Home Politique Guerre ouverte entre Gbagbo et Affi : une fissure qui peut coûter...

Guerre ouverte entre Gbagbo et Affi : une fissure qui peut coûter cher à l’opposition

Guerre ouverte entre Gbagbo et Affi : une fissure qui peut coûter cher à l’opposition
Guerre ouverte entre Gbagbo et Affi : une fissure qui peut coûter cher à l’opposition

Depuis l’arrivée de Laurent Gbagbo le 17 juin 2021, il n’a pas encore reçu Pascal Affi N’guessan, président statutaire du Front Populaire Ivoirien (FPI). Pour certains militants pro-Affi, l’ancien Président l’ignore et est même en train de faire un coup de force en convoquant à la surprise générale toutes les instances du parti le 09 août 2021 dans un espace des II Plateaux.

Le camp Affi s’oppose à cette convocation. En témoigne le communiqué publié par Issiaka Sangaré, son Secrétaire général, le 03 août 2021.

La branche statutaire du parti dit noter ‘’avec regret qu’en dépit de ses nombreuses interpellations et mises au point, le Président Laurent Gbagbo persiste dans sa posture de se considérer comme le président du parti.’’

Lire aussi:   A Lomé, l’Union africaine adopte une charte «historique» contre la piraterie

‘’Le FPI s’indigne, en outre, que le Président Laurent Gbagbo convoque une réunion à laquelle il associe le nom du FPI et de ses instances, au mépris de la demande d’audience introduite depuis plus de deux semaines par le Président du parti, afin de discuter avec lui de la crise interne et de l’avenir du FPI. Cette tentative de passage en force est un mépris inacceptable des textes, des instances et du Président du parti’’, poursuit la note.

Pourtant les deux tendances du FPI s’étaient réjouies du retour triomphal de Gbagbo. Car pour eux, une fois sur le territoire ivoirien, l’une de ses priorités allait être l’unité du parti.

Malheureusement, avec l’appui de ses plus proches collaborateurs, il préfère pour l’instant œuvrer pour dépouiller Affi N’guessan de ses pouvoirs ; chose qui ne sera pas du tout facile quand on sait que le camp de l’ex-premier ministre de Gbagbo ne veut rien lâcher.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Municipales 2018 au Plateau, le candidat du PDCI Ehouo «sans bruit» face au pouvoir

Ce bicéphalisme fragilise davantage l’opposition ivoirienne qui a payé le plus lourd tribut des crises pré et postélectorales 2020.

Un FPI unifié en alliance avec le PDCI-RDA, actuellement première force politique de l’opposition, serait imbattable pour les futures échéances.

Mais un FPI a deux têtes ne pourra pas apporter grand-chose. Nous en voulons pour preuve, les résultats catastrophiques aux législatives du 06 mars 2021 où le FPI divisé a mordu la poussière.

Cette désunion fait en effet, l’affaire du RHDP qui a obtenu la majorité à toutes les élections locales par des moyens décriés par l’opposition, et qui ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ; surtout que la mésentente au sein de l’opposition peut lui permettre d’obtenir gracieusement un quatrième mandat.

Lire aussi:   En Côte-d’Ivoire le PDCI et Bédié appelés à respecter leur OUI à la constitution de 2016 (article 177)

Gbagbo et Affi doivent comprendre que désormais en Côte d’Ivoire, il est impossible à un parti politique de remporter une élection présidentielle au premier tour tout seul, vu le poids du PDCI et même du FPI unifié.

Seules des alliances peuvent détrôner le régime en place. Or les divisions au sein d’un parti politique peuvent occasionner des votes sanctions et c’est le parti au pouvoir qui se frottera les mains tandis que l’opposition courra éternellement pour une reconquête non fructueuse du pouvoir d’Etat.

Source: Africanewsquick

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here