Home Politique Nouveau parti politique de Gbagbo : les probables noms en coulisse (BAS)

Nouveau parti politique de Gbagbo : les probables noms en coulisse (BAS)

Nouveau parti politique de Gbagbo : les probables noms en coulisse (BAS)
Nouveau parti politique de Gbagbo : les probables noms en coulisse (BAS)

L’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo a décidé, face aux instances de la branche du Front populaire ivoirien (FPI) qu’il régentait, le lundi 9 août dernier, de créer un nouveau parti politique. Selon le journaliste émérite Bamba Alex Souleymane qui épouse également le surnom BAS par siglaison, des propositions de noms du futur parti existent déjà.

« Au-delà des différentes analyses et hypothèses émises à raison par les uns et les autres, des pistes politiques autres, existaient. Plus encore, les hypothèses ou propositions de noms, foisonnent: 1-Le Front. 2-Le Front-uni. 3-Le Front ivoirien uni. 4-Le Front national ivoirien. Bref, autant d’alternatives pour nommer un parti », a-t-il révélé sur la plateforme Confrère journaliste, hier mardi 10 août 2021.

Lire aussi:   La Côte-d’Ivoire participe à la 66e session du Comité exécutif du Fonds commun pour les produits de base au Pays-Bas

Par ailleurs, Bamba Alex Souleymane croit savoir que cette décision du Woody de Mama de créer ce nouveau parti n’a pas été prise illico. Loin s’en faut !

« Il (Gbagbo, Ndlr) a tiré les enseignements de ses relations avec les uns et les autres: dans son parti comme avec des alliés circonstanciels (politiques, religieux de tous acabits, communicants inconsistants et autres obscurs financiers et hommes d’affaires véreux). Dans sa prison, il a dû méditer sur cet univers surréaliste. Plus encore, il a pu, fort probablement, mûrir le scénario qui est en train de s’écrire actuellement sous nos yeux. Depuis son acquittement, il a dû méditer son futur intrinsèque et…sur son futur probable ou lointain. Aussi, ne suis-je pas, loin de penser que, la décision de rompre les amarres et de « larguer » le FPI » ancien, n’avait dejà, plausiblement, été arretée voire prise. Restait peut-être, à en trouver la forme et la circonstance. Les deux hypothèses ont eu pour exutoire, le palais de la culture de Treichville. Dépositaire de la conscience morale, leader incontesté du FPI. Leader charismatique et iconique de ce parti, Gbagbo qui en incarne et l’esprit et l’idéologie, avait une claire conscience des contradictions et convulsions qui minaient le FPI. Rien ne l’a surpris. Puis-je donc seriner que, sa décision de faire « tabula rasa »(table rase), sur plusieurs passés tristes, a résulté de réflexions bien antérieures à son retour, le 17 Juin, en Côte d’Ivoire, son pays », a-t-il fait comprendre.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Une nouvelle plateforme (CEDD) mis sur pied invite le gouvernement au dialogue

Puis d’insister : « Ce scénario était écrit. Gbagbo savait tout des intrigues et manigances d’appareil. Lui, le chef, ne pouvait s’offrir en spectacle. Il ne pouvait en rien, accepter que l’on lui contestât son leadership. Tout ce qui a rythmé le palais de la culture de Treichville, a obéit au rituel politique sacrificiel: exorciser les fantasmes du passé. Invoquer l’esprit des mânes, pour expier les éventuels péchés ou actes manqués. Appeler la bénédiction du St père ainsi que sa miséricorde infinie sur le nouveau-né. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here