HomePolitiqueLégislatives / Plateforme de l’opposition : les candidats retiennent leur souffle, voici...

Législatives / Plateforme de l’opposition : les candidats retiennent leur souffle, voici les raisons

Législatives / Plateforme de l'opposition : les candidats retiennent leur souffle, voici les raisons
Législatives / Plateforme de l'opposition : les candidats retiennent leur souffle, voici les raisons

Tous les états-majors des partis politiques, dans les choix qui sont effectués en leur sein en vue des législatives, espèrent miser sur un cheval gagnant dans chaque circonscription électorale. Au niveau de la plateforme de l’opposition, les listes seront passées au tamis pour que chaque candidat qui en sort, bénéficie du soutien de toute l’opposition sur le terrain.

C’est un dispositif contraignant auquel devront se soumettre les différentes candidatures qui voudraient bénéficier du quitus de la plateforme de l’opposition. Ce 14 janvier 2021, les candidats du PDCI, du FPI, de EDS, de l’UDPCI, du COJEP, etc. qui voudraient jouir de la mobilisation et du vote de l’ensemble des militants des partis de l’opposition dans leur circonscription électorale, devraient être normalement connus. Dans leur parti politique respectif, ils sont nombreux à être déjà sur la liste de départ, toutefois leur sort dépendra de la plateforme. Celle-ci va plancher sur plusieurs critères de choix, entre autres la popularité de chaque parti dans la circonscription électorale (bastion), la popularité et le positionnement du candidat de la plateforme qui sera choisi (forces et faiblesses), la nature des relations de celui-ci avec les militants des autres « partis amis ».

Lire aussi:   Législatives 2021 : LIDER invite l’Opposition à la vigilance

Affi Nguessan, lors de son passage à la résidence de Bédié (Ph. d’archives)

Fait notable, le Front populaire ivoirien (FPI) n’étant pas encore réunifié – l’aile Pascal Affi Nguessan et l’aile affiliée à Laurent Gbagbo au sein de EDS –, chaque tendance soumettra sa liste à la plateforme. C’est au sein de celle-ci qu’un choix sera opéré en fonction des critères énumérés plus haut. « Notre souhait le plus ardent, c’est que l’opposition de façon générale aille en rang serré comme elle l’a fait pendant cette période de désobéissance civile, à travers la plateforme qui a été mise en place et qui regroupe l’ensemble des partis de l’opposition (…) Il faut que ce soit tous les partis politiques qui se battent de façon unitaire et qui se regroupent derrière le candidat le mieux placé, qu’il soit du PDCI, du FPI, de l’UDPCI, etc. ou pas. A partir du moment où nous pensons que c’est celui-là qui peut faire gagner l’opposition, tout le monde se mobilise derrière lui », avait révélé Pascal Affi Nguessan, lui-même député de Bongouanou, via les médias sociaux la semaine dernière. Selon des indiscrétions, il se représentera pour un autre mandat.

Lire aussi:   Les activités de commémoration de l’année Félix Houphouët-Boigny lancées

Mabri Toikeusse, président de l’UDPCI (à g.) en compagnie du président Bédié

Le Pr. Georges Armand Ouégnin, président de Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) dont font partie les « GOR » s’est d’ailleurs inscrit dans cette même dynamique. Lors d’une conférence de presse le jeudi dernier 7 janvier, se prononçant sur les législatives de mars, il a rappelé que « la coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition ira aux élections à venir en rang serré ».

Lire aussi:   Législatives 2021 : Souleymane Kamagaté candidat ? son message aux « fourmis magnan sur colatier »