HomePolitiqueDélivrance d’un passeport diplomatique à Laurent Gbagbo : ce que la présidence...

Délivrance d’un passeport diplomatique à Laurent Gbagbo : ce que la présidence exige d’abord

Délivrance d'un passeport diplomatique à Laurent Gbagbo : ce que la présidence exige d'abord
Délivrance d'un passeport diplomatique à Laurent Gbagbo : ce que la présidence exige d'abord

« La lettre du continent » avait annoncée dans son édition de la semaine dernière que le président Alassane Ouattara avait acter la remise d’un passeport diplomatique à l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo.

Dans son numéro paru ce vendredi 20 novembre 2020, La Lettre du continent a affirmé que la délivrance d’un passeport diplomatique à l’ancien président Laurent Gbagbo se fait lentement car a expliqué le journal, » l’administration Ouattara veut s’assurer que l’ancien président jouera le jeu de l’ouverture. »

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Amadou Gon demande à son équipe de faire preuve de discipline dans l'exécution budgétaire

Le journal précise que dans les prochains jours une petite équipe envoyée à Bruxelles par le ministre des affaires étrangères ivoirien Ally Coulibaly pour finaliser la remise d’un passeport diplomatique à l’ancien président Laurent Gbagbo, qui réside dans la capitale belge, va négocier les derniers détails avec l’ancien chef de l’Etat en échange de son passeport, la présidence veut que Gbagbo s’engage à jouer le jeu de l’ouverture .

Lire aussi:   Gabon: Après le remaniement, Ali Bongo ouvre un séminaire gouvernemental au Cap Estérias

» Soucieuse de border au maximum un accord avec Laurent Gbagbo, l’administration d’Alassane Ouattara prend son temps pour lui remettre le précieux document, qui devait à l’origine être délivré cette semaine « , a dévoilé notre confrère.

Enfin, La lettte du continent soutient que le retour de l’ex-président en Côte d’Ivoire pourrait, lui, ne pas être effectif avant les fêtes de fin d’année, voire plus tard si les pourparlers venaient à s’éterniser.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: La Centrale syndicale Force Ouvrière (FO) crie son indignation et condamne la courtisanerie de l'Administration