Home Politique La plateforme URGENCES-CI à Bédié: «Il serait indigne et inconcevable que nous...

La plateforme URGENCES-CI à Bédié: «Il serait indigne et inconcevable que nous dérobions à la lutte que des despotes nous imposent»

La plateforme URGENCES-CI à Bédié: «Il serait indigne et inconcevable que nous dérobions à la lutte que des despotes nous imposent»
La plateforme URGENCES-CI à Bédié: «Il serait indigne et inconcevable que nous dérobions à la lutte que des despotes nous imposent»

DISCOURS DE MONSIEUR EPHILIET TANO ELANY

Jeudi 8 octobre, résidence abidjanaise du président Bédié, président du PDCI-RDA et de la CDRP.

Excellence, monsieur le président Aimé Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, monsieur le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, mesdames et monsieur les membres du Secrétariat Exécutif, madame la directrice de communication du Président Bédié marraine d’URGENCES-CI,

Excellence monsieur le Président

Dans ces moments difficiles il m’échoit de prendre la parole en toute modestie et en toute responsabilité au nom de mes pairs composant la plateforme URGENCES-CI.

Excellence monsieur le président est-il encore besoin de rappeler les faits sous-jacents qui ont conduit ‘notre cher pays dans l’impasse actuelle, que oui monsieur le président, la conjoncture due aux différentes crises militaro-politiques que nous vivons depuis près de deux décennies a profondément ébranlé la société Ivoirienne.

Le Chômage grandissant des jeunes, la paupérisation généralisée , le rattrapage ethnique, le cumul de postes, l’insécurité galopante,  l’incarcération arbitraire, l’enrichissement illicite  d’une oligarchie au détriment de la masse, les dérives totalitaires,  l’absence de liberté d’expression, le chantage politique honteux, le holdup électoral, la volonté manifeste du parti au pouvoir à disloquer ou à museler les partis politiques représentatifs, le bâillonnement des hommes politiques et militaires sont autant de maux multiples qui  ont jeté l’effroi sur notre société qui voit ainsi sa fibre démocratique devenir un leurre.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Après la rencontre entre le PDCI et Gbagbo, le camp Affi s'insurge contre le thème « Gbagbo Président du Fpi » contenu dans le communiqué

Les valeurs intrinsèques de paix, cohésion, tolérance et solidarité sur lesquelles le PDCI-RDA a posé les jalons de la Côte d’Ivoire moderne se sont envolées en éclat, laissant place à la violence, la division, et à la dictature par des aventuriers narcissiques-despotiques.  

De tout ce qui précède, nous pouvons dire avec énergie que notre pays va de mal en pis, malade de sa gouvernance, de son système dont nous ne pouvons cautionner les conséquences en termes de tortures quotidiennes de nos compatriotes. Mais au-delà la goutte d’eau qui a fait déborder le vase au niveau de la jeunesse consciente est le viol sans vergogne de notre constitution par le conseil constitutionnel, se taire serait faire preuve d’apathie et se faire complice de cette macabre et funeste supercherie des tenants du pouvoir.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Crise au Fpi, Marcel Gossio pris à partie dans une veillée funéraire à Yopougon

Monsieur le président, URGENCES-CI tient à vous dire que sauf cataclysme cet odieux et fragrant coup d’Etat constitutionnel ne passera pas et ne passera pas certainement pas par lui. C’est en cela d’ailleurs nous mobilisons nos énergies pour éveiller et éclairer la lanterne de nos compatriotes pour l’application effective du mot d’ordre de la désobéissance civile lancée le 20 septembre dernier par la CDRP à travers vous.

Pour nous l’heure du sursaut national a sonné l’heure est indiquée pour recadrer les choses dans cette nation, car plus qu’une mission c’est un devoir pour nous autres et notre présence en votre humble demeure n’est que la démarche des enfants qui viennent s’agripper sur le sycomore que vous êtes pour mieux entrevoir l’aurore, bien évidemment vous êtes à n’en point douter : «Le phare inextinguible et ardent  auquel nous devons nous rattacher inconditionnellement comme le matelot en pleine tempête»  

Lire aussi:   Alassane Ouattara : « je ne rentre pas dans ce faux débat qui d’autre connaît mieux cette Constitution que moi ?

Si nos pères autrefois ont lutté pour l’avènement de l’indépendance en Afrique il serait indigne et inconcevable aujourd’hui que nous dérobions à la lutte que des despotes nous imposent.

A chaque génération sa lutte, la nôtre est là et nous n’abdiquerons qu’advienne ce que avenir pourra.

Que l’incréé l’Eternel vous bénisse et bénisse la Côte d’Ivoire.

source: africanewsquick

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here