HomePolitiqueLaurent Gbagbo tente de desserrer l’étau et suscite la colère de certains...

Laurent Gbagbo tente de desserrer l’étau et suscite la colère de certains militants de l’opposition, son appel à Hamed Bakayoko

Laurent Gbagbo tente de desserrer l'étau et suscite la colère de certains militants de l'opposition, son appel à Hamed Bakayoko
Laurent Gbagbo tente de desserrer l'étau et suscite la colère de certains militants de l'opposition, son appel à Hamed Bakayoko

Les événements s’accélèrent en Côte d’Ivoire depuis la proclamation des résultats provisoires donnant la réélection pour un troisième mandat controversé d’Alassane Ouattara. Alors que les positions se durcissent davantage avec un déploiement des forces de l’ordre autour des résidences des leaders politiques de l’opposition qui ont créé le conseil national de transition, l’ex-président Laurent Gbagbo joue plutôt la carte de l’apaisement.

Il a saisi le premier ministre Hamed Bakayoko pour évoquer avec lui les nouveaux développements de la crise en Côte d’Ivoire, notamment le blocus autour des résidences des leaders de l’opposition.

A Abidjan, l’actualité est dominée par les réactions du pouvoir d’Abidjan contre le conseil national de transition mis en place par les leaders de l’opposition après le scrutin discuté du 31 octobre 2020. Pour l’opposition ivoirienne, » la Côte d’Ivoire est dans une période de vacance de pouvoir présidentiel », ne reconnaissant pas Alassane Ouattara comme président de la République de Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Le Front Populaire Ivoirien, quel gâchis !

C’est à juste titre, qu’elle a décidé de la création d’un conseil national de transition. Une situation qui n’est pas faite pour plaire aux tenants du pouvoir qui veulent tuer le poussin dans l’œuf. Depuis le mardi, les forces de l’ordre ont été déployées autour des résidences des leaders politiques de l’opposition où des personnalités ont été arrêtées puis relâchées après des tractations.

Si l’ancien premier ministre, ministre de la défense et ancien président du parlement ivoirien M Soro Guillaume a décidé de poursuivre la mise en place de cette instance , en maintenant donc le raidissement des positions, l’ancien président Laurent Gbagbo à quant-à-lui décidé de jouer la carte de l’apaisement. Dans un communiqué signé de son avocat et dont nous avons eu copie, l’ancien président Laurent Gbagbo a saisi le premier ministre Hamed Bakayoko pour évoquer avec lui les nouveaux développements de la crise en Côte d’Ivoire, notamment le blocus autour des résidences des leaders de l’opposition.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Depuis Korhogo, Soro Guillaume «Si j'étais encore PAN il me serait interdit de saluer les populations ainsi»

<< Après 10 ans sans aucun contact avec le pouvoir en place, Laurent Gbagbo a tenu à inviter Hamed Bakayoko à apaiser la situation, en favorisant le dialogue plutôt que la répression. Il s’est réjoui de la très bonne disponibilité du premier ministre Hamed Bakayoko qui a promis poser des actes en faveur de la décrispation du climat politique. >> laisse lire le communiqué.

Si l’appel de Laurent Gbagbo à l’exécutif semble être pour certains un bon pas, une leçon, un dépassement de soi, un sacrifice pour le pays, les bons offices de Laurent Gbagbo en ce moment chaud entre l’opposition et le pouvoir n’ont pas été chaleureusement accueillis par d’autres militants de l’opposition. Beaucoup y voient un reniement, quand d’autres évoquent une mauvaise lecture de la démarche de Laurent Gbagbo. << Laurent Gbagbo veut se positionner comme l’homme de paix en Côte d’Ivoire, et se donner bien meilleure image >> avancent certains sur les réseaux sociaux.

Lire aussi:   Tout sur ce que Ouattara veut faire : Ses deux probables successeurs ; Bédié parle des forces de l'ordre à sa résidence

Ce qu’il convient toutefois de retenir, c’est que la tache de l’ancien président de la République Laurent Gbagbo n’est pas aisée. Autant il appelle le pouvoir à renoncer à la répression, autant dans son propre camp il doit convaincre les leaders politiques à favoriser l’apaisement, a calmer le jeu, à offrir une chance au dialogue.

source: le courrier quotidien