HomePolitiqueDe nouvelles arrestations chez des proches de Soro : Rimo Rimo et...

De nouvelles arrestations chez des proches de Soro : Rimo Rimo et plusieurs ex-combattants aux arrêts

De nouvelles arrestations chez des proches de Soro : Rimo Rimo et plusieurs ex-combattants aux arrêts
De nouvelles arrestations chez des proches de Soro : Rimo Rimo et plusieurs ex-combattants aux arrêts

Arrestation de Rimo Rimo, un radié de l’armée, pro-Soro, le 4 novembre 2020. Avec lui, plusieurs ex-combattants dont un certain Koné Karim.

« De nouvelles arrestations ont été opérées, mercredi 4 novembre 2020. Il s’agit d’ex-combattants recrutés et armés par l’ancien chef rebelle, Guillaume Soro. Rimo Rimo, un radié de l’armée, volubile sur les réseaux sociaux, et qui annonçait des opérations de déstabilisation a également été arrêté. Avec lui, plusieurs ex-combattants dont un certain Koné Karim. Très vite, ces ex-combattants sont passés à table. Ils disent avoir reçu des fonds, par personnes interposées, de la part de Guillaume Soro pour passer à l’offensive » a révélé le confrère infoplus.

Lire aussi:   Cocody: Descente de la gendarmerie à Attoban, hier: Une fausse usine découverte. 200 tonnes de médicaments saisies, plusieurs arrestations

Rappelons que depuis la France où il est exil, Guillaume Soro appelle l’armée à « agir » face à Alassane Ouattara, « je demande à vous soldats, sous-officiers, officiers supérieurs et officiers généraux de notre armée, de vous regarder dans le miroir de votre âme et de votre conscience et d’agir pour stopper les tueries, pour préserver notre pays de pogroms, pour préserver la paix et la concorde. Agir pour redonner à notre Constitution ses lettres de noblesse » a-t-il lancé le 4 novembre 2020, lors de son message à la Nation.

Lire aussi:   Arrestations en Côte d’Ivoire : Odette Lorougnon se prononce

Guillaume Soro a aussi appelé “les corps constitués à désobéir aux ordres illégaux” du régime et à “rallier le Conseil national de transition” dont il se dit “membre”. L’opposition ivoirienne a créé un “Conseil national de transition” devant former un “gouvernement de transition”.

Le gouvernement ivoirien a accusé de “sédition” les opposants dirigeant ce “Conseil national de transition” et les a fait bloquer à leurs domiciles par les forces de l’ordre, les menaçant de poursuites judiciaires.

Lire aussi:   Législatives 2016: les hauts cadres de Daloa soutiennent la liste Rhdp

source: yeclo