Home Politique Lettre ouverte à Gon après son discours de retour en Côte d’Ivoire...

Lettre ouverte à Gon après son discours de retour en Côte d’Ivoire : « J’ai été choqué, tu as été ingrat envers Allah… »

Lettre ouverte à Gon après son discours de retour en Côte d’Ivoire : « J’ai été choqué, tu as été ingrat envers Allah… »
Lettre ouverte à Gon après son discours de retour en Côte d’Ivoire : « J’ai été choqué, tu as été ingrat envers Allah… »

Lettre ouverte à Gon après son discours de retour en Côte d’Ivoire

Après t’avoir adressé mes salutations de bienvenue, permets que ce matin, je décrypte ton discours d’arrivée d’hier et comme à mes habitudes, permets que je te donne des conseils de petit frère qui t’aime.

Grand frère, je voudrais t’informer que lors de ta maladie, je fus l’un de ceux de tes adversaires politiques, en toute sincérité, à te souhaiter une bonne guérison et à souhaiter que tu reviennes saint et sauf de l’hôpital qui t’a hébergé depuis plusieurs semaines. Grand frère chéri, je jure sur Dieu et sur les tombes de mes deux parents, que j’étais sincère lorsque je te faisais ces vœux de guérison. C’est vrai qu’au Restaurant, dont tu es le candidat, l’hypocrisie est la chose la mieux partagée. Tes partisans sont tellement hypocrites qu’ils font une transposition de leur personnalité sur nous autres en pensant que nous ne serions pas sincères dans nos vœux de santé à ton égard. Pour me répéter, sache que j’étais sincère quand je te souhaitais tous mes vœux de guérison.

Mais grand frère chéri, j’avoue qu’il y a certains passages de ton discours qui m’ont choqué. Oui, grand frère, j’ai été choqué que toi un musulman, quelqu’un qui a fait la Mecque, toi un El Hadj qui n’est ni un imam, ni un guide religieux, ni un saint homme, comme le pensent malheureusement tes ignorants de suiveurs qui se disent musulmans, ne prenne pas la peine, dans tes remerciements, par commencer par remercier Dieu, Allah, qui t’a permis de vivre suite à la crise de cœur que tu as subie.
Tu L’as royalement ignoré. Tu as commencé plutôt ton discours par remercier ton gourou qui, sans le savoir,tu as assimilé à Dieu. Sache, grand frère chéri, que si Allah n’avait pas voulu te maintenir en vie, quelque fussent les efforts de ton gourou pour te faire suivre par les meilleurs médecins du Monde, il n’aurait pas pu te sauver la vie.
Je trouve que tu as été ingrat envers Allah en L’ignorant dans ton discours.

Grand frère chéri, je trouve également que dans ton discours, tu n’as pas remercié le peuple ivoirien, grâce à qui, tu as pu te soigner en France. Dois je te rappeler que ce n’est pas l’argent personnel de ton gourou qui a financé tes soins? C’est l’argent du contribuable ivoirien qui t’a permis de revenir vivant de la France. Je pense que tu aurais dû remercier les ivoiriens que tu ambitionnes diriger. Hélas, sans le savoir, tu as méprisé ce peuple et tu lui as montré que tu ne serais jamais reconnaissant des voix que certains d’entre eux vont te donner en Octobre 2020. Tu t’es contenté de remercier ton gourou et celui qui a assuré ton intérim. Et mon petit doigt me dit que ton remerciement envers ton intérimaire était tout juste protocolaire. Sans plus.

Lire aussi:   Montée des eaux à Bassam en Côte-d’Ivoire : L’État prêt à déloger de force les populations

Gon et Ouattara, main dans la main en ces temps de COVID-19

Bref, je trouve que ton discours a été consacré uniquement à ta reconnaissance à ton gourou que tu as assimilé à Dieu en ignorant Dieu. Je trouve également que ton discours a royalement ignoré le peuple ivoirien qui a permis que tes soins médicaux soient pris en charge. Et ça, grand frère, ce n’est pas bien. Je souhaite que tu rattrapes cette erreur dans tes prochaines interventions publiques. Grand frère chéri, je voudrais également te dire que toi et ton gourou n’avez pas donné l’exemple de la lutte contre la COVID-19 en vous saluant main dans la main. Chose que le gouvernement a interdit aux Ivoiriens par ces temps qui courent.

Quel exemple de distanciation donnerez vous, ton gourou et toi, aux Ivoiriens en violant en direct,sous le coup de l’émotion,les mesures barrières de la COVID-19 ? C’est un mauvais signal que vous avez lancé aux Ivoiriens qui auront l’impression que l’on peut se saluer sans risque. Ces ivoiriens, qui ont commencé à ne plus respecter les mesures de distanciation liée à la COVID-19, vont finir par croire, suite à votre salutations, que le virus est dorénavant neutralisé. Et ceux qui ne croyaient pas à l’existence de ce virus viennent d’être ragaillardis dans leur incroyance. Ne sois pas étonné demain de voir vos partisans du Restaurant vous imiter ton gourou et toi.
Franchement, là là,vous avez zayé. Je vous tiendrai pour responsables de la propagation exponentielle prochaine de ce virus surtout que ton nom est lié à la propagation de ce virus depuis ton implication dans la gestion des cas proches de toi à l’INJS au début de cette pandémie.

