HomePolitiqueMamadou Touré dévoile un pan du projet de société de Gon et...

Mamadou Touré dévoile un pan du projet de société de Gon et donne raison à Yodé et Siro : « Ce qui sera priorisé, c’est la famille RHDP »

Mamadou Touré dévoile un pan du projet de société de Gon et donne raison à Yodé et Siro : « Ce qui sera priorisé, c’est la famille RHDP »
Mamadou Touré dévoile un pan du projet de société de Gon et donne raison à Yodé et Siro : « Ce qui sera priorisé, c’est la famille RHDP »

Le ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Touré Mamadou, était à la rencontre des dissidents de l’UDPCI, amenés par le ministre Laurent Tchagba, ex-bras droit d’Albert Toikeusse Mabri, le samedi 4 juin 2020, à la Fondation Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro. Il a dévoilé un pan du projet de société du RHDP au cas où le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly était élu président au soir de la présidentielle du 31 octobre 2020.

« Ce qui sera priorisé, c’est la famille RHDP et non la famille d’origine dont nous sommes issus », a déclaré Mamadou Touré, face aux 151 dissidents de l’UDPCI, comptés parmi ceux qui possèdent directement ou indirectement, un « tabouret » dans l’administration du Président Alassane Ouattara.

De façon précise, alors que certains militants de l’UDPCI favorables à Albert Toikeusse Mabri, le président du parti, reprochent au gouvernement du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, de les marginaliser, Mamadou Touré, proche de ce dernier s’est voulu rassurant, quant au projet que celui-ci compte défendre, en cas de victoire à la présidentielle d’octobre 2020.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: « Gbagbo devait soutenir Bédié en 1999 et en 2010 Bédié devait soutenir Gbagbo » (Guikahué)

« Le RHDP, nous sommes une famille. Tout le monde sera au même niveau de traitement, je veux qu’on soit jugé aux actes.  Quelle que soit la famille d’origine où on est issu, maintenant on se considère d’abord comme RHDP. Et nous en tant que responsables, l’égalité de traitement de tous les militants du RHDP quelle que soit leur famille d’origine doit-être la référence », a-t-il expliqué.

Précisant : « Et je m’engage pour le Haut-Sassandra, toutes les actions qui seront menées en faveur des jeunes, des femmes, ce qui sera priorisé, c’est la famille RHDP et non la famille d’origine dont nous sommes issus ». Une affirmation qui apporte de l’eau au moulin, une fois de plus, des détracteurs du parti présidentiel, qui dénoncent une propension au clanisme et au refus d’ouverture.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Violence sur les enseignants, l'ISEPPCI compte porter plainte devant les tribunaux et l'OIT

D’où l’expression du « tabouret » sur lequel ne doivent s’asseoir que des militants du RHDP, au détriment des autres Ivoiriens non militants de ce parti politique. Une politique du tabouret promue par Adama Bictogo, directeur exécutif du RHDP, récemment encore rappelée à Albert Toikeusse Mabri, par le ministre Sidiki Konaté. « Le dépôt des candidatures pour la présidentielle c’est en Juillet. Fin Juillet, tous ceux qui sont candidats dans le pays vont déposer leurs candidatures. Après fin Juillet donc, la négociation avec toi n’est plus possible. Donc tu as encore 1 mois pour revenir dans la maison, au RHDP ou libéres le tabouret au conseil régional », avait-il lancé depuis l’Ouest montagneux où les deux hommes se trouvent.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : «Gon Coulibaly était un élu de Dieu, voici les preuves»

Une politique de privilège dénoncée et caricaturée par Yodé et Siro, dans leur lettre au Président Ouattara, intitulée « On dit quoi ? ». « Aujourd’hui du rez de chaussée jusqu’au dernier étage. Du gardien jusqu’au directeur, si c’est pas les Bakayoko ou bien les Coulibaly seulement qui mangent. Quand ça reste un peu, on donne aux Konan
Aujourd’hui Konan est fâché. On achète les enfants de Konan oh », ont-ils chanté, soulevant le courroux de certains supporters du RHDP.

Elvire Ahonon