Home Politique Mensonge et mystification au sommet de l’Etat, révélation sur la supposée fortune...

Mensonge et mystification au sommet de l’Etat, révélation sur la supposée fortune et les soutiens fictifs de Ouattara (Chris Yapi)

Mensonge et mystification au sommet de l'Etat, révélation sur la supposée fortune et les soutiens fictifs de Ouattara (Chris Yapi)
Mensonge et mystification au sommet de l'Etat, révélation sur la supposée fortune et les soutiens fictifs de Ouattara (Chris Yapi)

Au commencement de sa carrière politique tardive en Côte d’Ivoire, après avoir été introduit auprès du Président Félix Houphouët-Boigny par l’entregent de Dominique Ouattara qui deviendra plus tard son épouse, Alassane Ouattara a servi aux Ivoiriens une histoire à dormir debout. Il a prétendu qu’il était plein aux as, riche à volonté. Il s’était autoproclamé propriétaire de châteaux, de bateaux, d’avions et de fonds énormes. Et comme vous le savez, plus le mensonge est gros, mieux il passe dans une opinion manipulée. Chris Yapi a pu retrouver les traces des petites cotisations et autres aides apportées par les uns et les autres, ainsi que les comptes bancaires par lesquels les fonds ont transité avant d’atterrir dans la poche d’Alassane Dramane Ouattara.

Pour en revenir à sa supposée fortune, répétons-le, Alassane Ouattara n’avait ni avion ni bateau, comme il l’a laissé croire. En fait d’utilisation d’avion, comme on a pu le voir lors la campagne électorale de 2010, il s’agissait plutôt d’un aéronef appartenant à un ami du Président burkinabè Blaise Compaoré, un certain David Tokoph, aujourd’hui disparu dans un accident d’avion. À la demande de Blaise Compaoré, ce dernier mettait son avion à la disposition d’Alassane Ouattara pour certains déplacements et c’est le Président Compaoré qui payait les factures. C’est donc grâce à celui-ci, qu’Alassane Ouattara a pu rivaliser avec Laurent Gbagbo et faire bonne figure auprès de l’opinion. Les Ivoiriens qui l’ont vu battre campagne à bord d’un jet privé ont été convaincus de la prétendue immense fortune de cet homme.

Mais, la facture de la location du jet privé pour la campagne de 2010 aurait dû être payée après son élection et son installation au pouvoir. Là encore, Alassane Ouattara a trahi ses engagements. M. David Tokoph est mort sans entrer en possession de son dû, Alassane Ouattara ayant rusé avec l’homme, refusant de reconnaître l’intégralité de sa dette.

Paradoxalement, Alassane Dramane Ouattara, le faux milliardaire, aura été le président le plus dépensier de toute l’histoire de la Côte d’Ivoire. En deux mandats, il a aligné les dépenses somptuaires et dépassé en termes d’extravagances, tous ses illustres prédécesseurs. À partir de 2011, le président ivoirien se mit à multiplier les achats d’avions. Ainsi, le parc présidentiel compte aujourd’hui :


– 01 avion Boeing 727

– 01 avion Airbus A319-133 CJ

– 01 avion Gulfstream 5 de Grumman qui appartenait au patron de Toyota

– 01 avion Beechcraft 1900D

– 01 avion Beechcraft Super King Air 350

– 01 hélicoptère présidentiel Agusta Westland 139

– 01 hélicoptère de transport de personnalités EH101 Merlin

– 01 hélicoptère de transport de personnalités SA330 Puma

– 01 hélicoptère de transport de personnalités SA316 Alouette

En somme, la flotte présidentielle d’Alassane Ouattara compte environ 10 aéronefs, alors que pour l’armée de l’air, il a seulement acquis :

Lire aussi:   3e mandat : Macky Sall s'attire la foudre des proches de Ouattara

– 01 avion Airbus CASA C295 W de transport de troupes

– 02 avions Antonov 26 de transport de troupes et d2 matériel

– 03 hélicoptères de combat de type MI 24

– 01 hélicoptère de transport de type MI 17

Rappelons que le 27 novembre 2019, deux hélicoptères MI 24 et MI 17 se sont heurtés à l’héliport de Katiola. Le MI 17 à l’arrêt, a été percuté par le MI 24 qui entamait son atterrissage. Dans la matinée du 18 mars 2020, a eu lieu le crash d’un autre de ces MI 24, lors de son décollage au GATL.

