HomePolitiqueCôte d’Ivoire: quand Ouattara gérait la primature comme une entreprise privée (Moriba,...

Côte d’Ivoire: quand Ouattara gérait la primature comme une entreprise privée (Moriba, livre témoignage)

Côte d’Ivoire: quand Ouattara gérait la primature comme une entreprise privée (Moriba, livre témoignage)
Côte d’Ivoire: quand Ouattara gérait la primature comme une entreprise privée (Moriba, livre témoignage)

Président du comité interministériel d’avril à novembre 1990, Alassane Ouattara est nommé le 7 novembre de la même année premier ministre d’Houphouët-Boigny.

Il avait pour mission, l’assainissement des finances publiques afin de ramener la confiance entre le pouvoir et les bailleurs de fonds internationaux, mais également avec la population devenue de plus en plus impatiente. Avec un premier cabinet de cinq hauts technocrates, Alassane Ouattara va s’attaquer à l’une des tares de la société africaine, l’absentéisme et la gabegie.

« Vingt-quatre heures seulement après sa prise de fonction, le Premier ministre nomme les premiers membres de son cabinet : le directeur de cabinet, le directeur adjoint de cabinet, le chef de cabinet, le conseiller technique et le conseiller économique. Ils venaient du ministère de l’Economie et des Finances, de la Bceao, de la CAA, de la DCGT et du FMI. Le fameux cinq majeurs » écrit Moriba Magassouba à la page 78 (chapitre 4 : Ouattara révolutionne l’Administration ivoirienne) de son œuvre littéraire « Alassane Ouattara, la passion du devoir » parue en octobre 2020.

Lire aussi:   Cote d'Ivoire: Treichville, démolition du Conseil des échansons de France, l'Ambassadeur met en garde le maire contre les agissements de ses collaborateurs

Il faudra attendre octobre 1992 pour voir la primature fonctionner en tout et pour tout, avec 50 personnes (20 cadres du cabinet, 10 secrétaires et 20 agents des services généraux, chauffeurs, plantons, commis et huissiers).

Ayant fixé comme règle majeure, la réduction des dépenses publiques, la primature ne fonctionnait qu’avec seulement 600 millions de Fcfa.

« C’est un véritable choc culturel. En vingt ans d’administration, je n’avais jamais vu un tel phénomène jusqu’à l’arrivée d’Alassane aux affaires. Il est méthodique, organisé et compétent. Ouattara gère le pays comme une entreprise privée » témoigne son ex directeur de cabinet, Sidya Touré, un grand économiste d’origine Guinéenne et qui a piloté le cabinet de séri Gnoléba, ancien ministre d’Etat chargé de la restructuration de la dette ivoirienne et l’un des meilleurs spécialistes des finances publiques de son époque. Il deviendra premier ministre de son pays la Guinée Conakry de 1996 à 1999 sous Lansana Conté. 

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : L’opposition ivoirienne renforce son unité face à Ouattara

« Dès que le Premier ministre arrive au bureau, précisément à 7h30, il demande à sa secrétaire d’appeler immédiatement tous les ministres, qui étaient donc censés être à leur poste à cette heure-là. Au bout de quelques jours, il n’y eut plus de retardataires parmi les membres du gouvernement » se souvient feu Amadou Gon Coulibaly, alors membre du cabinet du Premier ministre Ouattara.

« Le style du chef du gouvernement a profondément changé les mentalités et les comportements dans l’administration où les nouvelles valeurs de rigueur, sérieux, amour du travail bien fait et promotion du mérite ont commencé à émerger » conclu l’auteur.

Lire aussi:   Absent lundi, Blé Goudé assiste à son procès à la CPI

Philippe Kouhon

source: afrikipresse