Lire aussi:   Présidentielle ivoirienne : « Gon était si prêt du but, tout avait été construit pour lui, pour affronter le 31 octobre avec succès »

Grand frère chéri, je te conseille de te ménager pendant les mois qui suivent.
Car l’homme que j’ai vu, la démarche lente et la voix un peu affaiblie, n’est pas au mieux de sa forme. Il a besoin de repos. Je pense que ceux qui t’encouragent à t’engager dans l’arène politique, après ce que tu viens de subir, ne t’aiment pas en réalité. Et je suis convaincu que ceux qui n’ont pas intérêt,au Restaurant, à te voir candidat, mettront tout en place pour augmenter ton stress tout en sachant que cela pourrait te porter préjudice. Si tu penses que tes ennemis se trouvent parmi les Soroistes, je peux te garantir que tu te trompes. Tes ennemis en interne, qui sont nombreux,créeront des avatars pour te contrarier au maximum afin que ton cœur si fragile cède. Et cela risque de t’être fatal. C’est pourquoi, je te conseille de te mettre en dehors de l’arène politique pendant quelque temps.

Sache, grand frère chéri, que tous ceux qui te poussent en ce moment à te porter candidat veulent en réalité se servir de toi pour se maintenir au pouvoir ou pour gouverner par procuration. Grand frère chéri, si les charges de la Primature t’ont épuisé au point d’atteindre le fonctionnement normal de ton cœur,sache que les charges plus grandes de la Présidence de la République t’achèveront définitivement.
N’est ce pas en réalité ce que recherchent ceux qui t’encouragent à te porter candidat ? Car, une fois fragilisé au pouvoir et décédé, c’est ton vice Président qu’on t’imposera, qui continuera ton mandat en gouvernant comme le souhaitent ceux qui te poussent à te porter candidat. Je te rappelle qu’en 1990, Houphouet Boigny très vieux, malade et affaibli, n’a pas en réalité gouverné.

C’est ton gourou qui l’a fait à sa place jusqu’à ce qu’il décède en Décembre 93. Veux tu gouverner ainsi ? Ou bien veux tu que la Côte d’Ivoire retienne, avant ta mort prématurée provoquée par ceux qui se disent tes amis et tes soutiens, que tu as été un jour Président de la République, si par miracle,tu venais à gagner les élections présidentielles à venir ? Si c’est cela ton vœux,tant mieux alors. Mais sincèrement, moi je te préfère vivant et en bonne santé pendant de longues années. Mais qui suis je moi pour te préférer ainsi en te demandant de ravaler tes ambitions ?

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/ Mabri invite ses militants à « intensifier les efforts pour occuper le terrain » en 2017

Grand frère chéri, je te demande enfin, une fois de plus, de poser des actes allant dans le sens de la réconciliation. Fais libérer les prisonniers pro-Soro et tous les prisonniers politiques d’ailleurs. Fais en sorte que les élections présidentielles, où tu es candidat, soient ouvertes et crédibles. Cela pourrait augmenter ta petite côte de popularité. Enfin, grand frère chéri, sache qu’il n’y a de divinité qu’Allah. Ton gourou n’est qu’une de ses petites et fragiles créatures. Il n’est pas Dieu et il ne saurait l’être. Au Restaurant, vous l’avez si déifié que beaucoup de vos suiveurs ont fini par croire qu’il était Dieu incarné. C’est vrai que toi particulièrement, tu lui es reconnaissant par rapport à tout ce qu’il a fait pour toi. C’est lui qui t’a politiquement fabriqué. Tu l’as si bien admiré et imité que tu as fini par être son clone. Mais cela ne doit pas t’amener,toi et tes suiveurs, à le déifier au point de l’amener à penser qu’il ne peut point se tromper.
Vous ne lui rendez pas service en le traitant ainsi.

Et puis,sache grand frère chéri,que contrairement à ce que peuvent penser vos suiveurs, nous les Soroistes ne le détestons pas malgré tout ce qu’il nous a fait.
Nous sommes plutôt déçus de lui et en colère contre lui. Déçus et en colère contre lui de nous avoir traité, nous et ses autres soutiens des autres partis politiques, comme il l’a fait. J’espère que si par miracle, par extraordinaire, tu arrivais à gagner le fauteuil présidentiel en écartant tous les candidats sérieux, tu ne te comporteras pas avec ceux qui te soutiennent aujourd’hui comme ton gourou l’a fait avec nous. Puisque tu es devenu son clone et que tu as décidé d’être dans la continuité de ses actions.

Je prie Dieu que la surprise et la douleur de ton échec au soir de l’élection présidentielle ne provoque en toi une autre crise cardiaque. Voici pourquoi je te conseille de prendre un peu de distance,pendant au moins deux mois,avec la vie politique. Bonne journée à toi et que Dieu te donne une once de sa sagesse et qu’Il te garde.

Mamadou Traoré

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here