Home Politique Les peuples doivent se rebeller contre ceux qui rêvent de les contrôler

Les peuples doivent se rebeller contre ceux qui rêvent de les contrôler

Les peuples doivent se rebeller contre ceux qui rêvent de les contrôler
Les peuples doivent se rebeller contre ceux qui rêvent de les contrôler

À un journaliste qui voulait savoir en avril 2017 si le franc CFA avait un avenir, le candidat Emmanuel Macron répondit : “Je le crois, mais c’est un choix qui appartient d’abord aux Africains eux-mêmes.” Si l’avenir de cette monnaie créée officiellement le 26 décembre 1945 dépend des Africains et si la France n’en tire aucun bénéfice, comme le prétendent certains officiels et hommes d’affaires français, pourquoi sa fin doit-elle être actée en Conseil des ministres du gouvernement français ?

Ici, l’on ne peut se contenter de parler de paradoxe et d’incohérence. Paradoxe et incohérence qui ne datent pas d’aujourd’hui et que résume assez bien Léopold Sédar Senghor lorsqu’il demande au Seigneur de pardonner “à la France qui dit bien la voie droite et chemine par les sentiers obliques, qui m’invite à sa table et me dit d’apporter mon pain, qui me donne de la main droite et de la main gauche enlève la moitié, qui hait les occupants et m’impose l’occupation si gravement, qui ouvre des voies triomphales aux héros et traite ses Sénégalais en mercenaires, faisant d’eux les dogues noirs de l’Empire, qui est la République et livre les pays aux Grands-Concessionnaires et de ma Mésopotamie, de mon Congo, ils ont fait un grand cimetière sous le soleil blanc” (cf. “Hosties noires”, Paris, Seuil, 1945). Plus que l’inconséquence, nous avons affaire à un gros mensonge, un de plus, de la part des autorités françaises. Un mensonge aussi puant que celui de Sibeth Ndiaye qui déclarait, le 20 mai 2020, que “cette fin symbolique devait s’inscrire dans un renouvellement de la relation entre la France et l’Afrique et écrire une nouvelle page de notre histoire”.Le renouvellement de la relation entre la France et l’Afrique : Hollande, Sarkozy, Chirac et Mitterrand l’avaient promis, eux aussi, mais ne s’étaient point gênés pour reconduire la même politique prédatrice, barbouzarde et néocolonialiste que de Gaulle, Pompidou et Giscard, leurs prédécesseurs à l’Élysée. Pire encore, ils n’avaient pas hésité à mettre fin aux fonctions des ministres et diplomates qui voulaient que leur pays passe enfin des beaux discours aux actes. C’est le cas de Jean-Pierre Cot et de Jean-Marie Bockel limogés du gouvernement en 1982 et en 2010 à la demande de certains dictateurs africains qui ne toléraient pas d’être interpellés sur la violation des droits humains dans leurs pays. Idem pour le diplomate Laurent Bigot débarqué du Quai d’Orsay par Laurent Fabius en 2013 pour avoir exprimé ses réserves sur le règlement politique de la crise malienne.

Lire aussi:   Académie de lutte contre le terrorisme: Les travaux de construction démarrent en septembre prochain

Le changement dans les rapports entre la France et ses ex-colonies promis par la classe politique française avant chaque élection présidentielle, les Africains lucides n’y ont jamais cru pour la raison suivante : sans les richesses qu’elle vole en Afrique, la France deviendrait vite plus pauvre que la Grèce ou le Portugal. N’en déplaise à la porte-parole du gouvernement français, nous ne sommes donc pas si bêtes pour penser que Macron fera disparaître la Françafrique ou que la France ne profite pas du franc CFA qui, “trois quarts de siècle après sa création, n’a impulsé aucune dynamique positive en matière d’échanges intra zone franc, d’accroissement de la compétitivité prix et hors prix, d’accès facilité au crédit productif et enfin de création d’emplois massifs pour les jeunes”, selon une analyse faite en 2017 par l’économiste togolais Kako Nubukpo.

