Home Politique Nouveau parti de Gbagbo: Koné Katinan dévoile le principal défi du Congrès

Nouveau parti de Gbagbo: Koné Katinan dévoile le principal défi du Congrès

Nouveau parti de Gbagbo: Koné Katinan dévoile le principal défi du Congrès
Nouveau parti de Gbagbo: Koné Katinan dévoile le principal défi du Congrès

Président de la commission Communication des préparatifs du congrès constitutif du nouveau parti du président Laurent Gbagbo, Justin Koné Katinan, était invité sur le plateau de Nci 360. Il s’est également prononcé sur l’actualité.  Ci-dessous de larges extraits.

Nous attendons du monde au Congrès les 16 et 17 octobre prochains

Les choses se passent très bien. Pour nous, après le retour du président Laurent Gbagbo, qui a été pour nous un élément déclencheur, qui reste un élément très important, très majeur pour la Côte d’Ivoire, le Congrès que nous préparons les 16 et 17 octobre prochains, est pour nous, le second événement qui prend de l’ampleur parce qu’il s’agit de donner de nouvelles perspectives. Nous avons, devant ces besoins de cette jeunesse, de nouvelles propositions, de nouvelles perspectives. Il faut donner une réponse politique parce que de toutes les façons, les réponses à nos problèmes ne peuvent être que d’ordre politique.

Puisque c’est la politique qui permet de gérer donc la société, la cité. Donc, nous sommes très prêts, nous voulons que ce soit une occasion de grande fête comme toujours quand il s’agit du président Laurent Gbagbo, les choses drainent toujours du monde. Donc, les 16 et 17, nous voulons vraiment du monde à l’Hôtel Ivoire. Evidemment, il y a 1600 personnes qui vont pour les travaux scientifiques ainsi de suite, mais le monde autour de la fête, le caractère festif sera bien maintenu. Donc, nous attendons du monde et nous allons mobiliser pour qu’il y ait du monde et que ce soit une grande fête

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: Amadou Gon Coulibaly nommé nouveau Premier ministre

Le principal défi de ce Congrès

Oui, le principal défi de ce congrès, c’est de mettre ensemble la gauche, même au-delà. Parce qu’il faut toujours tirer des leçons d’autres expériences. Et le président Laurent Gbagbo qui a fait pratiquement 10 ans d’isolement, qui a eu le temps du recul et de l’analyse, s’est dit qu’on gagnerait effectivement à organiser toute la gauche ivoirienne et même au-delà en incluant une dimension panafricaine parce qu’aujourd’hui, les questions transcendantales sont énormes. On se rend compte qu’aucun pays, à lui seul, ne peut s’en sortir et donc, il faut lui introduire une dimension panafricaine. Donc, une grande gauche ivoirienne associée à la gauche africaine pour de nouvelles perspectives pour l’Afrique.

Lire aussi:   Pr Bakayoko Ly Ramata appelle à prendre le train de la modernité à Dimbokro

La séparation d’avec Affi N’guessan

Quand je suis avec vous et que je ne suis pas d’accord avec vous, je démissionne. Je n’attends pas que nous soyons séparés avant de dire que je n’étais pas d’accord avec vous. Je ne voulais vraiment pas faire de polémique là-dessus, parce que ce genre de rapport-là, ça manque d’honnêteté et moi, je n’aime pas les rapports qui manquent d’honnêteté (…). Pascal Affi N’guessan, pour nous, n’est plus notre camarade. Ça, on ne va pas refaire le débat, ici. C’est fini. On a donné toutes les possibilités, ça n’a pas marché.

Ce que Gbagbo propose aujourd’hui, c’est le rassemblement de cette gauche

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : En réunion à Yopougon, Nestor Dahi et trois de ses amis de la jeunesse du FPI arrêtés

Nous avons toujours été un parti de gauche. Ce que le président Gbagbo propose aujourd’hui, c’est le rassemblement de cette gauche qui était éparpillée autour d’un mouvement central puissant, qui puisse converger toutes les intelligences et toutes les énergies des Hommes de gauche y compris la Côte d’Ivoire. Mais la gauche au niveau de l’Afrique. Regardons très bien. Chaque fois que l’Afrique s’est réunie pour faire face aux défis, elle gagne.

L’exemple, c’est le Rda (Ndlr : Rassemblement démocratique africain). Pour gagner le défi des indépendances, il a fallu que l’Afrique cristallise toutes ses énergies autour d’un certain nombre de valeurs qui était la liberté des peuples et l’Afrique a gagné. C’est quand nous avons commencé à aller en rangs dispersés que nous nous sommes affaiblis. Donc, nous avons déjà une expérience et je pense que c’est cette expérience-là, que nous voulons proposer quand nous parlons de panafricanisme.

 

Afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here