Home Politique Côte d’Ivoire: l’Union du Grand Nord reçoit déjà un gros coup

Côte d’Ivoire: l’Union du Grand Nord reçoit déjà un gros coup

Côte d'Ivoire: l'Union du Grand Nord reçoit déjà un gros coup
Côte d'Ivoire: l'Union du Grand Nord reçoit déjà un gros coup

L’hôtel Palm Club de Cocody a servi de cadre, le jeudi 28 octobre 2021, à la réunion de l’Union fraternelle des cadres et élus pour le développement du Grand Nord (UGN). Cette rencontre qui intervient après celle du lundi 07 octobre, sur convocation du Comité des sages de ladite Union, a au constat, connu un fiasco total. C’est une salle pratiquement vide que nous avons trouvée.

C’est pourtant la 2ème grande salle de l’établissement hôtelier, pouvant contenir pas moins de 300 personnes. A peine une vingtaine de personnes ont pu répondre à l’appel, alors que l’invitation était élargie aux présidents d’Institutions ressortissants du Grand Nord, les ministres originaires du Grand Nord et de la diaspora, les ministres gouverneurs des Districts du Denguélé, des Savanes, du Woroba et du Zanzan, les présidents de Conseils régionaux des régions du Nord, les présidents de Commissions du Comité d’organisation de l’Assemblée générale constitutive de l’UNG.

Lire aussi:   Katinan Koné : comment « John Rawlings m’a sauvé ainsi que de nombreux autres réfugiés ivoiriens »

Le nombre de participants rivalise d’avec le nombre d’agents des forces de Défense et de sécurité commis pour la sécurisation de la rencontre. Certains dans la salle et d’autres dans la cour de l’hôtel. Au vu de ce dispositif, nous avons tout de suite compris que la presse n’y avait pas sa place. C’est une réunion à huis clos, loin des projecteurs, caméras et appareils photos. « On n’a pas invité les journalistes » nous a soufflé, un agent. Malgré les masques, nous avons pu remarquer la présence de deux visages bien connus, avant de sortir de la salle, le ministre Koné Kafana, maire de Yopougon et Gaoussou Touré, ex ministre des Transports.

A la fin de la réunion, on notera la présence d’autres personnalités dont deux présidents d’Institutions, Koné Mamadou, président du Conseil constitutionnel et Ibrahime-Kuibiert Coulibaly, président de la Commission électorale indépendante (CEI), tous cadres du Grand Nord. Parmi les grands absents à cette réunion qui a duré de 16h30 à 17h50, le ministre d’Etat Kobénan Kouassi Adjoumani, qui avait déjà affiché clairement sa position, celle de ne pas prendre part à l’UGN dont il dit ne pas maîtriser tous les contours, selon ses dires dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux, après une révélation de l’avatar Christ Yapi. D’autres langues ont qualifié ce projet de 2è charte du Nord, sans oublier des déclarations de désolidarisation de certains cadres du Grand Nord, qui estiment que « ce projet n’est pas en adéquation avec le vivre-ensemble prôné par le pouvoir en place, dans la mesure où il a une coloration communautariste, voire régionaliste, chose qui semble contrevenir à la Constitution ivoirienne ».

Lire aussi:   FPI : « C’est Sangaré qui a conduit Laurent Gbagbo et Blé Goudé à la CPI », accuse le parti dans une déclaration

Avant de sortir de la salle, on a pu également saisir l’objet de l’Union, dans une déclaration lue par un cadre que nous n’avons pu identifier, du fait de la distance et du cache-nez. Il s’agit, a-t-il dit, de « mobiliser les ressources humaines et financières, en vue du développement socio-économique, culturel et environnemental ». L’Union travaillera aussi sur des thématiques spécifiques telles que la scolarisation de la jeune fille.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/Référendum : Une organisation des droits de l’homme se dit "préoccupée des appels au boycott et interdictions de manifester"

Autre remarque importante, nous n’avons pu remarquer la présence de ministres en fonction. Y en avait-il que nous n’avons pas vus, du fait des masques et de notre absence dans la salle? Difficile d’y répondre. On peut retenir que le projet de l’UGN est loin d’être accepté par la majorité des élus et cadres du septentrion ivoirien. Plus qu’un fiasco, on peut parler de boycott des élus et cadres qui ont visiblement boudé l’offre.

 

Afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here