En tout état de cause, le débat n’est plus à ce niveau pour les souverainistes africains. Ce qui intéresse ces derniers, c’est de savoir quand la CEDEAO va sortir le vrai ECO et comment mobliser les populations africaines pour faire échec au faux ECO de Macron et de Dramane Ouattara. Car c’est l’engagement des peuples qui apportera le changement auquel aspirent des millions de pauvres et défavorisés dans le monde. Parce qu’ils ont les mains liées et parce qu’ils se sont compromis d’une façon ou d’une autre avec l’oligarchie occidentale qui les tient par la barbichette, nos dirigeants sont incapables de signer l’acte de décès de la criminelle Françafrique. Seuls les peuples peuvent faire bouger les lignes.

Lire aussi:   Ministère de l’Entrepreneuriat national : Azoumana Moutayé passe le témoin à Souleymane Diarrassouba

Après la covid-19, ces peuples doivent exiger que les tenants et adeptes de la gouvernamce mondiale rendent des comptes pour mensonges, négligence, manque d’anticipation, désinvolture, restriction des libertés mais aussi pour avoir profité de l’imposition du confinement pour faire mourir des milliers de personnes âgées qui coûteraient cher selon les capitalistes qui ne voient les choses qu’en termes de rendement et de profit.

Porter plainte devant les tribunaux qu’ils ont corrompus ? Non ! Cesser de lire ou d’écouter les médias mensonges dont ils se servent pour conditionner et manipuler les esprits faibles ? Oui mais cela ne sera pas suffisant. Il faudra aussi avoir le courage de renverser la table autour de laquelle est assise cette bande de criminels et d’arrogants qui veut se substituer au Créateur et qui crée des maladies et vaccins pour mieux nous contrôler et nous imposer sa volonté.

Pour rien au monde, nous ne devons permettre à ces mafieux de nous tondre, de nous mener à leur guise, de décider à notre place, etc. Quoiqu’elle ne soit pas au-dessus de tout reproche et même si nous devons être beaucoup regardants sur ce qu’elle fait en Afrque, la Chine se distingue de l’Occident par ce que Xi Jinping, son président, a appelé les cinq “non” lors de l’ouverture du sommet Chine-Afrique du 3 septembre 2018 : “Ne pas s’ingérer dans la recherche par les pays africains d’une voie de développement adaptée à leurs conditions nationales, ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures africaines, ne pas imposer notre volonté à l’Afrique, ne pas assortir nos aides à l’Afrique de condition politique quelconque, et ne pas poursuivre des intérêts politiques égoïstes dans notre coopération en matière d’investissement et de financement avec l’Afrique.”

Habitués à se mêler de ce qui ne les regarde pas, les voyous et assassins qui dirigent la France ont annoncé la mort du franc CFA, cette monnaie nazie qui a plus enrichi leur pays que les 14 anciennes colonies françaises auxquelles elle fut imposée.
Et pourtant, ce ne sont pas les occupations qui leur manquent : par exemple, donner du travail aux chômeurs, corriger les graves inégalités entre riches et pauvres, expliquer leur dissimulation de la vérité au peuple français, leur volonté d’enrichir coûte que coûte les firmes pharmaceutiques qui les ont mis au pouvoir, l’utilisation du confinement pour adopter des lois inhumaines, etc. Comment améliorer la vie des Français ? Cette question ne les préoccupe pas. Ce qui les préoccupe, en revanche, c’est de continuer à nous nuire et à mettre leur sale bouche dans nos affaires. Et, quand nous essaierons de riposter, ils diront qu’il y a un sentiment anti-français en Afrique francophone.

Lire aussi:   Législatives 2016: Comment Sangafowa a mobilisé la jeunesse de Korhogo

Jean-Claude DJEREKE

Source: Connexion ivoirienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here