Le Président Laurent Gbagbo

En comparaison, on voit que le Président Laurent Gbagbo, en dix ans de présidence, n’a acheté aucun avion présidentiel. Il s’est contenté d’acheter du matériel de combat pour l’armée nationale. Ainsi, il a acquis :

– 01 avion Antonov 12 de transport de troupes

– 01 avion Antonov 26 de transport de troupes

– 02 avions d’attaque au sol Soukhoï SU 25

– 04 hélicoptères de combat dont 03 MI 24

Pour se déplacer, il utilisait un vieux Gulfstream 5. Mais lors de la crise postélectorale de 2010, Alassane Dramane Ouattara a fait bloquer cet appareil par la France, à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, où il était en entretien.

Le Président Henri Konan Bédié

Quant au Président Henri Konan Bédié, en six ans de présidence, il n’a acheté aucun avion présidentiel. Il se déplaçait à bord le Gulfstream 4 acquis par le Président Félix Houphouët-Boigny.

Le Président Robert Guéï

En 10 mois de présidence, le Général Robert Guéï n’a acquis aucun aéronef.

Le Président Houphouët-Boigny

Le Président Félix Houphouët-Boigny a acquis, au cours de ses 33 ans de présidence, les aéronefs suivants :

– 01 avion Gulfstream 2

– 01 avion Gulfstream 3

– 01 avion Gulfstream 4-

02 avions Fokker 27-

02 avions Fokker 28

– 01 avion Fokker 100

– 04 hélicoptères de transport

Les avions Fokker 27 et 28 ainsi que les 4 hélicoptères servaient aussi bien à la Présidence et qu’à l’armée de l’air ivoirienne.

Pour l’armée de l’air, le père fondateur avait acheté :

– 02 petits avions de courriers basés à la base aérienne de Bouaké

– 04 avions de guerre de type Alpha jet basés à Bouaké

Pour la compagnie aérienne nationale Air Ivoire, il a acheté :

– 03 avions Fokker 27

– 03 avions Fokker 28

– 02 avions Fokker 100

Il est important de noter qu’à l’époque, Air Ivoire était gérée par le Groupement Aérien de transport et de liaison (GATL) avec à sa tête le Général Coulibaly Abdoulaye. On parlait alors d’Air Ivoire/GATL

En somme, Alassane Ouattara a, à sa disposition, plus d’aéronefs que le Roi du Maroc qui ne dispose que de 02 Boeing (B747-VIP et B737-VIP) pour ses déplacements. Pour ses vols longs courriers, le souverain alaouite utilise un avion de la Royal Air Maroc (RAM). Alassane Ouattara a également plus d’avions que le président de la République fédérale du Nigeria. Ce dernier utilise pour ses déplacements un Boeing 737 Business Jet mis à sa disposition par les Forces aériennes nigérianes. Pour un président d’un pays pauvre très endetté (PPTE), Alassane Ouattara a plus d’appétit que certains monarques.

Lire aussi:   Front populaire ivoirien : Affi face aux journalistes, aujourd’hui

Pour ce qui est de son fameux carnet d’adresses et de son statut de protégé des États-Unis, il y a encore eu un enfumage des Ivoiriens. Alassane Ouattara n’a jamais été l’homme des Américains. La vérité est qu’il n’intéressait personne aux États-Unis. C’est plutôt deux personnes qui lui feront croire qu’il pouvait avoir le soutien des États-Unis : il s’agit de feu Mamadi Diané et d’Ibrahim Keïta, tous deux guinéens et installés au pays de l’Oncle Sam.

Mamadi Diané qui avait réussi à s’incruster dans le sillage du Président du Zaïre, Mobutu Sese Seko, avait grâce à ce dernier, connu certains diplomates américains dont le célèbre Hermann Cohen qui deviendra Sous-secrétaire d’État américain aux affaires africaines. Ibrahim Kéïta l’aida aussi à rencontrer quelques parlementaires du Black Caucus au Congrès américain. Mais les Français, surtout ceux de la gauche française, ne l’aimaient pas du tout. De carnet d’adresses donc, on se rend compte qu’Alassane Ouattara n’en avait point et qu’il ne faisait que sous-traiter via Mamadi Diané et Ibrahim Kéïta. Certes, pour quelqu’un qui avait été Premier ministre d’Houphouët-Boigny, il avait eu certains contacts. Mais, ceux-ci étaient désormais surannés et inopérants.

