Home Politique Laurent Gbagbo à propos de Nady Bamba : « sans elle je...

Laurent Gbagbo à propos de Nady Bamba : « sans elle je n’aurai pas tenu » (JA)

Laurent Gbagbo à propos de Nady Bamba : « sans elle je n’aurai pas tenu » (JA)
Laurent Gbagbo à propos de Nady Bamba : « sans elle je n’aurai pas tenu » (JA)

Alors que Laurent Gbagbo venait de regagner la Côte d’Ivoire le 17 juin dernier et que les observateurs s’interrogeaient sur le rôle qui serait désormais le sien sur l’échiquier politique national, très rapidement des questions d’ordre matrimonial entre lui et Simone Gbagbo défraient l’actualité de ses dernières 24 heures. Déjà la toile bruissait de rumeurs à l’analyse des premières images des retrouvailles entre Simone et Laurent Gbagbo à l’aéroport le 17 juin dernier. On y voyait l’ancien Chef de l’Etat avec des gestes bien démonstratifs passer un message à celle qui est encore son épouse devant la loi, mais ces gestes furent l’objet de toutes les interprétations.


72 heures à peine après son retour au pays, un communiqué produit par le conseil de Laurent Gbagbo viendra confirmer les rumeurs à la grande stupéfaction des militants et sympathisants du bord politique auquel ils appartiennent mais aussi de nombreux ivoiriens qui au fil du temps avaient pris en admiration ce couple au parcours politique exceptionnel. «  Laurent Gbagbo annonce qu’en raison du refus réitéré depuis des années de Dame Simone Ehivet de consentir à une séparation amiable, au demeurant voie de règlement appropriée à leurs statuts personnel et politique réciproques, il s’est résolu à saisir ce jour le juge des affaires matrimoniales du tribunal de première instance d’Abidjan, d’une demande de divorce », indique une note de son conseil Me Claude Mentenon.

Si Laurent Gbagbo, le requérant obtient gain de cause auprès du juge matrimonial, c’est une union scellée en 1989 soit 32 ans de vie commune qui prendra fin avec tout ce que ce couple aura vécu comme épreuves aussi bien dans la vie de tous les jours que sur le terrain politique.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Renouvellement des CNI, le PDCI propose une prorogation et se dit préoccupé par la question des audiences foraines

        Mais comment celle dont l’ombre plane sur cette affaire de divorce a-t-elle lentement mais progressivement conquis ‘’le cœur’’ du ‘’Woody’’ jusqu’à étendre son influence dans le pré carré de l’ex Chef de l’Etat ? Seule à être aux petits soins de son homme durant sa longue détention à la Haye au Pays-Bas, ce dévouement pour Gbagbo aura certainement pesé lourd dans la décision de Laurent Gbagbo et pour cause.

Déjà, Jeune Afrique dans une parution en date du 11 mars 2019 révélait comment lentement mais surement avec la patience qui caractérise l’araignée, Nadiana Bamba plus connue sous le diminutif de ‘’Nady’’ Bamba pour ses intimes était parvenue à tisser sa toile autour de l’ex Président jusqu’à devenir un pion essentiel de son cercle restreint.

Selon JA « l’influence de Nadiani Bamba dans les cercles du pouvoir a grandi au fil des années, avec la bienveillance de Laurent Gbagbo »et de poursuivre « discrète au début de leur relation « Nady » a été le premier soutien du Chef de l’État pendant ses années de détention à la CPI ».

Qui est donc cette femme devenue très influente aussi bien dans le sillage de Laurent Gbagbo que dans le monde des affaires ? Ex-correspondante d’Africa N°1, la radio panafricaine à Abidjan, elle abandonnera le micro pour le monde des affaires. Selon JA « Discrète lors des premières années de son idylle avec Laurent Gbagbo », ‘’Nady’’ qui est originaire de la ville de Touba, dans le Nord-Ouest, le fief des Fadiga et des Bamba « sort de l’ombre au début de l’année 2000 » avec son union qui sera scellée en 2001 avec l’ex Chef de l’Etat, « selon les rites coutumiers mahouka et musulman ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Mise sous tutelle de la mairie du Plateau, Abobo-Doumé transformé en champ de bataille ce jour

Ce fut le début d’une ascension de l’ex journaliste dans le cercle restreint de celui qi est désormais son époux selon les rites coutumiers. JA révèlera ainsi qu’elle « dispose de ses appartements à la présidence, d’une cour de fidèles ainsi que d’un carré de ministres et de conseillers » alors que son époux était le locataire du Palais du Plateau. Son rôle auprès de Laurent Gbagbo ne deviendra vraiment politique qu’après les accords de Ouagadougou, en 2007 indique le périodique panafricain.

Fin stratège politique, Laurent Gbagbo « veut tirer le meilleur parti du processus de transition et s’appuie sur elle pour développer une diplomatie parallèle dans le Nord, notamment auprès de la rébellion » nous révèle JA. Il trouve en la personne de sa seconde épouse ‘’Nady’’ l’émissaire idéal. « Elle sera ainsi l’émissaire de l’ex-Président jusqu’à sa chute et aura pour interlocuteur privilégié, Méité Sindou, alors conseiller spécial de Guillaume Soro » lit-on dans JA. On apprend ainsi que ‘’Nady’’ « était très soucieuse des intérêts de son mari. Et on sentait en même temps chez elle un fort désir de devenir l’épouse légitime de Gbagbo », selon un cadre de la rébellion, qui va ensuite la décrire comme une « femme de caractère, têtue et opiniâtre ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Décès de Mel Eg Théodore en Europe selon ses proches

En 2010, c’est la grande reconnaissance de son rôle politique de plus en plus croissant auprès de son époux. « Le Président sortant lui confie la communication de sa campagne présidentielle et la gestion d’une partie des contributions financières venues de généreux donateurs » indique JA et elle dirigera même la campagne du Woody dans le Nord du pays.

Après le transfert de l’ex-chef de l’État à la CPI suite aux tristes évènements de la crise post-électorale que l’on sait, Nadiani emménage à Bruxelles. JA conclura que « Pendant ses sept années de détention, elle sera son (NDLR Laurent Gbagbo) premier soutien, lui rendant visite tous les samedis avec leur fils, Raïs et sera une courroie de transmission entre de nombreux cadres du FPI et leur chef ». Laurent Gbagbo lit-on dans JA aura été très marqué par un tel « dévouement » au point de confier un jour à un ami : « Sans elle, je n’aurais pas tenu. » termine le panafricain JA.

Cette affaire qui relève de la vie privée des personnes concernées et qui défraie malheureusement la chronique du fait de leur statut de personnages publics attriste les sympathisants de ce couple qui aura joué un rôle éminemment important dans l’avènement de la démocratie en Côte d’Ivoire. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here