HomePolitiqueLégislatives 2021 : Ce qui se passe sur le terrain, des candidats...

Législatives 2021 : Ce qui se passe sur le terrain, des candidats dans le dilemme, de grosses têtes vont tomber

Législatives 2021 : Ce qui se passe sur le terrain, des candidats dans le dilemme, de grosses têtes vont tomber
Législatives 2021 : Ce qui se passe sur le terrain, des candidats dans le dilemme, de grosses têtes vont tomber

Les médias ivoiriens ont essentiellement consacré, ce jeudi 18 février 2021, leurs publications aux préparatifs des législatives du samedi 6 mars 2021 et ce qui se passe dans les différents états-majors, à quelques jours de ce scrutin.

« A quelques semaines des législatives prochaines : Ouattara dévoile un grand secret sur ce qui se passe au RHDP », barre à sa Une le quotidien indépendant Soir Info. Le confrère nous apprend que le président de la République et président du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Alassane Ouattara, est confiant quant à une large victoire de ses hommes lors des élections législatives du samedi 6 mars 2021.

« Cette élection a pour objectif de renforcer notre majorité pour que la Côte d’Ivoire continue dans la paix au cours des 5 prochaines années. Il n’y a pas de région où le RHDP n’est pas présent. Cette élection vise à garantir la paix et la stabilité, nécessaires à la poursuite de son développement.

Ceux qui veulent être candidats actuellement, si vous les prenez tous ensemble, ils n’ont pas la moitié du bilan que nous proposons », a dit le chef de l’Etat avant de révéler qu’il n’aime pas intervenir pour positionner des personnes : « Beaucoup ont pensé qu’il y a eu des manipulations, des interventions, que le président du parti est intervenu. Seulement 12 candidatures ont été portées à mon arbitrage. C’est dire la confiance que je porte aux structures du parti et aux Coordinations régionales ».

Concernant les législatives du 6 mars, L’inter nous apprend que « Des candidats (sont) dans un dilemme ». A en croire le confrère, Alassane Ouattara a eu un mot particulier pour la pléthore d’indépendants issus de sa formation politique. Astucieux, il a d’abord salué ces candidats indépendants qui se sont désistés au profit des candidats officiels du parti, puis il lance : « ceux qui ne l’ont pas encore fait, je vous demande de le faire. C’est dans l’intérêt de notre parti et c’est dans votre intérêt.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara reçoit la société civile dans le cadre de la campagne pour le référendum sur la nouvelle Constitution

Sachez que c’est votre engagement, votre union, votre solidarité qui seront le meilleur gage de notre succès », rapporte le confrère qui ajoute que les indépendants houphouetistes sont apparus gênés aux entournures et en sont, aujourd’hui, pour beaucoup, à questionner leur posture : « Y aller nonobstant l’exhortation pressante du chef ? Cela pourrait être considéré au mieux, comme un cas d’indiscipline, au pire, comme un affront, et valoir aux concernés des sanctions.

Ne pas y aller ? Ce serait certes faire preuve d’obéissance à la direction du parti, mais ce serait, surtout, pour les indépendants, ruiner tous les efforts y compris financiers consentis pendant la pré-campagne. La situation des indépendants encartés RHDP est autrement plus sérieuse que, dans de nombreuses circonscriptions, ces candidats affrontent des poids lourds : ministres, directeurs généraux etc… ».

Pour Le Temps, « Ouattara a peur de perdre le contrôle du Parlement ». D’où « les menaces verbales à l’investiture des candidats RHDP ». Selon le confrère, « Miné par de fortes dissensions, le RHDP a investi ses 254 candidats, le mardi 16 février 2021, à Cocody. Un parti duquel sont sorties des centaines de candidats indépendants, pour les législatives du 6 mars prochain. Très mécontents d’avoir été écartés par des critères injustes. Ces derniers sont une sérieuse menace, pour Ouattara et son groupement.

