Home Politique Côte d’Ivoire : « Voici la vraie histoire de la candidature de...

Côte d’Ivoire : « Voici la vraie histoire de la candidature de Bédié » (Rémi Allah-Kouadio)

Côte d’Ivoire : « Voici la vraie histoire de la candidature de Bédié » (Rémi Allah-Kouadio)
Côte d’Ivoire : « Voici la vraie histoire de la candidature de Bédié » (Rémi Allah-Kouadio)

Vice-président du PDCI-RDA, Allah Kouadio Rémi était à Pakouabo, chef-lieu de sous-préfecture dans le département de Bouaflé, où il était pour accompagner le délégué Bouaflé 2, Bernard Bassy-Koffi. Ce, pour porter au peuple Ayaou à travers sa chefferie, le message de la candidature du président Henri Konan Bédié. Candidat à la candidature pour la présidentielle d’octobre 2020.

En sa qualité de président de l’Association des élus et cadres PDCI-RDA du Grand centre (Aec-GC), il a pris la parole pour expliquer la démarche de ce jour. Reconnaissant du bel accueil réservé à la délégation, il a traduit sa gratitude à nanan N’dri Eugène, chef canton et toute la chefferie traditionnelle « Nous nous souvenons, il n’y a pas tellement longtemps, il y a seulement quelques semaines, nous étions tous ici en train de pleurer parce que la tête était lourde; lourde pour la Côte d’Ivoire a fortiori pour un village comme Pakouabo, la perte était énorme. L’actualité faisant, le président Bédié a envoyé un des leurs en mission pour prendre d’abord de leurs nouvelles, voir comment ils se portent depuis ce grand malheur qui nous a frappés mais également leur donner une information capitale.

Ils auraient pu dire mais depuis ce temps-là, ils ne se sont pas encore remis de ce coup de massue, donc attendez un peu avant de venir. Ils n’ont pas tenu compte de leur douleur et aujourd’hui, ils nous accueillent, ici, avec bravoure, avec sérénité. Je voudrais donc, au nom de tous les élus et cadres du Grand centre, au nom du président Bédié, le remercier pour sa magnanimité, lui-même, ses frères chefs mais également le personnel politique qui est ici ; parce que tous ceux qui sont ici sont ses enfants. Je voudrais leur dire merci… » a-t-il dit avant de revenir sur le message porté par leur fils Bassy de la part du sphinx de Daoukro. Il s’est fait fort d’expliquer la demande faite au président Bédié, le samedi 20 juin dernier.

Lire aussi:   Procès Laurent Gbagbo - Blé Goudé/ Protection des témoins : Ce qu’il faut craindre

Peut-on construire un pays dans la division ?

Après les séances de réflexions, de travail des différentes Instances du parti : « (…) De toutes ces réflexions, il est ressorti que par rapport à ce qui se fait et à ce qui se voit aujourd’hui en Côte d’Ivoire, la personne la mieux indiquée qui pourrait nous sortir de l’ornière c’est le président Henri Konan Bédié. Mais avant d’en arriver, encore faudrait-il qu’il soit candidat à l’élection présidentielle. C’est donc ainsi, tous nous nous sommes mis d’accord et que nous avons sollicité l’audience auprès de lui. Nous avons pris d’ailleurs et là encore la Marahoué était à l’honneur, puisque c’est le plus jeune délégué, venant donc de Sinfra ; pour parler en notre nom à tous, pour demander au président Henri Konan Bédié de faire encore une fois don de sa personne, malgré tous les efforts qu’il a faits, tous les préjudices qu’il a subis, toutes les trahisons dont il a été objet, de ne pas tenir compte de cela et de faire encore don de sa personne.

