HomePolitiqueLa fête d’Indépendance de la Côte d’Ivoire sans l’Opposition

La fête d’Indépendance de la Côte d’Ivoire sans l’Opposition

Les partis politiques de l’Opposition qui ont accompagné jusque-là M. Alassane Dramane Ouattara dans sa gestion du pouvoir ivoirien, se sont révoltés et n’ont pas répondu présent à l’invitation de la célébration des 56 ans d’Indépendance de la Côte d’Ivoire. Présidents d’institutions, ministres, chefs coutumiers et religieux ont répondu favorablement à l’invitation sauf l’Opposition qui a brillé par son absence.

Depuis quelque temps en arrière, 23 partis politiques avec en tête M. Pascal Affi N’Guessan, avaient signé un document pour dire non au projet d’une Nouvelle Constitution que M. Alassane Dramane Ouattara veut imposer aux Ivoiriens. Le Référendum conçu à ce sujet devrait se tenir fin Octobre prochain, pour faire rentrer la Côte d’Ivoire dans la 3ème République. Des experts en Droit Constitutionnel dont le Pr Ouraga Obou, ont été commis à cette tâche qui pour leurs confrères tels que le Pr émérite Francis Vangah Wodié et son disciple Martin Bléou, est une violation grave des textes qui régissent la Constitution ivoirienne, car seule une Assemblée constituante peut donner lieu à une telle initiative.

Lire aussi:   Gambie : L'APRC accuse la CEI et insiste sur le retour de Jammeh

M. Alassane Dramane Ouattara n’entend pas les choses de cette oreille. Il poursuit son projet sans écouter les interpellations des uns et des autres. Dans la même veine, la grogne sociale a occasionné des casses, des pillages, la mort et des blessés à Yamoussoukro, à Daloa, à Korhogo, à Tiassalé et surtout à Bouaké, le fief de la rébellion en Côte d’Ivoire. Tout ce climat délétère qui prévaut en ce moment en Côte d’Ivoire, a fait dire à M. Abou Drahamane Sangaré, lors d’un meeting qu’il animait ce week-end à Alépé que « La Côte d’Ivoire danse sur un volcan » en ce moment.

Lire aussi:   Politique nationale Amadou Soumahoro: « S’ils continuent, on demandera à Alassane Ouattara d’être candidat en 2020 »

En effet, le Président Laurent Gbagbo et le Ministre Charles Blé Goudé sont incarcérés à la Cour Pénale Internationale (CPI) de la Haye, des Ivoiriennes et des Ivoiriens sont encore en exil politique, des prisonniers politiques croupissent toujours dans les cellules insalubres des prisons du pays, la cherté de la vie attriste de jour en jour les populations… Que faire dans ce cas?

Africatime CI