HomePolitiqueGouvernement Achi : Quand la colère des ministres sortants confirme le malaise...

Gouvernement Achi : Quand la colère des ministres sortants confirme le malaise au RHDP

Gouvernement Achi : Quand la colère des ministres sortants confirme le malaise au RHDP
Gouvernement Achi : Quand la colère des ministres sortants confirme le malaise au RHDP

Le Premier ministre Patrick Jérôme Achi a annoncé hier la liste de son gouvernement. Si celui-ci enregistre l’entrée de nouvelles personnalités dont Amadou Coulibaly, Nassenéba Touré, Bouaké Fofana, Pierre Demba, Thomas Camara…, l’on note également le départ de certaines grosses têtes du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Les ministres remerciés par Alassane Ouattara sont notamment Aly Coulibaly, Gaoussou Touré, Sidiki Konaté, Albert Flindé, Mamadou Sanogo, Aka Aouélé. Pour le reste, nous avons assisté à un jeu de chaises musicales entre les anciens membres du gouvernement. Toute chose qui s’est matérialisé par le changement de département ministériel.

Ainsi Kandia Camara a quitté le ministère de l’Éducation nationale pour celui des Affaires étrangères. Mariétou Koné de la Solidarité la remplace à l’Education nationale. S’il est vrai que la formation d’un gouvernement, avec des entrées et des sorties, est dans l’ordre normal des choses, il n’en demeure pas moins que l’attitude de certains ex-ministres est sujette à interprétation.

La veille de leur limogeage, certains partants ont cru bon d’ébruiter cette séparation d’avec l’Exécutif. Ainsi, la palpitante ou mythique annonce officielle de la liste du nouveau gouvernement comme celle d’admis à un concours ou un examen, ils se sont permis d’annoncer sur les réseaux sociaux leur retrait involontaire mais voulu par la désormais ancienne hiérarchie. C’est quand-même nouveau en Côte d’Ivoire ! C’est là une preuve de leur mécontentement. Sinon comment comprendre qu’ils se rebellent contre leur ancien patron?

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Poursuite contre les députés Lobognon et Ehouo, le Gouvernement affirme qu'il n'y a pas de crise institutionnelle entre l'exécutif et le législatif

DES ANNONCES CURIEUSES

Les nouveaux ont été accueillis avec enthousiasme. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, la joie a forcément changé de camp. Parmi ces anciens ministres d’Alassane Ouattara, on en compte qui ont échoué aux récentes élections législatives. Cependant, d’autres candidats malheureux ont été reconduits. Le lundi 05 avril, veille de l’annonce du gouvernement, le service communication de Mamadou Sanogo annonce le départ de celui-ci du gouvernement.

« Le ministre Mamadou Sanogo a le plaisir de vous informer qu’il lui a été signifié à 20 heures 30 qu’il ne fera pas partie des membres du gouvernement », peut-on lire sur la page Facebook de Mamadou (le Bâtisseur) Sanogo. Après lui, Konaté Sidiki anciennement à l’Artisanat, en fait de même.

« J’informe mes amis et sympathisants que je ne fais pas partie du nouveau gouvernement », annonçait, péremptoire, l’ancien ministre. Le député de Man commune écrit également qu’il prend son départ du gouvernement avec « fair-play ». Albert Flindé n’est pas resté en marge de cet élan. Lui également s’est exprimé sur son »mur ». Ces deux hommes ont pu se faire élire aux législatives.

Lire aussi:   Gouvernement annoncé de la transition: pourquoi les choses tardent, ce qu'un leader politique annonce

PRÉSAGE D’UN MALAISE AU SEIN DU RHDP

Le procédé utilisé par les ministres Mamadou Sanogo, Sidiki Konaté et Albert Flindé pour annoncer leur non reconduction au gouvernement laisse présager un mécontentement de leur part. Déjà, il faut noter qu’ils existaient des velléités de conflits entre Sidiki Konaté et Téné Birahima Ouattara, le cadet du chef de l’État. Ces tensions avaient été remarquées lors des législatives. Elles ont été ponctuées de joutes verbales entre l’ancien ministre de l’Artisanat et Momo Bamba, chargé de mission de Téné Birahima.

Sidiki Konaté avait alors trouvé inconcevable que le chargé de mission du petit frère d’Alassane Ouattara soit le financier d’un candidat indépendant opposé aux candidats officiels de leur parti. Des observateurs de la scène politique ivoirienne avaient pronostiqué que cette guerre avec « Photocopie » (Téné Birahima Ouattara) par l’intermédiaire de Momo Bamba a pu éjecter MM. Konaté et Sidiki.

Quant à Mamadou sanogo, son mécontentement pourrait se justifier par deux raisons. D’abord, il faut noter qu’à la suite du contentieux du scrutin législatif du 6 mars dernier, le Conseil constitutionnel a ordonné la reprise de l’élection dans le Bafing où il avait été déclaré vainqueur. L’ancien ministre de l’Economie numérique et de la Poste peut ne pas prendre cette décision de bon cœur.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : Achi ou Hamed Bakayoko, Ouattara a choisi, voici le successeur de Gon à la Primature

Surtout que certains de ses camarades et cadres du RHDP, qui se trouvaient dans la même situation que lui, ont passé le tamis du juge constitutionnel sans soucis. Notamment Adama Bictogo, Secrétaire exécutif du RHDP dont l’élection est fort contestée par son adversaire Flore Aké M’bo, candidate d’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), à Agboville.

Débarqué, Mamadou Sanogo court le risque d’être en difficulté dans la lutte de leadership local qui l’oppose à Moussa Sanogo, ministre du Budget et du portefeuille de l’Etat dans la région du Bafing. En juin 2020, quand Amadée Kouakou, ministre de l’Equipement s’apprête à lancer les travaux de bitumage de l’axe Touba-Ouaninou-Sahouela, sous la présidence de Moussa Sanogo, Mamadou Sanogo avait produit un communiqué.

Dans cet écrit, il annonçait qu’il ne prendrait pas part à la cérémonie parce qu’il n’y avait pas été associé. « Monsieur Mamadou Sanogo, ministre de l’Economie numérique et de la Poste, président du Conseil régional du Bafing (…) informe ses frères et sœurs du Bafing, que n’ayant pas été associé à la cérémonie de lancement des travaux de bitumage de l’axe Touba-Ouaninou-Sahouela par les initiateurs, il n’effectuera pas le déplacement », avait-il prévenu.

Générations Nouvelles