Home Politique Gon ne serait plus candidat si…

Gon ne serait plus candidat si…

Gon ne serait plus candidat si…
Gon ne serait plus candidat si…

En dépit de son état de santé qualifié de fragile par une certaine opinion, le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly reste jusqu’à preuve du contraire, le candidat de son parti le RHDP, pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

Il y a quelques années, notamment sous la Constitution de 2000, il lui aurait été difficile de garder ce statut, surtout après son évacuation en France le 1er mai 2020, pour raison de santé.

L’alinéa 7 de l’article 35 de cette Constitution faisait en effet obligation aux candidats de prouver leur bon état de santé. « Le candidat à la présidence de la République doit présenter un état complet de bien-être physique et mental dûment constaté par un collège de trois médecins désignés par le Conseil constitutionnel sur une liste proposée par le Conseil de l’Ordre des Médecins. Ces trois médecins doivent prêter serment devant le Conseil constitutionnel », stipulait cet article.
Avec la réforme de 2016, cette mesure a été purement et simplement extraite de la Constitution. « Cela fait partie des allégements apportés à cette Constitution, au niveau des conditions d’éligibilité. D’ailleurs, était-elle vraiment respectée. Je pense que c’était beaucoup plus une mesure susceptible d’être utilisée contre les adversaires du pouvoir. Parce que je vois mal un chef d’Etat en exercice, décidé à être réélu, se laisser éliminer lui-même, pour une histoire d’examen médical. Sinon, l’idée en elle-même était belle. C’est un risque que d’élire un Président, sachant qu’il est malade et qu’il peut abandonner le pays à tout moment », a confié un professeur de médecine. Le Premier Amadou Gon Coulibaly est à Paris en France, officiellement, « pour un contrôle médical ». Évacué dans la nuit du 1er au 2 mai 2020 dans la capitale française, il se porte bien selon les autorités ivoiriennes qui annoncent son retour au pays « après quelques semaines de repos ».

Lire aussi:   Tidjane Thiam, candidat à la présidentielle ivoirienne de 2020 : « je prends ça très au sérieux »

Qui pourrait éventuellement remplacer Gon au RHDP ?

Les informations sur l’évolution de son état de santé ne courent pas les rues. En dehors de quelques communiqués officiels rares, rien d’autre ne filtre pas. Un silence qui donne de la matière aux concepteurs des rumeurs les plus folles. Ce lundi 25 mai 2020, leur nouvelle trouvaille a été de ventiler une information selon laquelle le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly aurait été plongé dans un coma artificiel. Ce que l’on sait d’officiel, c’est que le candidat du RHDP se porte de mieux en mieux. Pour en donner l’assurance à l’opinion, le Chef de l’Etat Alassane Ouattara lui-même, s’est entretenu le mardi 12 mai 2020, avec Amadou Gon  par vidéoconférence. Un entretien dont les images ont été largement reprises par les médias. Il avait bonne mine et a assuré que son contrôle médical s’est bien déroulé. Tout est donc au vert pour qu’il porte les couleurs du RHDP le 31 octobre 2020.
Si au bout du compte, le Premier ministre Amadou Gon venait à renoncer à sa candidature, les choix ne manquent pas au RHDP pour prendre le relai. Alassane Ouattara a un large éventail de choix en ce qui concerne les cadres RHDP capables de lui succéder à la tête du pays. Le vice-président de la République Daniel Kablan Duncan, le ministre d’Etat ministre de la Défense Hamed Bakayoko, Jeannot Ahoussou Kouadio (président du Sénat), le Secrétaire général de la Présidence Patrick Achi, pour ne citer que ceux-là, sont autant de cadres du RHDP, sont autant de cadres capables de prendre le flambeau et faire gagner leur parti en 2020.

Lire aussi:   Yamoussoukro Côte-d’Ivoire: Assoa Adou prononcera un discours « rédigé » par Gbagbo au Giga Meeting du PDCI

La rédaction APRNEWS
Anne-Marie Kacou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here