HomePolitiqueLégislatives 2021 : LIDER invite l’Opposition à la vigilance

Législatives 2021 : LIDER invite l’Opposition à la vigilance

Législatives 2021 : LIDER invite l’Opposition à la vigilance
Législatives 2021 : LIDER invite l’Opposition à la vigilance

Dans un communiqué dont YECLO a reçu copie, LIDER donne sa positive sur la situation socio-politique et les législatives de mars 2021.

La récurrence des conflits en période électorale montre que la démocratie ivoirienne vit une crise structurelle profonde. Le dernier témoignage de ce déficit démocratique a consisté dans le viol de la constitution pour conférer au chef de l’Etat, un troisième mandat à l’issue d’un scrutin rejeté par les populations.

De son côté, depuis le 06 août 2020, l’opposition ivoirienne, accompagnée de la société civile, s’est dressée contre la tentative de passage en force de Monsieur Alassane Ouattara sans parvenir à infléchir sa position.

Seuls face à leur destin, les ivoiriennes et les ivoiriens ont offert pourtant une résistance héroïque à une politique de terreur qui tente désormais de lézarder les rangs de l’opposition à travers des manœuvres dilatoires et des leurres qui pourraient en fragiliser l’unité. Il en va ainsi de la rencontre politique convoquée par le gouvernement en guise de réponse à l’invitation au dialogue national émise par le Président Henri Konan Bédié.

Ayant clairement exprimé son opposition à prendre part à une telle rencontre lors de la réunion du Secrétariat permanent de la Coalition des Plateformes et des Partis Politiques de l’opposition le dimanche 20 décembre 2020 au siège du PDCI-RDA, LIDER s’est abstenu de signer la déclaration commune actant un consentement aux discussions convoquées par le régime en place.

Lire aussi:   Meeting de l’opposition : voici la déclaration du parti de Gbagbo

En conséquence, LIDER ne participait pas à la réunion de la Primature du lundi 21 décembre 2020 d’autant plus qu’il n’y était pas formellement invité à la différence d’autres partis politiques de la coalition, sans que ceux-ci n’aient trouvé là, motif de s’inquiéter de la tentative évidente de division orchestrée par un adversaire politique dont la malice est connue de tous.

Il reste que du 21 au 28 décembre 2020, M. Hamed Bakayoko, agissant pour le compte de M. Alassane Ouattara a organisé des assises appelées pompeusement « dialogues politiques » puis fait siéger une assemblée de partis politiques et d’organisations de la société civile, composée de façon unilatérale par le régime. Ces assises ont eu pour objet d’examiner l’environnement politique post-scrutin présidentiel d’octobre 2020 et l’environnement électoral à l’orée des législatives.

Lire aussi:   Manifestation de l’opposition : 3 véhicules incendiés à Yopougon ce lundi matin. Point de la situation

Force est de constater que l’impréparation du cadre de discussions, l’insuffisance de concertation de la Coalition des plateformes et partis politiques de l’opposition, n’ont pas, comme l’on devait s’y attendre, permis d’atteindre le résultat attendu ; si bien que le rapport final du dialogue politique n’a pas été signé à ce jour, confortant ainsi LIDER dans son scepticisme concernant une quelconque bonne disposition de Monsieur Alassane Ouattara à ouvrir le jeu démocratique.

Il semble évident dès lors, que la Coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition tiendra désormais uniquement la poursuite de la lutte politique pour la reconquête des libertés et de l’état de droit comme le seul levier de son action sans attendre aucune concession de la part du Chef de l’Etat et de son clan dont le rêve est de gouverner la Côte d’Ivoire ad vitam aeternam. Qu’attendre de démocrates qui excluent le principe de l’alternance ?

LIDER interpelle la Coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition à la vigilance dans la lutte qu’elle a engagée en faveur de l’alternance démocratique.

Les élections législatives pourraient nous donner l’occasion inespérée d’approcher cet avènement si nous nous donnons les moyens d’obtenir une majorité confortable à l’Assemblée nationale. Cet enjeu décisif, qui n’échappe à personne vu le contexte insécure et insincère qu’instaure le régime à chaque scrutin, nécessite une application méthodique, ingénieuse, stratégique, dont l’opposition doit inventer les termes pour se mettre à la hauteur du défi que lui impose Monsieur Alassane Ouattara.

Lire aussi:   En attendant la proclamation des résultats: le pouvoir se félicite, l'opposition aussi

Une telle entreprise ne saurait s’accommoder de calculs personnels car plus que jamais, l’intérêt général doit prévaloir même s’il fallait que certaines ambitions soient abandonnées ; le prix de l’échec serait trop important pour ne pas que les plus grands sacrifices soient consentis au nom de la Côte d’Ivoire qui souffre, au nom des prisonniers qui perdent espoir, au nom du progrès qui s’éloigne.

C’est pourquoi Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) réaffirme à la Coalition des plateformes et des partis politiques de l’opposition, toute sa solidarité dans la mesure où celle-ci sait mettre l’intérêt du peuple de Côte d’Ivoire au-dessus de tout agenda et de toute considération individuelle et partisane.

source: yeclo