Home Politique Côte d’Ivoire : « Le parrainage vient complexifier le processus et réduit...

Côte d’Ivoire : « Le parrainage vient complexifier le processus et réduit les chances d’avoir une élection ouverte » (Gnamien Konan)

Côte d’Ivoire : « Le parrainage vient complexifier le processus et réduit les chances d’avoir une élection ouverte » (Gnamien Konan)
Côte d’Ivoire : « Le parrainage vient complexifier le processus et réduit les chances d’avoir une élection ouverte » (Gnamien Konan)

Le président de La Nouvelle Côte d’Ivoire s’est prononcé sur l’opportunité du parrainage pour la présidentielle d’octobre 2020. Gnamien Konan a adressé une déclaration à l’attention de la Commission Electorale Indépendante (CEI) dans ce sens.

L’élection présidentielle du 31 octobre 2020 n’est pas une élection ordinaire. Elle s’organise dans un contexte qui ressemble étrangement à celui d’avant octobre 2010. L’élection d’octobre 2010, pour rappel, était censée mettre fin à la crise née de la rébellion et réconcilier les Ivoiriens. Deux des trois principales forces politiques du pays ont coalisé, combattu et vaincu la troisième qui détenait le pouvoir. La suite est connue: grave crise post électorale dont on n’est jamais sorti depuis.

Lire aussi:   Référendum : la nouvelle constitution ivoirienne adoptée à 93,42% des suffrages

L’élection à venir, pilotée par une CEI non consensuelle, annonce le schéma du DEUX contre UN, autrement composé. Rien ne nous garantit que la répétition de ce scénario mortifère refermera la parenthèse de 20 ans de crise militaro politique. La crise sanitaire du coronavirus, que personne ne maîtrise, vient compliquer davantage la situation et rend cette élection très spéciale. C’est dans ce contexte très peu rassurant qu’il est imposé aux candidats le parrainage des électeurs, comme condition supplémentaire à satisfaire.

Cette nouvelle exigence vient complexifier le processus et réduit les chances d’avoir une élection ouverte à tous. L’échec de d’enrôlement, qui n’a enregistré que un million de nouveaux majeurs pour plus de cinq millions attendus, confirme les inquiétudes. Cela doit interpeller tous les acteurs et surtout les décideurs et les conduire à plutôt faciliter les choses pour une élection présidentielle la plus transparente, la plus ouverte et la plus juste possible. Pour atteindre cet objectif, [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire fait les propositions suivantes à l’attention de la CEI.

Lire aussi:   Dissolution des commissions locales de la CEI : le gouvernement répond à l’opposition

1 – Faire un rapport au Gouvernement pour lui demander de surseoir à l’étape du parrainage pour l’élection présidentielle d’octobre 2020, pour les raisons évoquées ci-dessus. Surtout qu’en tout état de cause, dans une élection à deux tours, le premier tour tient lieu de parrainage pour tous les candidats.

2- À défaut de surseoir au parrainage, que cette opération soit organisée par la CEI qui invitera à se rendre dans les bureaux de vote, dans le cadre d’un véritable tour préliminaire en une seule journée tous les électeurs à parrainer les candidats en lice.

Lire aussi:   Condamnée à 20 ans: Le pourvoi en cassation de Simone Gbagbo rejeté

3- Dans un contexte de confiance qui est loin d’être le cas, nous aurions proposé le vote électronique. Faisons preuve d’imagination, de sagesse et de bonne volonté pour refermer, une bonne fois pour toute, la boîte de pandore ouverte par des élections présidentielles bâclées depuis 20 ans.

Gnamien Konan

Président de [email protected] Nouvelle Côte d’Ivoire

Source: afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here