Alassane Ouattara se gargarisait également d’avoir une équipe de technocrates à sa solde et c’est bien là que sa forfaiture est mise à nu. Pourquoi ? Il n’y a qu’à considérer la nomination de son Premier Ministre actuel Hamed Bakayoko. Le CV de ce dernier est connu de tous les Ivoiriens. Après avoir été renvoyé du circuit scolaire en Côte d’Ivoire pour insuffisance de résultats (en fait, il a échoué deux fois au bac probatoire), Hamed Bakayoko est donc allé s’inscrire en terminale au Burkina Faso. Là-bas, il devint le président de l’association des élèves et étudiants ivoiriens vivant dans ce pays.

À la tête de cette organisation, il vola le don de 5 millions de FCFA que le Président Félix Houphouët-Boigny, via le Ministre Balla Kéïta, lui avait remis pour la caisse de solidarité de ces élèves ivoiriens au Burkina Faso. Dès qu’il a perçu l’argent, Hamed Bakayoko a fait ses valises la même nuit et dès l’aube a pris le premier train pour filer en Côte d’Ivoire. Ses condisciples ne lui ont jamais pardonné et ont cherché à le retrouver pour le lyncher. La même année, il a été déclaré admis au baccalauréat burkinabé. Tout le monde sait qu’à l’époque, ce bac socialiste était réputé moins difficile à obtenir que celui de Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Manifestations contre le 3e mandat: Alassane Ouattara, le dictateur, attend-il encore des morts avant de renoncer à son projet anticonstitutionnel?

À Abidjan, il bénéficia de la complaisance de feu Balla Kéïta, son mentor, qui était ministre de l’Éducation nationale, pour être admis à la faculté de médecine de l’université de Cocody. Et comme la complaisance se paye cash, il a été renvoyé après quatre années de fac au cours desquelles, il n’a jamais pu franchir le cap de la deuxième année, tant il cumula les redoublements. Hamed Bakayoko a certainement d’autres talents, mais il n’a pas le profil du technocrate qu’Alassane Ouattara nous avait promis.

C’est ainsi que le moindre examen du gouvernement Ouattara actuel confirme qu’il s’agit d’un lieu de recyclage de la médiocratie du pays. Tenez quelques noms d’individus sans structuration intellectuelle véritable qui y font office de thuriféraires :

– Kandia Camara

– Adjoumani Kobenan Kouassi

– Touré Mamadou

– Anne Désirée Ouloto

– Siaka Ouattara

– Myss Belmonde Dogo

– Sidi Tiémoko Touré

– Adama Bictogo et j’en passe.

Alassane Ouattara s’est essentiellement entouré de médiocres en espérant ainsi briller davantage, tel un borgne au pays des aveugles.

Au crépuscule de son destin, Alassane Ouattara est aujourd’hui. Il n’a ni le soutien de la France, ni celui des États-Unis. Les chefs d’État qui s’étaient mobilisés pour le porter au pouvoir en Côte d’Ivoire, ont tous été trahis. Les diplomates qui plaidaient sa cause à l’international, trouvent aujourd’hui qu’il est devenu méconnaissable et est en train de virer à une forme de folie douce. Ils s’en éloignent tous. Il a même escroqué de nombreux communicants politiques internationaux, détruisant ainsi ce qui lui restait d’image de marque à l’étranger. Même son entourage immédiat s’est clairsemé, victime de trahison. Cet entourage était essentiellement composé de Dominique Ouattara son épouse, Guillaume Soro, Amadou Gon Coulibaly, Daniel Kablan Duncan, Marcel Amon-Tanoh, Hamed Bakayoko, Téné Birahima Ouattara, son cadet.

Aujourd’hui Guillaume Soro et Amon Tanoh sont partis. Amadou Gon Coulibaly est décédé. Daniel Kablan Duncan a abandonné le bateau ivre de Dramane Ouattara, par une démission fracassante de la vice-présidence de la République. La confiance s’est rompue entre lui et Hamed Bakayoko, depuis que ce dernier a laissé pointer son ambition présidentielle.

Qui reste-il donc autour d’Alassane Ouattara ? Dominique Ouattara et Téné Birahima Ouattara. C’est ce trio isolé, nerveux, fiévreux et aux abois qui gouverne aujourd’hui la Côte d’Ivoire, en prenant des décisions axées essentiellement sur une stratégie de survie et pour leur maintien au pouvoir, coûte que coûte. Que le pouvoir soit, le monde fusse-t-il en périr ! Telle est la devise de ce bateau ivre. Autant dire qu’Alassane Ouattara s’est engouffré dans une logique politique à la fois pyromane et complètement suicidaire. On sent de loin, l’odeur de soufre d’une fin de règne inéluctable.

CHRIS YAPI NE MENT PAS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here