HomePolitique« Nous savions que la désobéissance civile n’était pas la meilleure solution...

« Nous savions que la désobéissance civile n’était pas la meilleure solution » (Affi N’Guessan à Port-Bouët)

« Nous savions que la désobéissance civile n’était pas la meilleure solution » (Affi N’Guessan à Port-Bouët)
« Nous savions que la désobéissance civile n’était pas la meilleure solution » (Affi N’Guessan à Port-Bouët)

L’investiture des candidats de la commune de Port-Bouët du Front populaire ivoirien (FPI) aux élections législatives du 6 mars 2021 s’est tenue le mardi 23 février 2021 au foyer des jeunes d’Adjouffou. Selon Pascal Affi N’Guessan, « c’est le moment pour le FPI de renaitre de ses cendres » et « de se repositionner et de marcher vaillamment vers la victoire de 2025 ».

Affi N’Guessan a participé à l’investiture des deux candidats de son parti aux législatives de mars 2021 dans la commune de Port-Bouët. Il s’agit de Randal Xavier Faiphout avec pour suppléante Clarisse Apo Assa et Simone Amelan N’Guessan qui a pour suppléant Florent Koumoué Koffi. A la faveur de cette investiture, Affi s’est voulu plus clair sur la « désobéissance civile » suite à la création du Conseil national de Transition (CNT).

Lire aussi:   Libération de Pascal Affi N’Guessan : « des cadres du RHDP choqués »

« Tout ce qui nous restait comme solution, c’était la rue, c’était le boycott, la désobéissance civile avec tous les risques que cela comportait. Mais nous avons accepté de prendre ces risques parce que l’avenir de la Côte d’Ivoire en dépendait. Cependant, nous connaissons le bilan au plan humain, matériel et nous savions que ce n’était pas la meilleure solution », a expliqué Pascal Affi N’Guessan.

« Mais dans certaines circonstances, il faut faire usage des seuls moyens qui sont à votre disposition. Si nous voulons que demain ce qui s’est passé en 2020 ne se reproduise pas, il faut que le débat ait lieu à l’Assemblée, que l’opposition soit suffisamment forte et dominance à l’hémicycle pour équilibrer le pouvoir. De sorte que si le RHDP a le gouvernement, l’opposition aussi ait l’Assemblée et que les deux entités, pouvoir et opposition soient condamné à discuter, à s’entendre pour que la Côte d’Ivoire avance », a-t-il précisé.

Lire aussi:   Désobéissance civile/ Depuis Abengourou, Ouattara met en garde ceux qui commettent ces actes

Selon lui, « aujourd’hui tout le monde est d’accord pour appeler à la participation électorale. Donc, nous sommes sûr que cette année, la participation électorale va s’améliorer. C’est le moment pour le FPI de renaitre de ses cendres, de se repositionner et de marcher vaillamment vers la victoire de 2025. Il faut qu’on gagne à Port-Bouët pour marquer les esprits, pour montrer que nous sommes prêts à revenir au pouvoir. C’est pourquoi, nous avons cette candidature ici à Port-Bouët.

Lire aussi:   Mévente du cacao ivoirien: Ouattara trouve la solution