Home Politique France, un pays aux pieds d’argile

France, un pays aux pieds d’argile

France, un pays aux pieds d’argile
France, un pays aux pieds d’argile

France, un pays aux pieds d’argile

Les Africains doivent s’interroger pour une fois sur l’engagement de la France à vouloir leur apporter son aide et son expertise pour lutter contre le coronavirus en Afrique.

Alors que tous les pays de l’Europe de l’ouest sans exception aucune sont dévastés et décimés par la pandémie du coronavirus, c’est pour les pays Africains que la France semble plutôt se préoccuper.

D’où vient cet humanisme et cette spontanéité à sauver le continent Africain ?

Récemment le Directeur général de l’OMS annonçait que les Africains devraient se préparer au pire, faisant ainsi allusion aux effets meurtriers de cette pandémie des poumons au cas où le virus arriverait sur le continent.

Si toutes les statistiques mondiales s’accordent à reconnaître que la population Africaine est majoritairement jeune, ceci n’est pourtant pas le cas de la population européenne, qui quant à elle est vieillissante.

Le schéma que nous vivons en ce moment en Europe laisse clairement apparaître une certaine volonté de réduire considérablement la frange vieillissante de la population européenne pour des besoins de booster les économies dans lesquelles les plus âgés sont devenus inutiles et coûteux.

Lire aussi:   Tension sociale: le gouvernement ivoirien recherchera des ‘’solutions justes, supportables et durables’’ (Porte-parole)

Les systèmes européens de retraite sont devenus vétustes et coûteux alors que cesdits États peinent à trouver un procédé alternatif rigoureux. Il faut donc se débarrasser des veilles personnes dont l’entretien coûte des budgets insurmontables.

Si en Europe la pandémie du coronavirus vient aider certains pays à se débarrasser de leur population vieillissante, quel est donc son salut sur le continent Africain ?

Tuer les jeunes Africains pour empêcher au continent de pénétrer le mystère du développement économique. S’attaquer à la jeunesse Africaine c’est empêcher le continent Africain de connaître le bonheur de l’innovation par le génie créateur de ses bras valides.

Les européens ont compris que la dépendance de l’Afrique vis à vis de l’occident persiste encore non du fait de la mentalité et de l’héritage issus de la colonisation mais plutôt du fait d’une élite issue d’un certain courant de pensée qui préconise l’intérêt du colon au détriment du mieux-être des populations locales africaines.

Lire aussi:   USA/Côte-d’Ivoire: L’Ambassadeur Haïdara exhorte les ivoiriens des Etats-Unis à « transcender les différences »

Cette école n’a plus de meilleurs lendemains partout dans le monde et particulièrement sur le continent Africain. En 1990 avec l’effondrement du mur de Berlin, beaucoup sont les jeunes Africains qui ont quitté le continent pour trouver abri dans des pays occidentaux.

Tel a été le cas des jeunes ivoiriens de cette époque qui ont majoritairement et magistralement évité la France pour trouver refuge dans d’autres pays occidentaux. Cette situation à long terme mettra fin à la prépondérance de la France sur la côte d’ivoire.

L’école française en disputera désormais avec d’autres systèmes de pensées politiques. Et cette multitude de pensées mettra fin à la domination de la pensée héritée du système colonial français.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Le procès de Simone Gbagbo à nouveau renvoyé à mardi pour question de procédure

Et c’est là où se trouve tout l’enjeu des préoccupations de la franque dans cette crise sanitaire que traverse le monde en ces débuts de l’an 2020.

Comment faire pour ne pas perdre son influence en Afrique nonobstant la faiblesse et de son système sanitaire et de son économie, telles sont les préoccupations de la France.

Malheureusement, elle doit se rendre à l’évidence que son incapacité à faire face à cette pandémie des poumons tant sur son propre territoire que sur le territoire de pays à elle frontaliers finit de nous convaincre que nos pays n’ont pas besoin de son assistance intéressée.

St Claver Oula

Photo: Le directeur général de la santé Jérôme Salomon. Geoffroy Van Der Hasselt/Pool via REUTERS

Commentaires facebook

Source: Connexion ivoirienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here