Home Politique Côte d’Ivoire : la paix des braves n’est pas encore au rendez-vous

Côte d’Ivoire : la paix des braves n’est pas encore au rendez-vous

Côte d'Ivoire : la paix des braves n'est pas encore au rendez-vous
Côte d'Ivoire : la paix des braves n'est pas encore au rendez-vous

Les signes d’une rupture de dialogue entre pouvoir et opposition semble consommés. A lire et écouter certaines déclarations d’acteurs politiques, les points de vue semblent 《 inconciliables 》pour ramener la paix dans le pays.

C’est l’opposition ivoirienne, par son chef de file, l’ex president Henri Konan Bedié qui a annoncé les couleurs, en conditionnant la reprise du dialogue,avec le pouvoir, par la libération immédiate de tous les prisonniers politiques et le retour des exilés au bercail.

Pour le pouvoir d’Abidjan, ces préalables sont injustifiés et assimilables à du chantage. Plus fort, d’autres voix vont jusqu’à s’élever, au niveau du RHDP, pour dénoncer cette attitude de l’opposition qui entretient un climat de tensions dans le pays. Selon eux, la justice doit faire son travail, et il ne sera pas question de libérer des personnes qui ont appelé à des troubles ayant entraîné de nombreuses victimes et d’importants dégâts matériels.

Lire aussi:   Quand « Guillaume Soro change de stratégie pour faire tomber le pouvoir Ouattara »

Toujours dans sa logique de régler ses comptes, le pouvoir d’Abidjan a émis un mandat d’arrêt international contre M .Soro Guillaume, acteur incontournable faisant partie de la coalition de l’opposition, ainsi que contre deux de ses collaborateurs.

Dans la même veine, des opposants sont activement recherchés ou interpellés.

Chose qui alimente encore la suspicion et une véritable crise de confiance grandissante entre pouvoir et opposition.

Pourtant, lors de leur rencontre du 11 novembre 2020, il était question de briser la glace qui empêchait la discussion. Il est évident que cette entrevue qui avait suscité tant d’espoir, nous laisse encore sur notre faim.

Lire aussi:   Nathalie sur l’affaire Affi : « Il ne s’agit pas de le filmer en lui faisant dire qu’il va bien »

Hier , lors d’une journée consacrée par l’opposition à l’inhumation de victimes tombées pendant les manifestations, des échauffourées vite circonscrites, se sont signalées à Bonoua et à Daoukro.

Preuve que la paix et la réconciliation nationale tant recherchés n’est pas encore au rendez-vous. Au lieu d’assister à des propos d’apaisement, nous assistons plutôt à des discours de défiance de part et d’autre, exacerbant de plus en plus les tensions dans les coeurs.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : CPI, les juges à la majorité refusent une déclaration orale de Blé Goudé sans prêter serment, ses partisans restent sur leur faim

Cela est bien dommage mais apparemment la paix des braves n’est pas encore au rendez-vous.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here