquePeut-on comparer Gbagbo à Mandela et Sankara ? Johnny Patcheko répond

Peut-on comparer Gbagbo à Mandela et Sankara ? Johnny Patcheko répond

Peut-on comparer Gbagbo à Mandela et Sankara ? Johnny Patcheko répond
Peut-on comparer Gbagbo à Mandela et Sankara ? Johnny Patcheko répond

Le cyberactiviste le plus célèbre de la toile ivoire, Koukougnon Christ Yvon alias Johnny Patcheko, vient de lâcher une affirmation qui risque d’outrer les aficionados du président Laurent Gbagbo.

À écouter les défenseurs du Woudi de Mama, leur champion, victime d’injustice, est un panafricaniste de la trempe de Thomas Sankara et de Nelson Mandela. Vu son combat pour la véritable indépendance de la Côte d’Ivoire qui lui a valu les griefs des »impérialistes », Laurent Gbagbo a adopté, épousé l’idéologie des souverainistes tel Patrice Lumumba. Mais pour Johnny Patcheko qui s’exprime à travers un FacebookLive sur sa page ce mardi 13 Avril, l’on ne devrait comparer Gbagbo à Mandela encore moins à Sankara.

Lire aussi:   CAN 2019 : La Côte d'Ivoire éliminée aux pénaltys par l'Algérie qui va en demi-finale contre le Nigeria

Pour étayer son propos, Johnny s’appuie sur le financement de la campagne présidentielle de Jacques Chirac dont Gbagbo révèle avoir financé dans les lignes de l’un de ses livres paru alors qu’il était encore détenu à la Haye. Un souverainiste aurait-il appuyé la campagne électorale d’un européen ? interroge Johnny.

Pour le cyberactiviste, les supporters du Woudi le comparent à Nelson Mandela parce que les deux hommes politiques ont en commun, la prison. La trame du destin de Gbagbo dont ils rêvent est celle d’un ex-prisonnier qui devient président, comme Mandela. Koukougnon Christ refuse qu’on compare le natif de Mama à Mandela, encore moins à Sankara, parce qu’ils ne sont pas de la même dimension. Comparant la libération de Mandela et de Gbagbo, il affirme que celle du sud-africain a été saluée par le monde entier par des déclarations émanant d’illustres personnalités adoubée de visites alors que l’acquittement de l’ivoirien n’a pas suscité grand intérêt, d’où la différence entre les deux leaders.

Lire aussi:   Retour de Gbagbo : voici le pagne prévu pour ce grand jour

Il termine son direct en disant que ça été un gâchis que la Côte d’Ivoire n’ait pas eu à sa tête le président Ouattara, dès la mort d’Houphouët, pour continuer son développement au lieu de perdre du temps avec des dirigeants qui ne lui ont pas apporté grand-chose.

source: opera