Home Politique Marche de l’opposition/Adjoumani : « J’ai vu des manifestants arrêter des voitures...

Marche de l’opposition/Adjoumani : « J’ai vu des manifestants arrêter des voitures et demander aux passagers de descendre afin de prendre des photos avec eux »

Marche de l'opposition/Adjoumani : « J'ai vu des manifestants arrêter des voitures et demander aux passagers de descendre afin de prendre des photos avec eux »
Marche de l'opposition/Adjoumani : « J'ai vu des manifestants arrêter des voitures et demander aux passagers de descendre afin de prendre des photos avec eux »

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani a créé le buzz sur les réseaux sociaux après son passage au cours de la soirée d’hier, dimanche 16 août, sur le plateau de la NCI, pour répondre aux questions d’Ali Diarassouba le journaliste locataire de la télé NCI, Assalé Tiémoko patron de l’Eléphant déchaîné et Félix Boni, éditorialiste.

L’illustre invité s’est enorgueilli des réalisations du président Alassane Ouattara, disant que même si Laurent Gbagbo était aujourd’hui de retour, il serait tellement émerveillé de voir ce qu’est devenu Abidjan et autant sublimé du nouveau visage de Gagnoa qu’il demanderait à Ado de rester encore vingt ans au pouvoir, pour continuer son œuvre de développement.

« Même quand tu n’aimes pas l’antilope, admire sa course », a-t-il suggéré, la voix stridente.

Concernant les manifestations anti-troisième mandat qui ont éclaté dans différentes villes du pays à l’appel de l’opposition, le ministre ne les a pas qualifiées de marches mais de tentative d’insurrection qui a buté sur un échec. Pour décrire cette banqueroute, il s’est adonné à cette description :

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Réexamen annoncé de composition de la CEI, l'APDH préconise une nouvelle commission apolitique

« J’ai vu des manifestants arrêter des voitures et demander aux passagers de descendre afin de prendre des photos avec eux et ensuite les publier sur les réseaux sociaux, pour faire croire au monde que la marche a réussi. »

Le ministre Adjoumani a déploré les incidents survenus à Daoukro et à Bonoua où notamment le commissariat a été brûlé. Il dit que les jeunes s’y sont montrés particulièrement virulents et qu’aujourd’hui la Côte d’Ivoire est dotée heureusement d’une police consciencieuse qui a su faire preuve de retenue.

Toujours concernant les marches, il rappelle que lorsque le RHDP organisait les siennes contre le pouvoir Gbagbo, lui, KKB, et bien d’autres leaders, se mettaient devant leurs militants pour protester tandis qu’aujourd’hui il constate que les grandes figures de l’opposition se cachent en demandant aux jeunes gens de prendre la rue au risque de leurs vies.

Lire aussi:   Affaire Adjoumani à la cathédrale : Oui, soutient notre source qui maintient que la ministre Anne Désirée Ouloto est celle qui a tout organisé

Le ministre Adjoumani explique aussi que les quelques manifestants ont dû brûler des pneus pour montrer des petits cieux noirâtres sur la toile afin de faire croire à l’opinion que la Côte d’Ivoire est incendiée, alors qu’il n’en est rien. Il précise qu’en France, les gilets jaunes ont tempêté mais n’ont pas pu pour autant déguerpir Macron du pouvoir, et que c’est ainsi que le pouvoir d’Abidjan est bâti sur des piliers solides et rassurants.

Lire aussi:   Martin Bléou, constitutionnaliste précise : Le projet du Président Alassane Ouattara est de doter la Côte d’Ivoire d’une nouvelle constitution et non de modifier la constitution actuelle

Assalé Tiemoko à gauche. Félix Boni à droite souriant tout le long de l’intervention du ministre qui se montrait parfois ironique en utilisant quelques fois des proverbes : « quand quelqu’un fait semblant de dormir, il est difficile de le réveiller… » ( en parlant de l’opposition )

Concernant le troisième mandat du président sortant, il a affirmé que l’opposition fait un abus de langage, un lapsus en utilisant le terme troisième mandat alors qu’il s’agit d’une simple candidature, et que le président n’a pas encore gagné l’élection pour qu’on lui prête déjà ce mandat. Toutefois, il ajoute ceci : « en disant troisième mandat, l’opposition elle-même nous donne déjà la victoire et on lui dit merci. Si le président gagne l’élection, il s’agira du premier mandat de la troisième République. »

Source: Autres Sources

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here