Cette demande s’est faite en présence de Mme Bédié qui était là. Mais vous voyez deux photos d’Houphouët-Boigny sur ma chemise et une derrière (sur sa chemise Pdci du jour), c’est un symbole. Houphouët-Boigny, en partant, a confié la Côte d’Ivoire à Bédié, il a confié tous ses enfants que nous sommes à Bédié. Aujourd’hui que l’héritage à lui confié a été mis dans un si piteux état, il ne peut pas se dérober. Oui, le Président Bédié était à la tête de la Côte d’Ivoire, il n’y a pas eu une seule goutte de sang versé ; ceux qui sont venus le faire partir savent, eux seuls, pourquoi ils l’ont fait partir. » a dit le natif de Toumodi qui a poursuivi en ces termes.

Lire aussi:   Après avoir fait allégeance à Ouattara, Mabri fait encore volte face, bientôt dans les bras de Bédié

« Il s’est retiré et depuis 20 ans nous sommes là, nous tournons en rond et la paix qui était totalement la deuxième religion de la Côte d’Ivoire a totalement disparu. La cohésion entre les différentes entités de la Côte d’Ivoire, cette cohésion-là, aussi, a également disparu entre les partis, entre les ethnies, entre les syndicats…, nous sommes divisés, émiettés. Peut-on construire un pays dans la division ? Ce n’est pas possible. Aujourd’hui, si on n’est pas du même parti, si on n’est pas de même ethnie, on ne peut pas travailler ensemble. Nous les Ivoiriens, nous tous, nous constatons que nous avons atteint nos limites. Nous avons besoin d’une personnalité qui a démontré, dans le passé, son savoir-faire en termes de paix, en termes de cohésion mais également en termes de développement parce qu’on oublie très souvent le « miracle ivoirien » dont on parle ; l’artisan, le concepteur, c’est le président Houphouët-Boigny mais la mise en œuvre a été faite par le Président Henri Konan Bédié. Donc par rapport à toutes ces qualités, on a demandé qu’il puisse encore faire don de sa personne. Avec l’aide de son épouse, il a accepté d’y aller. »

Choix judicieux

Au-delà du PDCI-RDA, qui a fait ce choix, le vice-président dudit, Allah Rémi, a relevé que tous les leaders politiques envient ce choix. « Mais ce qui nous réconforte, c’est que ce n’est pas seulement au PDCI, regardez sur les réseaux sociaux, les différents leaders politiques des autres partis reconnaissent que ce choix-là est un choix judicieux et qu’ils approuvent parce qu’ils estiment que le président Bédié a toutes les qualités morales, intellectuelles, techniques pour gérer cette Côte d’Ivoire en perdition. » a-t-il relevé.

Lire aussi:   Présidentielle 2020 : quand Jean Bonin écrivait à Bédié, Gbagbo et Ouattara

Puis, le vice-président a salué tous les dignes fils de Pakouabo qui ont servi la Côte d’Ivoire et le PDCI-RDA « ()… Pakouabo, c’est aussi le village où sont nées des personnalités dont l’une des plus illustres d’entre elles, Charles Koffi Diby, qui est en même temps le neveu du président Bédié. Ne serait-ce que pour ça, ne serait-ce que pour dire à Pakouabo, essuyez vos larmes, je ne vous oublie pas même si Diby n’est plus là. Il a demandé à son fils Bassy Koffi de venir vous porter la nouvelle ; parce que si Charles avait été là, c’est lui-même qui serait venu, car il appartient à un fils de venir annoncer, à ses parents, voilà ce que le Président va faire. Nous, nous venons en soutien pour bien montrer aux parents que ce que notre jeune frère vient dire, il le dit parce que le président Bédié l’a envoyé mais il le dit aussi parce que tous les Cadres et élus du Grand centre sont d’accord avec ça.

A partir de là, j’ai pensé que moi-même, modestement, je devais l’accompagner au lieu de lui envoyer un envoyé. Voilà donc l’objet de notre présence… » a-t-il indiqué après, bien sûr, la séquence baoulé bien appréciée des têtes couronnées.

J.P.L.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here