Home Politique Côte d’Ivoire : qui est Ouraga Obou, l’homme de la Constitution ?

Côte d’Ivoire : qui est Ouraga Obou, l’homme de la Constitution ?

Alassane Ouattara a confié à cet éminent juriste la présidence du comité d’experts chargé de rédiger la nouvelle Constitution. Le choix d’Ouraga Obou est loin d’être fortuit.

Malgré les polémiques à répétition, la réforme de la Constitution ira jusqu’à son terme. C’est le message qu’a fait passer Alassane Dramane Ouattara en nommant le 31 mai à la présidence du comité d’experts chargé de sa rédaction le professeur Ouraga Obou, 66 ans, figure bien connue des Ivoiriens depuis les années 1990 et son opposition au président Houphouët-Boigny. Il a également été membre du Conseil constitutionnel de 2011 à 2014.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Koukougnon Christ, alias Johnny Patcheko, « superstar » du RHDP France

Déjà, lors de la transition militaire du général Gueï, Ouraga Obou avait présidé la sous-commission chargée d’élaborer la Constitution de la IIe République, adoptée en juillet 2000. Il y avait retrouvé un camarade de jeunesse, Ibrahim Bacongo, aujourd’hui conseiller spécial à la présidence, chargé de la réforme constitutionnelle. « Ils se côtoyaient déjà à l’université, avant de débattre par journaux interposés, rappelle l’un de leurs amis communs. Ils sont passés du duel au duo. »

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Avant son départ, Aïchatou Mindaoudou élevée par Gon au grade de Commandeur de l'Ordre National

Un fin juriste

« Ouraga Obou est « the right man at the right place », note un observateur de la vie politique locale. Le choix du président de la République est loin d’être fortuit. Le professeur connaît sur le bout des doigts les questions constitutionnelles. »

Ancien doyen de la faculté de droit de l’université d’Abidjan, Obou a collectionné les titres honorifiques tout au long d’une carrière universitaire sans tache. Son parcours politique est, en revanche, beaucoup plus sinueux. Originaire de Gagnoa, comme Laurent Gbagbo, il fait partie des membres fondateurs du Front populaire ivoirien (FPI). Il s’aligne derrière le parti lorsque son chef lui interdit, en 1995, d’accepter le poste que lui propose Henri Konan Bédié, alors président, au sein du Conseil constitutionnel nouvellement créé.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : Peut-on parler de réconciliation alors que le principal accusé de la crise de 2002/11 est innocenté ou acquitté ?

Africatime CI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here