Home Politique Guillaume Soro: depuis son exil, Éléonore Kouamé fait des confidences sur l’ex...

Guillaume Soro: depuis son exil, Éléonore Kouamé fait des confidences sur l’ex PAN

Guillaume Soro: depuis son exil, Éléonore Kouamé fait des confidences sur l'ex PAN
Guillaume Soro: depuis son exil, Éléonore Kouamé fait des confidences sur l'ex PAN

À la tête du mouvement AGIR pour la Côte d’Ivoire, Éléonore Kouamé rêve de voir un jour Guillaume Soro à la tête de la République ivoirienne. Hors scène, l’actrice et comédienne participe aux réunions de GPS (Générations et peuples solidaires) où elle côtoie le président de ce mouvement politique Guillaume Soro, ainsi que des collaborateurs comme Affoussiata Bamba Lamine, Franklin Nyamsi et bien d’autres militants ou sympathisants. Elle est également active sur les réseaux sociaux à travers ses lives Facebook, « Télé pour Tous ». Lorsqu’il s’agit de parler de son leader, Éléonore est admirative de la force mentale de l’homme. «Quand vous le voyez, il a l’air de quelqu’un qui va négocier son retour dans son pays ? La personne que je connais ne ferait pas ça», dit-elle, en parlant du retour du « Che » ou encore « Bogota » en Côte d’Ivoire.

Ses liens avec l’ex-Premier ministre et ancien président de l’Assemblée nationale, son avis sur la traque dont il est l’objet, le troisième mandat d’Alassane Ouattara, etc. Au téléphone depuis Paris, Éléonore Kouamé explique le sens de son engagement et remonte les bretelles aux détracteurs de son mentor.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans la politique ? 

– C’est l’amour pour mon pays qui m’a attiré dans cet univers. À la base je fais du théâtre. Et dans ce métier on a eu à incarner des personnages politiques. C’est un choix assumé. Je dis souvent que je ne fais pas de la politique. Mais en Côte d’Ivoire, il suffit de parler du président de la République pour que les gens disent que vous faites de la politique. Si c’est cela, alors je fais de la politique.

Vous ne faites pas que parler du président de la République, mais vous êtes aussi une fervente défenseure de Guillaume Soro ?

– Je suis une personne qui n’aime pas l’injustice. Et j’ai vu qu’en Côte d’Ivoire, la politique est devenue du théâtre. Je ne comprends pas, comment des gens qui ont dit partout hier que ce « jeune homme » (Guillaume Soro : ndlr) a été leur sauveur, aujourd’hui déclarent qu’il veut faire un coup d’État en Côte d’Ivoire. Guillaume Soro a été leur sauveur, pour la plupart dans ce gouvernement. Je connais son histoire depuis l’université, comme tout le monde. Je suis engagée à ses côtés, parce qu’il est un homme charismatique. Un homme qui sait ce qu’il veut.

Que représente-t-il pour vous ?

– Il représente l’avenir de la Côte d’Ivoire. Il est mon président. Mon leader. Il représente surtout la jeunesse, entre deux générations.

Est-ce que vous le rencontrez souvent ? 

– Plusieurs fois. Quand on fait des réunions. Il organise des réunions virtuelles, compte tenu du Covid-19. Avant la pandémie, on a une salle où on se retrouvait. Mais avec les restrictions sanitaires, on fait des réunions virtuelles. On a une rencontre demain (lundi 25 octobre 2021. L’interview a eu lieu la veille, dimanche 24 octobre : ndlr).

Lire aussi:   Passeport de Blé Goudé: une lettre de Boga Sako qui pourrait mettre la pression sur la CPI

Quel est son état d’esprit en ce moment ? 

– Il est bien. Je ne suis pas dans sa tête pour savoir comment il est moralement, mais pour ce que je sais, physiquement il est comme toujours. Ceux qui ont fait la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire : ndlr) savent qu’il est un homme fort. En tout cas, à le voir physiquement il est bien. Je ne dis pas qu’il est mon ami au point où on se voit tout le temps pour causer. Néanmoins, c’est un homme toujours égal à lui-même que je vois.

