Home Politique Guikahué, Assoa Adou, Issiaka Sangaré en colère : Voici ce qu’ils disent...

Guikahué, Assoa Adou, Issiaka Sangaré en colère : Voici ce qu’ils disent sur la candidature de Ouattara

Guikahué, Assoa Adou, Issiaka Sangaré en colère : Voici ce qu’ils disent sur la candidature de Ouattara
Guikahué, Assoa Adou, Issiaka Sangaré en colère : Voici ce qu’ils disent sur la candidature de Ouattara

Les représentants des partis politiques de l’opposition ont réagi sur la déclaration d’Alassane Ouattara de se présenter pour un troisième mandat sur la radio internationale RFI, ce vendredi 07 août 2020. Afriksoir.net vous propose quelques propos de Maurice Kakou Guikahué, Touré Moussa, Assoa Adou et Issiaka Sangaré.

Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI-RDA : « Dans la Constitution de la Côte d’Ivoire, il n’est écrit nulle part que si Bédié est candidat d’autres doivent l’être. En matière d’élection présidentielle, c’est la Constitution qui compte. Le problème qui se pose aujourd’hui, c’est que le Président de la République vient de violer la Constitution. Sa candidature est anticonstitutionnelle, elle est illégale. Je suis bien placé parce que j’étais au cœur de la préparation de la Constitution de 2016, et j’ai fait des réunions avec le président Ouattara Qui la main sur le cœur nous a dit qu’il n’était pas question d’un troisième mandat et que c’est pour cela qu’on mettait l’article 183 dans la Constitution de 2016. Le président Ouattara met les germes de la déstabilisation en Côte d’Ivoire et il est contre la paix. »

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Avant sa rencontre du week-end avec Soro, Bédié reçoit à Daoukro les anciens de la Fesci

Moussa Touré, directeur de la Communication de Guillaume Soro : « Il a préparé le terrain à cela. Depuis le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, nous avons tous suivi le ballet des rois, des chefs traditionnels venir le supplier. Donc pour nous, cette annonce n’est pas une surprise. Mais nous nous attendions à mieux de Monsieur Ouattara, en ce sens qu’il a toujours donné l’image d’un homme d’Etat. En la matière en se présentant comme candidat, il viole la Constitution de la République de Côte d’Ivoire et ceci est inacceptable. Monsieur Ouattara ne peut pas être candidat à un troisième mandat. C’est clair, c’est net. Donc, Monsieur Ouattara en violation de la Constitution décide d’être candidat. Mais, Monsieur Ouattara en violation également de cette même Constitution décide de bloquer ceux que la Constitution autorise à être candidat. Je pense à Monsieur Laurent Gbagbo et à Monsieur Guillaume Soro qui sont en exil de fait. »

Lire aussi:   Guillaume Soro fera comme Ouattara en 2010 si le Conseil constitutionnel rejette son dossier de candidature

Assoa Adou, secrétaire général du FPI proche de Laurent Gbagbo : « En se présentant hier, Monsieur Ouattara vient de détruire la Constitution que lui-même a fait voter par les Ivoiriens. Monsieur Gbagbo et Monsieur Guillaume Soro doivent tous rentrés en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, il n’y a aucune raison de les maintenir à l’intérieur. Monsieur Ouattara en se présentant hier, a montré qu’on ne peut plus les bloquer. »

Issiaka Sangaré, secrétaire général du FPI proche de Pascal Affi : « D’abord au niveau personnel et au niveau national, le président Ouattara a renoncé à un engagement qui l’avait présenté comme un homme d’honneur. Cette situation de fait va fortement impacter son image. Au niveau africain, l’aventure des troisièmes mandats est une situation malheureuse que vivent encore beaucoup de nos Etats. La Côte d’Ivoire aurait pu être l’antithèse de ce genre de situations. Au plan international nous savons que la démocratie est un système politique qui couvre des perspectives de développement. Ce message n’est pas bon au niveau international.»

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: le président qualifie le référendum de "plébiscite"

Source: afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here