Home Politique Election présidentielle ivoirienne : Affi lance l’offensive diplomatique

Election présidentielle ivoirienne : Affi lance l’offensive diplomatique

Election présidentielle ivoirienne : Affi lance l’offensive diplomatique
Election présidentielle ivoirienne : Affi lance l’offensive diplomatique

Affi, candidat FPI à la présidentielle d’octobre, a échangé ce 14 octobre 2020, avec Josephine Gauld, l’ambassadrice d’Angleterre à Abidjan.

Pascal Affi N’Guessan, candidat FPI à la présidentielle d’octobre, échange ce mercredi 14 octobre 2020, avec Josephine Gauld, l’ambassadrice d’Angleterre à Abidjan pour des élections justes, crédibles et paisibles en Côte d’Ivoire.

Rappelons que le président du Front populaire ivoirien (Fpi, opposition), Pascal Affi N’Guessan, a évoqué mardi 6 octobre 2020, à Abidjan un report de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 sur « trois mois » ou une « transition de 12 mois au moins pour tout mettre à plat ».

Selon M. Affi, « aucune condition n’est réunie » pour faire l’élection présidentielle  ivoirienne du 31 octobre 2020. De ce fait, « dans l’hypothèse où nous nous concentrons sur les élections (il faut) trois mois » pour le report en vue d’organiser un scrutin crédible.   

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Après le gazage du matin, l'opposition tient meeting et annonce une grande marche jeudi à Abidjan

Mais, « dans l’autre hypothèse où nous voulons reconstruire totalement, c’est ce que nous avons dit à la mission, que notre préférence aurait été qu’aujourd’hui que nous ouvrions une transition de douze mois au moins, pour mettre tout à plat ».  

Soutenant ses propos, il a déploré que depuis ces trente ans, la Côte d’Ivoire vit des situations de violence. Or, le pays a besoin de refondation, donc on peut prospecter ce « projet politique » en vue d’une issue heureuse.  

« Si nous ne voulons pas de cette transition, alors, il faut qu’on garantisse des élections véritablement transparentes. Et dans ce cas, il faut qu’on se donne trois mois», a-t-il insisté devant la presse, à sa sortie d’audience.  

« Nous n’avons pas une autre hypothèse. Pour nous, il faut que les élections à venir se tiennent avec tous les candidats, avec toutes les parties prenantes, parce que c’est cela qui est dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire », a-t-il déclaré.  

Lire aussi:   Campagne référendaire: M. TCHAGBA Laurent et son équipe pour sillonnent les 60 villages Ebrié

Pour le président du Fpi, le parti de Laurent Gbagbo, « il ne s’agit pas de faire des élections tronquées qui vont déboucher sur des violences et sur l’élection de quelqu’un qui n’est pas légitime, ou qui n’est pas le choix de la grande majorité des Ivoiriens ».  

Dans l’optique de garantir « la paix, pour la stabilité du pays, pour que nous pussions rompre avec ces trente ans de violence politique, il faut que cette année, nous nous donnions le temps et les moyens d’élections véritablement transparentes et apaisées », a-t-il soutenu. 

Il reste un peu plus de trois semaines pour la tenue du scrutin. Etant donné que le temps imparti est infirme pour faire de profonde réforme, « il faut nécessairement reporter les élections pour que nous engagions un dialogue  national sur toutes ces questions et que nous trouvions les compromis nécessaires », a-t-il dit. 

Lire aussi:   Kyria Doukouré au Conseil Constitutionnel : « où est la liste des doubles parrainages qui ont permis l’élimination Koulibaly, Mabri… ? »

M. Affi a réitéré devant la mission que la Commission électorale indépendante (Cei) soit « reformée » et que « le Conseil constitutionnel aussi ait à sa tête une autorité qui inspire confiance, qui peut rassurer quant à la proclamation effective des résultats issues des urnes ».

Il devrait, pour ce faire, être mis en œuvre aussi bien au niveau local qu’au niveau central de la Commission électorale indépendante, une réforme afin que « l’opposition soit dignement représentée et que ces élections à venir se tiennent dans la paix et la stabilité ». 

source: rue80

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here