Donc, vous êtes tous les deux en France ? 

– Guillaume Soro est là où il se trouve.

C’est-à-dire, en France ? 

– Les gens cherchent à savoir où il se trouve, mais je peux vous dire qu’il va bien.

Comment vivez-vous tout ce qui se dit à son sujet ? 

– Ça ne change rien du tout à mon engagement. Personne ne m’a poussée à le soutenir. Tout ce qui se dit, je n’écoute même pas. Tant que ce n’est pas Guillaume Soro qui parle.

Il y a eu quand même pas mal de défections autour de lui ?

– Ceux qui commencent une lutte ne la terminent pas, la plupart du temps. C’est comme un véhicule, arrivé à un carrefour, certains descendent. Ceux qui sont fatigués et qui descendent, on ne leur en veut pas. Ces choses ne m’affectent pas. Au RDR (Rassemblement des républicains : ndlr) par exemple, certains parmi ceux qui sont là n’étaient pas présents au départ. Tout comme d’autres qui étaient au départ ne sont plus là.

– Soro est un fin politicien. Quand il est venu en France, il a créé le GPS (Générations et peuples solidaires : ndlr) parce qu’il savait que l’autre allait monnayer son parti. À partir du moment où ils ont constaté qu’il ne pleut plus chez Soro, ils sont allés chercher de l’eau ailleurs.

Votre commentaire sur sa condamnation à la prison à vie par un tribunal en Côte d’Ivoire ? 

– Est-ce que c’est Dieu qui l’a condamné ? Si ce n’est pas Dieu, c’est qu’aucune personne ne peut le condamner à vie. Il n’y a pas de condamnation à vie, dans notre Constitution. C’est un procès politique. Avant, Guillaume Soro était jeune et il a été manipulé par des personnes plus âgées. Qu’on évite de dire qu’il a été condamné à vie. Tant que le Créateur ne l’a pas condamné, aucun être humain ne peut le faire.

Lire aussi:   Procès Pascal Affi N’guessan contre Sangaré Abdou Drahamane et autres : L’audience reportée au 11 mars 2016

On vous sent déterminée, mais ce n’est pas le même sentiment chez Kanigui Soro, président du RACI et ancien collaborateur de Guillaume Soro, qui a déclaré le 22 octobre dernier qu’il ne fera plus équipe avec lui… 

– Il y a des personnes que je n’écoute pas. On naît leader, on ne le devient pas. Je suis une personne vraie. Et mon rôle, à la base, en tant qu’artiste est de dénoncer. Si vous et moi créons tous les deux des partis politiques, pourquoi viendriez-vous me soutenir ? Pourquoi associer le nom de Guillaume Soro à son parti ? Je pourrai retourner à mon art, tranquille, le jour où Guillaume Soro sera là où je souhaite qu’il soit. Même si j’ai les cheveux blancs. Ceux qui parlent ont tous profité de lui. Il (Kanigui Soro : ndlr) ne m’intéresse pas.

Pour lui, il n’y a pas de doute que l’avatar Chris Yapi est Guillaume Soro ?

– C’est quelqu’un qui veut parler. Les miettes qu’il a reçues sont en train de finir. Donc, il faut faire du bruit. Si quelqu’un, qui est en Europe, parvient à faire toutes ces choses ici au milieu de vous, c’est qu’il est fort. Toute l’Afrique devrait le célébrer. Ceux qui dénigrent Guillaume Soro aujourd’hui sont les mêmes qui viendront implorer son pardon demain. Ce sont des gens qui n’ont pas de dignité.

Le GPS a été dissout en Côte d’Ivoire, les réunions qui se poursuivent sont-elles une défiance à l’égard de la justice ?

