HomePolitiquePas de meetings politiques pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude une...

Pas de meetings politiques pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude une fois en Côte d’Ivoire

Pas de meetings politiques pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude une fois en Côte d'Ivoire
Pas de meetings politiques pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude une fois en Côte d'Ivoire

Le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goude seront-ils autorisés à organiser des rassemblements publics et autres meetings politiques une fois rentrés en Côte d’Ivoire ? Difficile de répondre à cette interrogation, tant les informations en notre possession relatives à ce sujet ne sont pas rassurantes.

En effet, il revient de façon récurrente que les autorités ivoiriennes seraient non seulement opposées à un rassemblement de masses pour l’accueil du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goude à Abidjan mais également convaincues du charisme et la capacité de mobilisation des deux anciens pensionnaires de la prison de La Haye, elles redouteraient un mouvement de masses dont elles ne disposent pas de moyens d’encadrer ou de canaliser.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: La coalition pro-Gbagbo, EDS annonce un meeting samedi à Yopougon pour protester contre la non-réforme de la CEI exigée

Les tenants du pouvoir ivoirien entendent donc prendre dans les jours ou semaines à venir des mesures visant à restreindre les libertés publiques sur une longue période. Et le prétexte officiel tout trouvé serait la recrudescence de la pandémie du coronavirus en Côte d’Ivoire.

Mais officieusement, selon nos sources, cette mesure d’interdiction des rassemblements publics en préparation viserait plutôt les milliers d’Ivoiriens qui s’activent en ce moment à réserver au président Laurent Gbagbo et au ministre Charles Blé Goude un accueil des plus populaires et une mobilisation gigantesque.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Paulin Danho élu président de l'Uvicoci ce jour


Toujours selon nos sources, plusieurs plans d’accueil à Abidjan des deux acquittés auraient été déjà proposés par les autorités ivoiriennes au Greffe de la Cour pénale internationale. Vrai ou faux ! Attendons de voir.