HomePolitiqueMésentente au sein de l’opposition : Danielle Boni-Claverie accuse le PDCI et...

Mésentente au sein de l’opposition : Danielle Boni-Claverie accuse le PDCI et le FPI pro Gbagbo

Mésentente au sein de l'opposition : Danielle Boni-Claverie accuse le PDCI et le FPI pro Gbagbo
Mésentente au sein de l'opposition : Danielle Boni-Claverie accuse le PDCI et le FPI pro Gbagbo

A l’issue du Conseil des ministres tenu le mercredi 30 décembre 2020 dernier, le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, Sidi Tiémoko Touré, a annoncé que les élections pour la législature 2021-2025, auront lieu le samedi 06 mars 2021.

Les différents états-majors des partis politiques en Côte d’Ivoire mais aussi ceux des candidats indépendants sont donc dans les starting-blocks pour affûter leurs armes en vue de remporter ces élections législatives.

Mais à l’étape du choix des différentes listes à la candidature, de nombreuses dissensions se signalent au sein des partis politiques membres de la coalition de l’opposition. Certains partis crient à l’injustice des choix des candidats face à une main mise des grands partis, le PDCI, du président Henri Konan Bedié, et le FPI pro Laurent Gbagbo.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Le porte-parole du gouvernement après un conseil des ministres annonce un message «très fort» du chef de l'État

Une situation totalement décriée par la présidente de l’URD, Madame Danielle Boni-Claverie.

Boni-Claverie :

» L’Urd dans sa lutte pour le respect des libertés collectives et individuelles et dans sa recherche d’une réelle pratique démocratique au sein des Institutions n’a eu de cesse de favoriser le rapprochement et la discussion entre les partis politiques de l’opposition. D’où sa profonde satisfaction de la formation d’une large coalition de l’opposition qui offrait au peuple ivoirien les perspectives d’une renaissance politique.

C’est toujours animée de cet esprit que l’Urd a décidé de participer aux élections législatives contre l’avis de 7 partis de l’opposition qui se sont désolidarisés de ce choix de la coalition avec des arguments logiques et respectables. Mais l’Urd dans son appréciation de la dure réalité a préféré la « participation » avec tous les risques que cela génère plutôt que le « boycott ».

Lire aussi:   3ème mandat Ouattara: Chris Yapi lance un appel au PDCI, « Bédié risque d’être isolé s’il va aux élections sans Gbagbo et Soro »

Mal nous en a pris !

Oubliées les listes communes, adieu à la solidarité, à la cohésion qui donnaient ainsi des chances à l’opposition unie de l’emporter.

Malheureusement, sous l’impulsion hégémonique des 2 grands partis que sont le Pdci et le FPI de Laurent Gbagbo, les alliés sont écartés sans ménagement, avec beaucoup de mépris.

Tout en regrettant que cette voie commune ait été abandonnée, l’Urd a décidé de présenter des candidats en faisant des alliances ponctuelles selon les régions.

Lire aussi:   Législatives à Yopougon : L’opposition présente 2 candidats Pdci, 3 candidats Fpi et un candidat EDS

Nous sommes conscients que cet émiettement n’est pas favorable à l’opposition et va à l’encontre du projet initial de la coalition autour du renforcement de son unité pour se rendre plus forte.

De toute façon, le temps du bilan est proche et les cicatrices de cet affrontement interne amèneront certainement l’opposition à se redéfinir et à se recomposer pour enfin traduire les vraies aspirations de nos compatriotes. »

Ces mésententes seront-elles défavorables, lors des législatives, à l’opposition face au RHDP, le parti au pouvoir ?

La suite des événements nous le dira.