– Ils ont beau dissoudre, nous sommes les « présidents » de Facebook. Le mouvement est né en France. Ils ont tellement peur de Guillaume Soro… Le jour où ils ont prononcé la dissolution du GPS, le mouvement est monté à un million d’abonnés. Ils ne peuvent pas décider de ce que les gens doivent faire. C’est pourquoi, Laurent Gbagbo leur a répondu qu’il fera la politique jusqu’à sa mort. Lorsque Guillaume Soro faisait la prison pour eux à l’époque, ils étaient contents. Même s’ils parvenaient à l’interpeller, ça n’arrêtera pas le mouvement. S’ils veulent, qu’ils viennent dans notre mouvement, le GPS va les guider. (…). Notre Constitution dit qu’aucun Ivoirien ne doit être contraint à l’exil. Donc ils sont en faute. Je dis souvent que je ne fais pas de la politique, mais j’ai toujours critiqué les régimes précédents. Que ce soit celui de Guéi, Bédié, Gbagbo… J’étais la première à critiquer Gbagbo et son épouse, depuis l’émission « Dimanche Passion » (ancienne émission télé de divertissement de la RTI : ndlr). Pourquoi eux ils sont allergiques aux critiques ?

Est-ce vrai que Guillaume Soro négocie avec les autorités son retour en Côte d’Ivoire ? 

Lire aussi:   Tiken Jah casse la baraque: « Que Gbagbo, Ouattara et Bédié renoncent à se présenter aux prochaines élections présidentielles »

– Quand vous voyez le leader, il a l’air de quelqu’un qui va négocier son retour dans son pays ? La personne que je connais ne ferait pas ça. Ce n’est pas possible. Tous les Ivoiriens doivent rentrer dans leur pays et c’est leur droit.

Pourquoi on ne l’entend plus comme avant ? 

– Il a donné l’information qu’il voulait livrer aux Ivoiriens. Alassane Ouattara se présente combien de fois à la télé ? Il a fallu dernièrement que des rumeurs disent qu’il est malade pour qu’il se présente. Les inondations tuent les gens, sans oublier les autres problèmes. Les Ivoiriens veulent voir des gens qui règlent leurs préoccupations. Guillaume Soro ne parle que s’il a quelque chose à dire.

Quelle est votre opinion sur le troisième mandat du président Ouattara ? 

– Notre Constitution dit que les mandats se limitent à deux. Le troisième mandat est devenu un péché. D’ailleurs, tous ceux qui l’ont tenté ont été emportés. Vous avez vu dernièrement comment Emmanuel Macron a bien défendu ce mandat, lors du Sommet Afrique-France ? Il explique c’est dû au décès du Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly. Mais c’est un parti politique. Il y a toujours quelqu’un pour le remplacer. En France, ça ne se ferait pas.

Pensez-vous qu’une réconciliation est possible entre Ouattara et Soro ? 

– Ce sont deux hommes politiques, ce sont eux qui voient. Guillaume Soro est venu en France, et au moment de retourner il a failli être tué dans son avion. Réconciliation, mon œil ! Moi, je sais que mon patron, quand il prend une décision, il va jusqu’au bout. Quand il voulait rentrer en Côte d’Ivoire, c’était pour être candidat aux élections présidentielles.

Pour vous, il n’y a pas de réconciliation en l’état actuel ?

– Pour moi, ça ne sert à rien de maintenir les gens en prison ou en exil. Cela fait que les familles de ces personnes ont de la haine. On se tait, on vous regarde mais est-ce que c’est bon ? Laurent Gbagbo est sorti de prison, mais des personnes qui l’ont défendu sont encore en détention. Les enfants des gens meurent. Les sales coups, Soro n’a rien à voir avec ! Ils ont dit que Laurent Gbagbo était le coupable des victimes de la crise post-électorale de 2011. Mais la CPI l’a blanchi. Si ce n’est pas lui le coupable, qui est-ce donc ? Que Ouattara aille aussi à la CPI pour donner sa version des faits. Pas pour faire la prison mais pour être entendu aussi. Au lieu de passer le temps à chercher Guillaume Soro, il faut libérer les Ivoiriens de la prison et laisser rentrer les exilés.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here