Home Politique Front populaire ivoirien : Simone Gbagbo marque son territoire

Front populaire ivoirien : Simone Gbagbo marque son territoire

Front populaire ivoirien : Simone Gbagbo marque son territoire
Front populaire ivoirien : Simone Gbagbo marque son territoire

La deuxième vice-présidente du Front populaire ivoirien (Fpi) a tenu un discours, hier mardi 6 juillet 2021, qui sonne comme un message voilé adressé plutôt à son propre camp politique. Surtout à Laurent Gbagbo lui-même. Décryptage !

Le discours de l’ex-Première dame apparaît, à première vue, comme une adresse au Président de la République Alassane Ouattara. Le félicitant d’avoir permis que son prédécesseur, Laurent Gbagbo foule à nouveau la terre de ses ancêtres. Après son acquittement par la Cour pénale internationale (Cpi).

En réalité, le message principal de ce discours est caché, subliminal. Simone Gbagbo s’adresse à la direction du Fpi pour bien marquer de façon claire, les limites infranchissables de son territoire.  Le fait qu’elle prenne la parole pour s’adresser au Chef d’État signifie qu’elle revendique son absolue autonomie. Elle n’entend pas que l’on lui mâche les mots pour les mettre dans la bouche. Elle s’est affranchie de ce qui est communément appelé, la discipline du parti. Elle veut parler et agir comme bon lui semble !

Lire aussi:   Gbagbo parle des 5 vrais fondateurs du FPI en 1982 : « Nous nous sommes réunis à la « Tour Golem » dans l’appartement n°42 de Kokora

Les mots choisis dans cette adresse ne sont pas fortuits non plus. Le numéro 2 du Fpi issu du congrès de Moossou se présente en rassembleuse. Là où les autres responsables de ce parti, y compris Laurent Gbagbo lui-même, se refusent encore de faire une adresse quelconque de remerciement à Alassane Ouattara, elle l’a fait. N’attendant la permission de qui que ce soit !

Simone Gbagbo a par ailleurs Invité au passage, le Chef d’État à aller encore plus loin, en permettant que tous les exilés rentrent en Côte d’Ivoire et que tous les prisonniers politiques civils ou militaires recouvrent la liberté. Elle parle clairement au nom de son parti, en faisant fi de la hiérarchie !

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo plaide pour un climat socio-politique « apaisé et démocratique » à Bonoua
Une rude bataille en perspective

Nul n’ignore que l’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen (Haye, Pays-Bas) est en Côte d’Ivoire depuis trois semaines. Il a eu le temps d’aller se recueillir sur la tombe de sa mère à Mama (Ouragagno), de participer aux noces de la fille de son ami, Jean-Pierre Bemba, à Kinshasa (République démocratique du Congo). Il est attendu ce samedi 10 juillet 2021 à Daoukro où il rencontrera Henri Konan Bédié, Président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire. Mais jamais, il n’a prononcé le nom d’Alassane Ouattara. L’ordre des priorités de l’ancien Chef d’État ne fait donc aucun doute !

Lire aussi:   Guikahué : “Alassane Ouattara est dans l’illégalité et c’est lui le responsable des morts”

La posture de Simone Gbagbo signifie une seule chose. Elle entend bien afficher son leadership au sein de son parti politique, en tout cas son autonomie. On ne peut s’empêcher d’en conclure que Simone Gbagbo s’est adressée surtout à son époux, pour lui signifier que même brouillés, ils seront obligés de collaborer et à armes égales. Pour sûr, rien ne se fera sans l’implication, voire l’approbation de l’ancienne députée d’Abobo

Comme on le voit, le bon ton utilisé par Simone Gbagbo dans son discours annonce en réalité, de futures batailles épiques au Fpi.

Théodore Sinzé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here