HomePolitiqueCôte d’Ivoire: Affaire de l’édito «anti-Soro», après les suspicions de KOACI, droit...

Côte d’Ivoire: Affaire de l’édito «anti-Soro», après les suspicions de KOACI, droit de réponse de Jeune Afrique et avis du porte parole du gouvernement

Vue de l’édito polémique (ph KOACI)

– Jeudi 08 Juin 2017 – Après avoir relevé mardi la suspicion qui entourait un soudain éditorial « Docteur Guillaume, Mister Soro » de Jeune Afrique, l’auteur de ce dernier, Marwane Ben Yahmed a contacté KOACI pour une demande de diffusion d’un droit de réponse.

Après sa réception jeudi matin, conformément à notre philosophie de média africain indépendant, nous le diffusons sans le commenter (intégralité ci-dessous,ndlr).

» Drôle de journalisme que celui qui consiste à prêter à un confrère des intentions malveillantes qui ne reposent sur rien… Dans votre article intitulé « Côte d’Ivoire : après un article suspect de Jeune Afrique contre Soro, Sidiki Konaté pour une plainte contre le directeur de publication « , publié le 6 juin sur votre site, votre journaliste Amy Touré multiplie les supputations qui confinent à la diffamation et, surtout, les contre-vérités. Ainsi notamment de la supposée « commande de l’entourage d’une personnalité proche du Président de la République dont nous tairons le nom ici » (quel courage !). Ridicule. Pourrais-je écrire que vous même agissez sur commande d’une personnalité proche de Guillaume Soro dont je tairais le nom ? La déontologie m’en empêche…
Je ne reviendrai pas sur les propos de Monsieur Sidiki Konaté, qu’il est évidemment libre de tenir. En revanche, les bras m’en tombent quand vous construisez en partie votre thèse du » coup monté « , visiblement à dessein, sur le fait que le mensuel Afrique Magazine, qui ferait partie du Groupe Jeune Afrique selon vous, avait pour mission d’ « enjoliver l’actuel Premier ministre Amadou Gon Coulibaly avec un spécial sur celui qui lutte contre Soro pour le leadership au RDR en vue de 2020 » pendant que Jeune Afrique lui, publiait sa parution « à charge » contre le président de l’Assemblée nationale (il vous a d’ailleurs visiblement échappé que dans le même numéro de J.A, nous l’avions interviewé…). Construction qui révèle, au minimum, un manque criant de professionnalisme : Afrique Magazine n’appartient plus au Groupe Jeune Afrique depuis plus d’une décennie ! Il a en effet été cédé en janvier 2006. Merci de porter ce droit de réponse à l’attention de vos lecteurs ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Scandale Agrobusiness, noyé par les chiffres, le gouvernement reporte le paiement

Marwane BEN YAHMED
Directeur de la publication
JEUNE AFRIQUE

Bruno Koné donne son avis

Le porte-parole du Gouvernement, Bruno Nabagné Koné a fait un commentaire personnel sur l’éditorial à charge contre Soro du média français « Jeune Afrique » qui souhaite dans sa dernière parution que le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne rende compte devant la justice.

Interrogé mercredi par à l’issue du conseil des ministres après la vague de suspicion qui a, au constat, déferlé dans l’opinion, après avoir affirmé qu’il a eu l’occasion de le lire, le ministre de la Communication et de l’Economie numérique et de la poste, le juge peu différent de ce qu’il lit localement au quotidien sur tous les acteurs ivoiriens.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : San-Pedro, Nabo Clément boycotte la cérémonie de lancement des travaux de l'université malgré la présence du Premier ministre

«J’ai lu pire que ça sur les articles produits par des journalistes ivoiriens. Je ne comprends pas pourquoi on s’émeut autant parce que c’est jeune Afrique qui a produit cet article, » a ajouté Bruno Koné.

Pour lui, si le palais présidentiel a, la capacité de commandité, il y a beaucoup de choses qui ne se diraient pas sur la Côte d’Ivoire aujourd’hui.

«Nous n’avons pas cette capacité sur vous qui en Côte d’Ivoire à fortiori sur un organe de presse international. Ils écrivent ce qu’ils veulent, nous prenons acte, vous écrivez ce que vous voulez, nous prenons acte, » a-t-il conclu.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Affaire démission du coordonnateur RACI Touleupleu, le président régional réagit «Anne Ouloto a remis un million à Kader Zongo»

Amy Touré avec Wassimagnon, Abidjan

Source : Koaci