Home Politique Côte d’Ivoire : Riz avarié, le gouvernement sanctionne pour un an deux...

Côte d’Ivoire : Riz avarié, le gouvernement sanctionne pour un an deux entreprises impliquées dans l’affaire

Riz avarié et communiqué du ministre du commerce

Côte d'Ivoire : Riz avarié, le gouvernement sanctionne pour un an deux entreprises impliquées dans l'affaire


— Dimanche 28 Avril 2019 –Depuis le 16 avril dernier l’opération de destruction de la cargaison des 18 000 tonnes de riz d’origine Birmane déchargées du 11 au 18 mars dernier au port autonome d’Abidjan par le navire Océan Princess en provenance d’Asie a effectivement démarré.

Le ministère du commerce, de l’industrie et de la promotion des PME a dans un communiqué parvenu hier samedi à indiqué qu’au 26 avril , 2100 tonnes de ce riz avarié ont été effectivement détruites.

Lire aussi:   Bertrand Diby AKO (Phdd-CI) à Issiaka Diaby: "Gbagbo est aussi une victime"

Le ministère informe les populations que le processus du transfert des stocks riz du Port autonome d’Abidjan (PAA) au centre de valorisation et d’enfouissement technique (CVET) de Kossihouen est fait « sous escorte sécuritaire de la gendarmerie et de la douane du PAA jusqu’au CVET de Kossihouen ».

Toujours selon le communiqué, en attendant la fin des enquêtes en cours pour faire la lumière sur cette affaire, le ministère a conformément l’article 22 alinéa 1 de la loi 2016-410 du 15 juin 2016 relative à la répression des fraudes et des falsifications en matière des ventes de biens ou services, pris des mesures administratives.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Un camion renversé de tout son long barre l’autoroute du nord

L’entreprise Olam International Limited, vendeur de ce riz a été interdite d’exporter du riz à destination de la Côte d’Ivoire pour une durée d’un an.

La société Alimentation Toumodi Sarl, acheteur de ce riz avarié a été interdite d’importer du riz à destination de la Côte d’Ivoire pour une durée de 12 mois.

Pour rappel, la cargaison de riz d’un navire qui n’avait pas réussi à la vendre entre autres au Togo, avait été achetée par un grossiste ivoirien apparemment non in-formé par les vendeurs du caractère impropre à la consommation de ce riz. Les prélèvements phytosanitaires, systématiques pour toutes entrées sur le territoire de denrées alimentaires, effectuées par le ministère de l’agriculture puis par le ministère du commerce, révéleront sa nocivité. Il sera alors, à l’image de toutes les denrées classées impropres à la consommation, consigné sous douane avant le démarrage du processus de destruction entamé le 16 avril dernier.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Amédé Kouakou révèle que Ouattara a demandé à Bédié de lui proposer un cadre plus jeune pour 2020

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here