HomePolitiqueDépôt de candidatures pour les législatives Ivoiriennes : l’Opposition s’est fait encore...

Dépôt de candidatures pour les législatives Ivoiriennes : l’Opposition s’est fait encore griller

Dépôt de candidatures pour les législatives Ivoiriennes : l’Opposition s’est fait encore griller
Dépôt de candidatures pour les législatives Ivoiriennes : l’Opposition s’est fait encore griller

Dépôt de candidatures pour les législatives Ivoiriennes : Dr Paul Agoubli de LIDER critique la stratégie de l’Opposition dans le dialogue.

Des 9 plateformes et partis politiques de l’opposition membres de ce qui est considéré comme la coalition contre le 3e mandat, 3 sur 6 sont farouchement opposés à la participation à la rencontre avec Hamed Bakayoko le 21 décembre 2020. Nous, LIDER, en faisons partie.

Qu’est-ce qui motive cette position ?
1) Depuis le 11 novembre 2020 et ce fameux tête-à-tête Bédié-Ouattara, aucun signe d’apaisement probant de la part du gouvernement ; 2) le message à la nation de Aimé Henri Konan Bédié a fait l’objet d’un mépris souverain de la part de Alassane Ouattara ; 3) c’est le gouvernement qui choisit, dans la coalition, avec qui il veut discuter ; 4) c’est lui enfin qui décide des points et de l’agenda des discussions.

Lire aussi:   Laurent Gbagbo : forte opposition sur son retour en Côte d’ivoire

Malgré toutes ces réserves, 6 partis et plateformes, dont les plus anciens, et peut-être les plus représentatifs décident de participer à la rencontre. Le réquisit malgré tout c’est que la coalition ne doit pas être cassée. Alors 2 des 3 partis opposés acceptent le principe de la rencontre, LIDER dit toujours non mais promet de ne pas quitter la plateforme, du moins pas pour l’instant.

1/
a) À la majorité, il est retenu que la coalition participerait à la réunion du 21-12-2020 ;
b) À la majorité, il est décidé que cette participation serait le signe de la bonne foi de l’opposition aux yeux de la communauté nationale et surtout de la communauté internationale qui fait pression.

2/
a) À l’unanimité, il est convenu que cette participation consisterait toutefois uniquement dans la lecture d’une déclaration commune qui soulignerait les bonnes dispositions de l’opposition à continuer si elle obtenait certains gages.
b) La déclaration, finalisée et validée à 17h00, indiquerait que seule la coalition choisirait à l’avenir ses représentants et que l’ordre du jour ne lui serait plus dicté.
c) Enfin, dernier point d’accord, un porte-parole serait désigné pour lire à l’intérieur comme devant la presse la déclaration consensuelle, validée en plénière après sa rédaction en comité restreint.
d) Au demeurant, une fois la lecture urbi et orbi achevée, aucune autre prise de parole ne serait autorisée.

Lire aussi:   Livre / « De l’enfer, je reviendrai » : Me Zokou Séri dévoile les confidences de Blé Goudé

Mais le soir même, les partenaires vont s’en remettre à leurs « référents politiques » quand, nous, à LIDER, tenons de bout-en-bout, pendant que la concertation se tenait, une longue réunion de cabinet, sans Mamadou Koulibaly, pour arrêter notre ligne de conduite et la communiquer à notre représentant.

Grande est alors notre surprise quand le 21 décembre 2020, la déclaration commune est abandonnée, et quand plusieurs membres de la coalition se fendent de déclarations hasardeuses pour exprimer leur satisfaction alors qu’on leur a imposé une camisole de force à travers des commissions et un agenda accéléré dont ils n’étaient pas censés avoir connaissance.

Lire aussi:   Blé Guirao va parler du meeting de l’opposition

Une semaine plus tard, c’est donc l’impasse, le gouvernement va certainement tenir les négociations pour acquises en se fondant, comme pour le code électoral, sur les fameux points d’accord. L’on vient même d’annoncer les dates de dépôt des dossiers pour les candidatures aux législatives.

Et qu’a fait l’opposition ? D’une part, elle s’est portée caution à tout ceci ; d’autre part, elle a perdu une semaine précieuse de franches discussions en son sein pour arrêter une position commune concernant ses stratégies pour les législatives.”

source: yeclo