HomePolitiqueLe professeur Bamba Moriféré, en colère sur FPI TV : « le pouvoir...

Le professeur Bamba Moriféré, en colère sur FPI TV : « le pouvoir nous met dans une situation de terreur »

Le professeur Bamba Moriféré, en colère sur FPI TV :
Le professeur Bamba Moriféré, en colère sur FPI TV : "le pouvoir nous met dans une situation de terreur"

Invité de la chaine télé en ligne FPI TV, le professeur Bamba Morifere n’a pas mâché ses mots. Il a dit ses vérités au pouvoir en place. Selon lui, c’est un régime qui a fait reculer la Côte d’Ivoire à des années en arrière dans sa marche vers la démocratie.

Selon le fondateur du parti du Rassemblement du peuple de Cote d’Ivoire (RPCI), le pouvoir de Ouattara a plongé les Ivoiriens dans une psychose et la peur. » Ce pouvoir nous met dans une situation de terreur depuis que le président Ouattara a décidé de briguer un troisième mandat. Ce que la constitution ne lui permet pas de faire » déclare-t-il.

Lire aussi:   RHDP : ‘’la création du parti unifié est une œuvre de construction politique’’ (Directoire)

Face au refus de l’opposition, dit-il, de cautionner ce qu’il qualifie de » parodie d’élection » à en croire le Prof. Morifere, le président a choisi l’option d’embastiller les leaders de l’opposition et d’arrêter des leaders qui, plus grave, sont des élus de la nation, donc protégés par l’immunité parlementaire.

 Il a fait allusion au président Pascal Affi Nguessan du FPI, Prof. Maurice Kacou Guikahue du PDCI et bien d’autres honorables personnalités de l’opposition qui croupissent depuis des jours dans les geôles de la Maca. Une situation qui amène cet acteur clé de l’avènement du pluralisme politique en Côte d’Ivoire à déduire que le pouvoir en place n’est pas là à faire avancer la démocratie dans notre pays mais à la faire reculer. 

Lire aussi:   Bamba Moriféré dévoile le "deal honteux" entre KKB et Ouattara

Il a par ailleurs retracé la genèse du conseil national de transition dont il est un des initiateurs:

» Puisque les conditions d’une élection n’étant pas réunies, et vu la non participation de la majorité des ivoiriens à ce scrutin dont le vrai taux de participation oscille entre 6 et 8%, il était temps de mettre sur pied un comité de transition qui aura pour tâche de préparer une élection inclusive, transparente et apaisée. D’où la naissance du CNT » a justifié le professeur Morifere qui soutient et félicite la mobilisation du peuple ivoirien.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: «Malheur à celui qui porte le désert en lui !»

José Teti

source: opera