Home Politique Les « Vérités inédites » de Konaté Sidiki à Guillaume Soro

Les « Vérités inédites » de Konaté Sidiki à Guillaume Soro

Les "Vérités inédites" de Konaté Sidiki à Guillaume Soro
Le ministre Sidiki Konaté
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Les “Vérités inédites” de Konaté Sidiki à Guillaume Soro. “Guillaume Soro n’a pas de sécurité là où il est. Là où il va, moi, je ne vois pas de clarté. Ceux qui le poussent ne sont pas ses vrais alliés”.

1) Sidiki Konaté parle aux parents de son frère Guillaume Soro : ce qu’ils n’ont jamais entendu… « Chers parents. Allez dire à Guillaume Soro que sa place est avec nous. Sa sécurité et sa sérénité, c’est avec le RHDP.

2) Mon vœu est que mon frère revienne à la maison. Chers parents, je vous mets en mission pour aller dire à Guillaume Soro que sa place est au RHDP

3) Dites-lui de revenir, le temps peut arranger beaucoup de choses. Le parti qui est une garantie actuellement en Côte d’Ivoire, c’est le RHDP.

4) Guillaume Soro n’a pas de sécurité là où il est. Dites à Guillaume Soro que quelque soit les problèmes, il est bon d’être en famille.

5) Là où il va, moi, je ne vois pas de clarté. Ceux qui le poussent aujourd’hui, je ne suis pas sûr que ceux-là soient ses vrais alliés.

6) Si tu es un chef, et que Guillaume Soro vient te voir la nuit, demande lui de retourner auprès de son papa Alassane Ouattara…

7) Je le comprends, on peut être fâché avec sa famille mais on ne doit pas sortir pour détruire cette famille. Je vous mets en mission d’aller lui dire de revenir. Dites-lui de revenir. Le temps peut arranger beaucoup de choses

Lire aussi:   Statu quo pour le poste de président de la Commission de l ’ UEMOA

8) C’est Dieu qui a les ambitions et le destin des gens. Mais, il y a un environnement aussi dans lequel on évolue sereinement. Moi, où je pense qu’il est en sécurité c’est au RHDP.

9) Bien sûr qu’il a de nouveau amis qui politiquement, veulent l’avoir. Mais quand je regarde bien, ces gens veulent l’utiliser contre nous. Et après, est-ce qu’il a une garantie de sécurité là-bas ?

10) Comme c’est mon ami, je veux son bonheur aujourd’hui, je veux son bonheur demain. Je pense bien que pour le combat qu’on a mené, autour de la cause qu’on a connu, le combat dont on parle, c’est ici que ça se passe. Le reste, c’est des réglages qu’on peut faire.

11) Sinon, hier, aujourd’hui et demain, moi, je demeure au RHDP. Je crois au RHDP. Je suis derrière le Président Alassane Ouattara. On a décidé d’être avec le Président Ouattara et il ne nous a pas fait de mal. Continuons d’être avec Alassane Ouattara

12) Cela ne nous empêche pas d’avoir des alliés. Voilà chers parents, le message que je suis aussi venu dire et vous charger de le transmettre à Guillaume Soro. Parce que quand tu aimes un frère, il faut le lui manifester

13) Je lance cet appel depuis Ferké pour que mon frère Guillaume Soro m’entende.  Guillaume Soro n’est pas mon ennemi et il n’est l’ennemi de personne. Il ne faut pas que les gens l’emmène à se voir en ennemi. Qu’il sache qu’il a des frères et sœurs qui l’aiment.

14) Le chef de canton de Ferké connait mes liens avec Guillaume Soro. Pendant 10 ans, Soro et moi avions fait le combat ensemble. J’étais son porte-parole, on ne le voit pas, si on ne me voit pas

Lire aussi:   Nouvelle Constitution: Bédié appelle le peuple à ‘’adopter’’ ce nouveau projet de contrat social

15) Et tous les chefs ici le savent. Oui, nous nous sommes séparés, parce que tout simplement on n’a pas eu la même vision sur le RHDP

16) Moi je lui ai demandé que le combat que nous avons fait, mérite qu’on se retrouve dans un parti politique qui protège ce combat-là.

17) Ce combat doit être protégé. Parce que le serpent n’est pas mort. Et le parti qui me garantit aujourd’hui à moi, à mes enfants, la cohésion, la stabilité, la paix et l’absence de revanche, c’est le RHDP.

18) On se bat pour une cause, et quand tu finis de te battre pour une cause, tu vas la loger à l’intérieur d’un parti politique.

19) Après le RDR, le Président Ouattara a demandé à ce qu’on parte tous dans le RHDP. Moi j’estime qu’il faut continuer la marche là-bas. Il ne faut pas s’arrêter à cause d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

20) Je suis à Ferké et je suis malheureux de ne pas voir mon frère Guillaume Soro assis ici. Chers parents, il ne faut pas que quelqu’un vous blague, la place de votre fils, de notre frère c’est ici parmi ses frères.

21) Levez-vous, aller dire à mon frère que sa place ce n’est pas là où il s’en va. Sa place c’est ici. Il était hier avec nous, sa sécurité c’est avec nous, sa famille c’est avec nous.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: En partance pour le Canada, Soro fait escale à Paris, où en est-on avec le mandat d'amener?

22) Guillaume Soro est entouré aujourd’hui de beaucoup de gens qui passent leur temps à nous insulter et ils vont m’insulter après ce message que je lance

23) Je le sais mais les injures ne peuvent pas me tuer. Il y a des nouveaux gens aujourd’hui autour de lui qui pensent le connaitre, mais j’ai dormi pendant 3 ans dans le même lit avec Guillaume Soro

24) On a dirigé le combat et voilà même tous les témoins qui sont présents et assis ici sur cette place à Ferké. Chaque fois que ses parents de Ferké allaient à Bouaké, c’est moi j’étais à-côté de Guillaume Soro.

25) Mais nous, nous n’avons pas bougé nous sommes restés à la maison. On est à notre place, on est dans le parti. Priez pour qu’il revienne auprès de son papa Alassane Ouattara qui est votre grand-frère.

26) Donc chers chefs traditionnels, je vous mets en mission. La Côte d’Ivoire vous regarde et ne laissez pas mon frère seul dans son destin. Je demande pardon à Guillaume Soro de revenir.

27) Imams et chefs traditionnels, c’est Sidiki Konaté qui vous parle. Si je viens à Ferké et que je ne parle pas, je ne peux être tranquille dans mon âme. Parce que ce n’est pas le Guillaume Soro d’aujourd’hui que je souhaite

28) Je veux un Guillaume Soro serein, derrière le Président Alassane Ouattara. Nous tous, nous nous alignons derrière le Président Ouattara »

Sidiki Konaté, ami et frère de Guillaume Soro
Depuis Ferké, 1er décembre 2019.

Source: Joel Touré

Source: Ici Abidjan

Commentaires Facebook