HomePolitiqueOpposition ivoirienne : le camp Soro accuse le PDCI et le FPI...

Opposition ivoirienne : le camp Soro accuse le PDCI et le FPI de négocier pour leurs prisonniers

Opposition ivoirienne : le camp Soro accuse le PDCI et le FPI de négocier pour leurs prisonniers
Opposition ivoirienne : le camp Soro accuse le PDCI et le FPI de négocier pour leurs prisonniers


La participation de l’Opposition ivoirienne aux législatives 2021 est remise en cause par le camp Guillaume Soro et plusieurs acteurs de la société civile qui dénoncent un changement de cap en porte-à-faux avec les exigences de l’opposition entière.

Générations et peuples solidaires (GPS) de Guillaume Soro, Union des sociaux-démocrates (USD) de Henri Niava et Parti ivoirien des travailleurs (PIT) de Daniel Aka Ahizi sont les plus illustres des sept (7) partis et groupements politiques opposés à la participation de l’opposition aux prochaines législatives.

Lire aussi:   Me Suy Bi, avocat PDCI révèle : voici le seul schéma possible en cas de report de la présidentielle ivoirienne 2020

Et pour cause, ces partis et groupements reprochent à leurs camarades de l’opposition d’avoir renoncé aux préalables et exigences préalables à tout dialogue conformément à la déclaration de la Cdrp du 13 novembre 2020. Pour ce faire, ils animent une conférence de presse ce lundi 11 janvier 2021 à Abidjan, Cocody, Riviera.

L’un des sofas de Guillaume Soro, en l’occurrence Kader Diarrassouba criait le 7 janvier dernier son ras-le-bol contre le désintérêt des alliés de l’opposition vis-à-vis de l’emprisonnement des proches de Soro. « Certains sont dans petits calculs nombrilistes : un passeport pour l’un pas pour l’autre. Certains négocient pour leurs prisonniers pas pour les autres… », regrettait-il sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: Le micro parti d’Alcide Djédjé, Concorde accueilli à “bras ouverts” au RHDP

Cette position est partagée par la Fondation ivoirienne pour les droits de l’homme et de la vie politique (Fidhop) de Dr Boga Sako qui rappelle les préalables de l’opposition : découpage électoral favorable au RHDP ? Commission électorale indépendante (CEI) non reformée, listes électorales non auditées, sort des prisonniers politiques, militaires et exilés…sont entre autres ces exigences de l’opposition.