Home Politique Discours d’ADO/Hubert Oulaye: « il n’y a pas eu un mot concernant les...

Discours d’ADO/Hubert Oulaye: « il n’y a pas eu un mot concernant les prisonniers de la crise 2010 »

Discours d'ADO/Hubert Oulaye:
Discours d'ADO/Hubert Oulaye: "il n'y a pas eu un mot concernant les prisonniers de la crise 2010"

A la veille du 61e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, comme à l’accoutumée, le Président de la République Alassane Ouattara s’est adressé à la nation hier vendredi 6 août à la télévision nationale. Dans son discours tant attendu, le Chef de l’État ivoirien a annoncé la libération provisoire de 69 personnes inculpées. 9 autres prisonniers arrêtés à la suite des violences survenues lors des dernières élections présidentielles ont été graciés. Toutes ces bonnes actions sont, selon le Président un « geste d’apaisement dans le processus de réconciliation des Ivoiriens ».

Rappelons que lors de sa réception par le Président Alassane Ouattara le 27 juillet dernier à la Présidence de la République, L’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo avait soumis à son successeur une requête dans laquelle il lui proposait la libération de 110 prisonniers de la crise post électorale de 2010. Transmettant fidèlement la réponse du Président Alassane Ouattara aux épouses des détenus face à la libération de leurs maris, l’ancien pensionnaire de la CPI avait dit ceci: « le Président Alassane Ouattara ne m’a pas dit NON mais il ne m’a pas dit OUI… Il a dit qu’il allait étudier ça, et que pour le moment il était entrain d’étudier le cas de ceux qui avaient été arrêtés au moment des élections de 2020 ».

Lire aussi:   Présidentielles 2020 : Des proches de Bédié redoutent des fraudes en préparation et révèlent une opération d'identification prévue pour démarrer le 06 novembre avant la réforme de la Cei

L’intervention de Laurent Gbagbo auprès du Président de la République au profit de ces prisonniers, a augmenté le degré d’attente de son adresse à la nation. Ce discours nourrissait beaucoup d’espoirs dans le cadre de la reconstruction et du processus de paix en Côte d’Ivoire. Le discours du Président Alassane Ouattara a, pour finir, annoncé de grandes nouvelles, au grand bonheur de nombreuses familles. 69 détenus inculpés libérés, 9 graciés et 3 000 autres graciés pour des détenus à qui il restait un an ou moins à purger.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Depuis Gbon, Mariatou en compagnie d'Alpha Yaya appelle à l'union et la paix entre cadres de la localité

Comme on le dit: « à l’exception nul n’est tenu ». Ce discours n’a pas été du goût de beaucoup d’autres personnes dont Hubert Oulaye, président de la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) qui semblait plus dubitatif. Là-dessus, il s’est exprimé en ces termes dans une interview sur la chaîne RFI diffusée ce matin :

« Là où la Côte d’Ivoire l’attendait le plus, c’était sur le geste à faire sur les prisonniers. J’ai cru comprendre là aussi que y a 69 cas, ça doit concerner certainement les prisonniers liés aux dernières élections présidentielles. Y a 9 pour lesquels il a dit avoir pris un décret pour les gracier, les autres, est ce que c’est une étude du dossier, donc, franchement je n’ai pas bien compris, mais en revanche il n’y a pas eu un mot concernant les prisonniers de la crise 2010-2011. Il a seulement dit qu’il faut aller plus en avant dans le sens de la cohésion sociale. Je ne sais pas ce ça veut dire cohésion sociale, tout le monde parle de réconciliation nationale. Est-ce que c’est de cela qu’il s’agit, mais il n’a rien dit. Est-ce qu’il doit enclencher un processus clair de réconciliation ou de renforcement de la cohésion sociale ? Ça je n’ai pas vu dans le discours ».

Lire aussi:   Procès assassinat Guéi : l’accusation déplore la "faiblesse" de l’instruction

Comme de nombreux politiciens ivoiriens et étrangers, Hubert Oulaye attendait certainement plus d’efforts dans le geste du Président de la République. Mais considérant la réponse du Président Alassane Ouattara donnée aux épouses des détenus de la cerise post électorale de 2010 par L’ex-Président ivoirien, l’on ne peut qu’espérer à une suite favorable pour tous.

Allons à la réconciliation !

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here