HomePolitiqueDécès de Gon Coulibaly, une lourde perte pour Alassane Ouattara

Décès de Gon Coulibaly, une lourde perte pour Alassane Ouattara

Décès de Gon Coulibaly, une lourde perte pour Alassane Ouattara
Décès de Gon Coulibaly, une lourde perte pour Alassane Ouattara

La nouvelle est encore difficile à croire. Et le choc assurément pas facile à supporter surtout pour le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara. Le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly laisse un vide qui sera difficile à combler.

L’ex-chef du gouvernement entretenait des liens particuliers avec Alassane Ouattara dont il était un très proche collaborateur. Des observateurs de la politique nationale n’hésitaient pas à l’appeler le fils préféré du président ivoirien.

Lire aussi:   Cissé Bacongo : « Le président en exercice n'a pas la possibilité de faire un troisième mandat ni sur la constitution de la deuxième république, ni sur la constitution de la troisième république »

Depuis 30 ans, les deux hommes ont fait du chemin ensemble. C’est d’abord à la primature de la Côte d’Ivoire dans le début des années 90. Alors que Alassane Ouattara est le Premier ministre, il fait appel à Gon Coulibaly auprès de lui dans son cabinet. Cette collaboration continue au RDR à la naissance de ce parti politique lorsque Alassane Ouattara en devient le président à la mort de Djéni Kobena.

Amadou Gon Coulibaly, c’est aussi celui choisi par Alassane Ouattara comme candidat du RHDP pour l’élection présidentielle prévue fin octobre 2020. N’hésitant pas à le présenter souvent comme « le meilleur » dans son équipe. Sa disparition est un déchirement pour sa succession. Tout l’échafaudage lié à l’après-Ouattara s’écroule.

Lire aussi:   Burkina - CI: Ouattara va-t-il livrer Blaise à la justice burkinabé après cette nouvelle accusation ?

Le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly intervient alors que se dessinait le schéma de l’élection présidentielle. De nombreuses candidatures étaient connues ou s’annonçaient. Ce sont notamment celles de Guillaume Soro l’ancien président de l’Assemblée nationale en rupture de banc avec le pouvoir d’Abidjan. Également les candidatures presque actées de Henri Konan Bédié le président du PDCI ainsi que celle d’Affi N’Guessan le président du Front populaire ivoirien (FPI).

Lire aussi:   La Mission de la CEDEAO rencontre Bédié et Affi : voici ce qu’ils se sont dit

Avec cette lourde perte, il est certain que les cartes vont être à nouveau redistribuées sur la scène politique nationale et principalement dans la famille houphouétiste.

Richard Yasseu
7info.ci

Source: info.ci