Présent à cette investiture, Ouattara a profité pour menacer ces candidats indépendants. Il leur a ouvertement signifié de se retirer rapidement de la course au profit de ses candidats à lui. « Je sais que ceci n’a pas été facile et beaucoup ont pensé qu’il y a eu des manipulations, des interventions, ceci n’est pas vrai, le président du parti n’est intervenu que l’avant-dernier jour. Et seulement 12 candidatures ont été portées à mon arbitrage ».

Lire aussi:   Législatives : voici les résultats définitifs et complets de la CEI, le RHDP majoritaire

Selon L’inter, dans cette bataille électorale, le PDCI-RDA a un gros défi. « Henri Konan Bédié et le PDCI-RDA sont censés jouer le rôle de force qui entraine le mouvement. Face à un FPI cassé en deux, et un UDPCI confiné dans l’ouest montagneux, le vieux parti est très attendu. Même soulagé de plusieurs cadres, désormais au RHDP, le PDCI-RDA reste la seule formation politique d’opposition avec une relative unité.

Le défi est important pour Henri Konan Bédié et ses troupes. Il leur faudra conserver les bastions traditionnels du parti, particulièrement disputés par des candidats RHDP, et tenter de reconquérir des zones, naguère, acquises au parti ».

Pour Le Nouveau Réveil, « la majorité se dessine » car il y a « ces chiffres qui rassurent l’opposition ». Selon le confrère, des militants de part et d’autre ainsi que des observateurs de la scène politique ivoirienne spéculent sur les sièges que pourraient remporter les parties prenantes à ces législatives. « Dans le camp de l’opposition, ces calculs donnent l’opposition vainqueur des scrutins du 6 mars prochain.

Et pour cause, le PDCI-RDA et EDS, dans une alliance bien ficelée, ont réussi à présenter 128 candidats uniques PDCI/ EDS. Le PDCI, à lui seul, met en course 32 candidats. EDS, à lui seul également engage 29 candidats. Soit au total 189 candidats PDCI/ EDS. Ce qui fait un taux d’accord de 88,7%. Si la majorité qui découle des 255 sièges à l’Assemblée nationale se trouve être 128 sièges, il va sans dire que l’opposition qui aligne 189 candidats se positionne bel et bien pour le combat de la majorité à l’hémicycle.

Lire aussi:   Législatives 2021 : voici la liste retenue par le LIDER de Mamadou Koulibaly

Elle se trouve, dans un premier temps au-delà du chiffre qui octroie la majorité. Dans un second temps, elle se donne une marge de manœuvre agréable, confortable et avantageuse pour ravir la majorité. En effet, la différence entre 255 sièges à pourvoir et 189 sièges à conquérir par les candidats de l’opposition est de 61 sièges. Voir l’opposition perdre la totalité des 61 sièges alors qu’elle a pris le soin d’analyser, d’étudier, de s’accorder sur la nécessité de les conquérir ensemble est surréaliste. Car en toute objectivité, l’opposition a attaqué ce qu’elle croit pouvoir vaincre ».

Pour Le matin qui revient sur « Les violences électorales, de grosses têtes vont encore bientôt tomber », lors de ces législatives. Le confrère fait allusion aux propos tenus par le président Alassane Ouattara, lors de l’investiture des candidats RHDP. En effet, Le Matin nous apprend que le chef de l’Etat a cité Pascal Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (FPI) et Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI-RDA. « Je voudrais signaler que ce sont des libertés conditionnelles.

Cependant, des enquêtes se poursuivent afin de situer toutes les responsabilités », a dit le chef de l’Etat, faisant allusion aux violences lors de la présidentielle d’octobre 2020. Et le confrère de nous informer que nous serons surpris des résultats des enquêtes. « Et je dois dire que nous seront surpris quant à l’implication de certaines personnalités que nous pensons être des personnes de grande sagesse et de grande probité », rapporte Le Matin.