HomePolitiqueCôte d’Ivoire : « La paix ne peut se faire aujourd’hui sans...

Côte d’Ivoire : « La paix ne peut se faire aujourd’hui sans Soro » (CMA-GKS)

Côte d’Ivoire : « La paix ne peut se faire aujourd'hui sans Soro » (CMA-GKS)
(FILES) In this file photo taken on January 29, 2020 Former rebel leader and would-be Ivory Coast presidential candidate Guillaume Soro poses during a photo session in Paris. - An Ivory Coast court on April 28, 2020, sentenced former prime minister Guillaume Soro to 20 years in jail on charges of embezzlement and money laundering. Soro, a former rebel leader and a candidate in presidential elections this October, currently lives in exile in France. (Photo by Lionel BONAVENTURE / AFP)

Proche parmi les proches compagnons du leader de Générations et peuples solidaires, Coulibaly Sié, porte-parole de la Coordination des mouvements et associations de soutien à Guillaume Kigbafori Soro (CMA-GKS), estime que pour bâtir une paix durable en Côte d’Ivoire, le régime Ouattara ne peut se payer le luxe de laisser à la touche l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Quels sont vos vœux en ce début d’année ?

Mes vœux vont d’abord à l’endroit du Président Guillaume Kigbafori Soro à qui je souhaite santé et grand succès. Je souhaite ensuite une année de succès pour nos mouvements, partis, militants et à l’ensemble des populations ivoiriennes. Que cette année marque la fin du supplice des responsables et militants de GPS.

Je souhaite au contraire que cette nouvelle année marque le triomphe de notre cause commune, car nous avons endossé un combat difficile de la libération totale de la Côte d’Ivoire. Rien ne doit nous détourner de la trajectoire : notre combat est celui de la Cote d’Ivoire. Dans ce combat, d’autres nous ont quitté, d’autres hésitent, d’autres viennent. Mais notre détermination demeure intacte. Ce combat, nous allons le mener jusqu’au bout, grâce à notre confiance réaffirmée au Président Guillaume Kigbafori Soro.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: MFA, la nouvelle Direction annonce la redynamisation du Parti et ne se reconnait pas proche d'Anaky Kobenan

Quelle est votre position sur le débat de la fusion des mouvements et partis de la famille soroïste ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que la CMA-GKS est une entité à part entière de GPS. En effet, dès le lancement de ce mouvement par le Président Guillaume Kigbafori Soro, tous les mouvements de la CMA-GKS ont commué leurs cellules en Comité locaux citoyens (CLC) tel que recommandé par notre leader. Nous avons durement travaillé à l’adhésion à GPS sur tout le territoire national.

Force est de reconnaître que nous avons adopté les slogans et devise de GPS. L’unicité est une exigence de départ et d’arrivée pour un mouvement politique qui aspire à gouverner un pays surtout quand il a un grand leader comme SEM Guillaume Kigbafori Soro. Force est de reconnaître que c’est la diversité des couleurs qui font la beauté d’un tapis selon le sage Hampathé Bah.

Le tapis étant GPS, les mouvements et les partis représentant les couleurs. Unis dans GPS, nous serons cette puissante machine politique à l’image du Président Guillaume Kigbafori Soro. Il nous faut donc aller vite à l’unicité libre et volontaire car celui qui ne travaille pas pour le rayonnement de GPS est contre Guillaume Kigbafori Soro, le repère et l’avenir.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Odilon Kossonou premier ivoirien qui va évoluer avec le club Belge du FC Bruges

Après les événements du 23 décembre 2019, du 31 octobre 2020, êtes-vous encore confiants en des lendemains meilleurs pour la galaxie soroïste ?

Retenons que les généraux gagnent la bataille mais c’est le peuple qui gagne la guerre. Avec Guillaume Kigbafori Soro, nous portons avec le peuple le fardeau ensemble. GPS reste une alternative sérieuse au changement démocratique en Côte d’Ivoire. Si on n’y prend garde, si on ne forme pas des cadres, la Côte d’Ivoire va s’effondrer car les modèles du monde juvénile demeurent la perversion des mœurs socioculturelles, politiques et économiques.

C’est énorme le travail qu’il y à faire, surtout quand les questions de devoirs et cas de force majeur priment sur la Constitution. En effet, la relève de demain ne doit pas être dans la compromission. GPS est une école de principes et de vertus. On ne doit pas confondre faire la politique et avoir des postes. La politique, ce n’est pas la trahison, l’argent et la compromission. Il nous faut une nouvelle race d’hommes politiques.

Lire aussi:   Meeting de l’opposition: Mabri Toikeusse appelle à « barrer la route à Alassane Ouattara »

A GPS, il est de plus en plus question de ne pas aller aux élections législatives. Approuvez-vous cette posture ?

Le GPS reste conforme à ses principes, nous n’allons pas marcher sur des cadavres pour légitimer un pouvoir en quête de légitimité. Nous n’allons pas engager une bataille sachant que la Constitution est éternellement violée malgré les cris du cœur sans précédent en Côte d’Ivoire. Nous n’allons pas aller en campagne avec nos cadres en prison, sous contrôle judiciaire, en exil… N’oublions pas, nous sommes la machine que Ouattara veut décapiter.

Et pourtant, la paix ne peut se faire aujourd’hui en Côte d’Ivoire sans Guillaume Kigbafori Soro. Partir à ces élections serait pour nous-mêmes une grave inconséquence. Cela voudrait dire que nous acceptons d’accompagner un régime qui a braqué la Côte d’Ivoire.

Quel est l’intérêt d’aller consolider une dictature ? Est-ce que le peuple a accepté que sa Constitution soit violée ? Soyons raisonnables avec nous-mêmes, cette Assemblée nationale où pour un tweet un député part en prison… Il serait malséant d’associer l’image de GPS qui veut faire la politique autrement à cette autre mascarade qui se prépare.

Générations Nouvelles