Home Politique Libre opinion / Affaire des écoutes téléphoniques : Soro n’est pas coupable...

Libre opinion / Affaire des écoutes téléphoniques : Soro n’est pas coupable jusqu’à preuve du contraire

Choisir de traiter l’affaire des écoutes téléphoniques au Burkina Faso par la voie diplomatique fait du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro un coupable de fait sans que cela ne soit juridiquement prouvé. Le fait que le gouvernement privilégie une telle approche, joue en sa défaveur, et si par extraordinaire c’est l’approche adoptée par Soro lui-même et son service de communication, alors, c’est vraiment maladroit et inefficace.
Le bon sens aurait voulu que soit diligenté par le gouvernement une offensive diplomatique dès les premières heures de cette affaire. Mais Monsieur Soro ne reconnait pas les faits. La seule voie possible qui reste est celle de la justice. C’est un choix personnel de Monsieur Soro, sauf qu’il a refusé d’engager une poursuite contre ceux et celles qui l’ont « calomnié ou diffamé ». Pourtant, il en a les moyens, mais il refuse de le faire. C’est la où il se situe le paradoxe dans l’attitude de Monsieur Soro. N’est ce pas que le service de communication de Monsieur Soro et le Gouvernement augmentent la suspicion de culpabilité de Monsieur Soro?
Au moment des faits, Monsieur Soro était président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire et à ce titre s’il reconnait les faits, il devra immédiatement démissionner de son poste pour honorer et la Côte d’Ivoire et ses collègues députés, car les faits qui lui sont reprochés sont extrêmement graves.
On ne peut donc pas prôner le slogan « ivoirien nouveau » en adoptant un tel comportement. Quelle image projetons-nous aux jeunes générations? Quel message lançon à la justice ivoirienne avec de telles approches? Pensons vraiment qu’avec de telles attitudes face à de telles graves accusations nous pouvons atteindre le potentiel de l’émergence?
De mon point de vue et à l’image des Pays occidentaux si une allégation surgissait contre une personnalité, elle se serait retirer pour faire face à la justice soit pour reconnaitre sa culpabilité ou soit son innocence. Les exemples sont légions. J’en citerai deux cas : le président de la FIFA suite à des simples allégations de corruption a démissionné pour se mettre à la disposition de la justice. Un maire d’une Ville de Montréal a également démissionné suite à des allégations d’agression sexuelle pour se mettre à la disposition de la justice. Jusqu’ à preuve du contraire, ils sont présumés innocents. C’est de cela qu’il faut en Côte d’Ivoire.

Par ailleurs, sur le plan juridique et aux regards des lois Burkinabès, est ce que les enregistrements sont recevables? Est-ce que les processus d’obtentions de ces enregistrements sont légaux? Est-ce qu’ils ont étés frauduleusement obtenus? Est –ce que les enregistrements ont été authentifiés?
Quelle que soit la réponse à ces questions, Monsieur Soro devra honorer d’une manière ou d’une autre et la Côte d’Ivoire et ses collègues députés en faisant face à la justice. S’il est reconnu non coupable, il pourra reprendre sa place de député et continuer sa vie politique comme il entend.

M. Adama N’golo Touré

abidjan.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here