Home Politique Covid-29: L’Affdoci invite le gouvernement de Gon à décongestionner les prisons en...

Covid-29: L’Affdoci invite le gouvernement de Gon à décongestionner les prisons en Côte-d’Ivoire

Covid-29: L’Affdoci invite le gouvernement de Gon à décongestionner les prisons en Côte-d’Ivoire
Covid-29: L’Affdoci invite le gouvernement de Gon à décongestionner les prisons en Côte-d’Ivoire

Covid-29: L’Affdoci invite le gouvernement de Gon à décongestionner les prisons en Côte-d’Ivoire

L’Association s’inquiète des cas Lobognon et Assoa Adou

L’Association des Femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire (Affdoci) dirigée par Désirée Douati, donne de la voix face au risque de contamination des prisons par le Covid-19. Dans cette intervention, elle exprime ses inquiétudes et invite le gouvernement ivoirien à imiter certains pays qui ont donné suite à l’appel du Haut commissaire des Nations-Unies aux Droits de l’Homme Michelle Bachelet. L’Affdoci se dit également préoccupée par les cas du député Alain Lobognon dont l’état de santé nécessiterait des soins appropriés tout comme celui du secrétaire général du Fpi Assoa Adou en instance d’explication devant les juridictions. Une nouvelle arrestation de celui-ci pourrait grossir le rang des prisonniers politiques. Ci-après la déclaration intégrale

Face à la pandémie du Coronavirus qui sévit à l’échelle planétaire plongeant au passage le monde à la fois, dans une crise sanitaire, financière, économique et sociale, l’ASSOCIATION DES FEMMES ET FAMILLES DES DETENUS D’opinion DE COTE D’IVOIRE (AFFDO-CI) voudrait par cette adresse apporter son soutien et à toutes les personnes d’ici et d’ailleurs porteuses du coronavirus et sa compassion aux familles ayant perdu un des leurs.

Lire aussi:   RDR: M’Bahia Maférima "prône le rassemblement de la grande famille des Houphouétistes"

L’AFFDO-CI exhorte tous les habitants de la COTE D’IVOIRE au respect des gestes barrières et les mesures de distanciation sociale indiquées par le gouvernement et les professionnels de la santé. Elle adresse par la même occasion ses encouragements aux professionnels de la santé qui, depuis la survenue de la pandémie dans notre pays, sont au front au péril de leur vie.

Le 25 Mars 2020 nous avons appris avec un intérêt par voie de presse que la Haut-commissaire aux Droits de l’Homme de l’ONU Michelle Bachelet avait appelé à la libération urgente de détenus à travers le monde pour éviter que la pandémie du Covid-19 ne fasse des « ravages » dans les prisons souvent surpeuplées.

Allant dans la même veine, le Lundi 30 Mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à travers la Haut-commissaire a exhorté « les gouvernements et les autorités compétentes à travailler rapidement à la réduction du nombre de personnes en détention », en libérant par exemple « les détenus les plus âgés et ceux malades, ainsi que les délinquants présentant un risque faible ».

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: les enjeux d’un éventuel retour de Guillaume Soro

A la suite de ces recommandations à titre préventif, il nous a été donné de constater que dans plusieurs pays dont le Niger, l’Ethiopie et le Chili des mesures politiques ont immédiatement été prises afin d’éviter toute propagation du virus en milieu pénitentiaire.

Plusieurs associations internationales redoutent des effets dévastateurs en milieu carcéral et pensent qu’un geste d’humanité tel qu’une grâce présidentielle serait salvateur.

Bien d’Avocats et d’aumôniers de prison lancent également des alertes, parce qu’en milieu carcéral la promiscuité, le délabrement et l’insalubrité rendent les pensionnaires vulnérables à la contamination par le coronavirus si des mesures courageuses ne sont pas prises.

L’AFFDO-CI joint donc sa voix à celles des Nations Unies et de l’OMS pour exhorter les autorités ivoiriennes à LA LIBERATION URGENTE des détenus d’opinion et les militaires sans exclusion, ainsi que les personnes ayant des délits mineurs. Assurément, face à cette pandémie, la surpopulation de nos prisons demeure un grand facteur de propagation du Covid-19 dans notre univers carcéral et même sur toute l’étendue du territoire national.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Après la suspension de la décision du bureau politique, une bagarre éclate au siège du PDCI

C’EST POURQUOI l’AFFDO-CI déplore et condamne :

· Le manque criard de matériels et de structures adéquats à la prise en charge efficace des victimes du Covid-19

· la convocation de monsieur Assoa Adou Secrétaire Général du FPI au service des enquêtes générales le 02 AVRIL 2020,

· La décision du 31 mars de la Cour de cassation autorisant le Procureur de la République à poursuivre monsieur Assoa Adou pour des raisons inconnues pour l’heure.

· Le refus d’octroyer des soins de santé à M. Alain Lobognon député de Fresco, aujourd’hui détenu à la prison d’AGBOVILLE.

Plutôt que d’intimider les opposants à seulement quelques mois des élections présidentielles et ce, dans une situation de grave crise multiforme et multisectorielle, demandons au gouvernement de créer les conditions d’une union sacrée autour de la mère patrie menacée par cet ennemi invisible et mortel qu’est le COVID-19.

POUR LA DIGNITE HUMAINE, LIBEREZ NOS PARENTS !

FAIT A ABIDJAN LE 06 AVRIL 2020

POUR L’AFFDO-CI

MME CLARCK MARCELINE

VICE-PRESIDENTE EN CHARGE DES FAMILLES DES DETENU

Commentaires facebook

Source: Connexion ivoirienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here