HomePolitiqueÉlections législatives ivoiriennes de 2021 : pourquoi l’Opposition n’a pas intérêt à...

Élections législatives ivoiriennes de 2021 : pourquoi l’Opposition n’a pas intérêt à y participer

Élections législatives ivoiriennes de 2021 : pourquoi l’Opposition n’a pas intérêt à y participer
Élections législatives ivoiriennes de 2021 : pourquoi l’Opposition n’a pas intérêt à y participer

L’Opposition ivoirienne sera-t-elle au élections législatives de 2021 en Côte d’Ivoire ? Mamadou Traoré, proche de Soro, donne son avis.

A quelques mois des futures élections législatives, je vois déjà certains états-majors de l’opposition s’animer. Ils s’activent à accompagner le Restaurant dans son projet de sa légitimisassions de son pouvoir à travers ces élections. La logique aurait voulu que l’opposition ne participe pas à ces élections tant que certaines conditions ne sont pas réunies.

Il s’agit de la réforme en profondeur de la CEI, de la révision du découpage électorale, de l’audit international de la liste électorale, de la libération des prisonniers politiques, de la levée des charges portées contre les exilés politiques dont Laurent Gbagbo et Guillaume Soro. Si l’opposition espère que sa présence à l’hémicycle changera quelque chose dans la gouvernance du gourou du Restaurant, elle se goure.

Dans les conditions actuelles, elle ne pourra pas avoir la majorité à l’Assemblée Nationale. Les décrets du gourou du Restaurant passeront comme des lettres à la poste à l’Assemblée Nationale. Et sous son nez, le gourou du Restaurant procédera à des révisions sur mesure de la Constitution. Et il dira que c’est avec la caution de l’opposition.

Lire aussi:   Retour de Gbagbo/Adjoumani à ses fans : "vous parlez de Gbagbo, il a 20 ans ici. N'acculez pas Ouattara"

Et la présence de l’opposition à l’Assemblée Nationale, minoritaire du fait de la technologie électorale ,ne fera que donner une légitimité aux décisions du gourou du Restaurant enrobées dans des projets de lois. C’est pourquoi je ne trouve pas pertinente sa participation à ces élections législatives à venir bien qu’elle ait toutes les chances de rafler la mise dans les zones où la mascarade d’élection a été largement boycottée.

Car le faire, ce serait banaliser les morts ,les décapitations et les emprisonnements des membres de l’opposition que le boycott de cette mascarade d’élection présidentielle à engendrés.Que l’on se souvienne que jamais l’opposition n’a pu faire basculer en sa faveur,à l’Assemblée Nationale, un décret gouvernemental.

Si donc l’opposition veut prendre le prétexte de faire changer les choses à l’Assemblée Nationale pour justifier sa participation à ces élections législatives à venir, soit elle est naïve ,soit elle manque cruellement de stratégie.

Lire aussi:   Présidentielle: l'opposition n'est-elle pas en contradiction avec elle même? Voici les raisons

Le GPS quant à lui n’a pas intérêt à accompagner l’opposition dans cette aventure pour les raisons suivantes.

1.Il est le mouvement politique le plus traqué de Côte d’Ivoire. Ses cadres sont soit en prison, soit tenus au silence après leur sortie de prison, soit intimidés par le pouvoir.

2.Un échec programmé de ses représentants aux législatives, avec une CEI et un Conseil Constitutionnel aux ordres, donnera une occasion en or au Restaurant de tenter de démontrer à la Communauté Internationale qu’il ne pèse pas grand chose sur le terrain. Alors que le mouvement politique qui donne des insomnies au gourou du Restaurant c’est bien le GPS. Le leader politique qui donne des céphalées quotidiennes au gourou du Restaurant c’est le leader de GPS, le Tienigbanani national.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Bédié lève les sanctions contre des membres de son parti, un meeting de soutien à Ouattara samedi à Yamoussoukro

3.Comme tout a été programmé afin que notre Tienigbanani ne participe pas à ces élections législatives du fait de son exclusion de la liste électorale, que viendra faire le GPS à cette joute électorale qui servira à légitimiser et à légaliser le pouvoir du gourou du Restaurant ? Le GPS ne pourrait prendre part à une compétition électorale que lorsque les conditions d’un dialogue inclusif seront réunies. Car le dialogue actuelle entamé par le Restaurant et l’opposition est du pipo.

Rien que du pipo. Je reviendrai là dessus dans mon prochain post. Il est bon de noter que ma position actuelle sur la participation de l’opposition et de GPS aux élections législatives est une position personnelle. Elle n’est pas celle de la direction de GPS. J’espère seulement que la direction de GPS ne commettra pas l’erreur politique d’autoriser la participation de ses lieutenants à ces joutes électorales à venir déjà biaisées.

source: yeclo