HomePolitiqueCôte d’Ivoire : « Je jure que le 23 décembre 2019, aucun projet...

Côte d’Ivoire : « Je jure que le 23 décembre 2019, aucun projet de coup d’Etat n’avait été planifié » (Pro-Soro)

Côte d'Ivoire :
Côte d'Ivoire : "Je jure que le 23 décembre 2019, aucun projet de coup d'Etat n'avait été planifié" (Pro-Soro)

Lundi 23 décembre 2019, mercredi 23 Décembre 2020. Un an jour pour jour qu’un projet d’arrestation de Guillaume Soro avait été planifié.

Projet confectionné depuis Septembre 2019. Et Guillaume Soro le savait. C’est pourquoi, pour réduire les risques, ce 23 Décembre 2019, il a choisi de rentrer dans son pays à bord d’un avion privé. Au cas où. Et il n’a pas eu tort vu la suite des événements.  Un an jour pour jour que certains de nos compagnons de lutte, présents au siège de GPS ce jour là, ont été arrêtés et jetés en prison avec des accusations fallacieuses et fausses de tentative de coup d’Etat.

Un an jour pour jour que certains compagnons de lutte, collaborateurs et frères de notre mentor Guillaume Guillaume Soro sont maintenus en prison sans jugement.  Il s’agit du Ministre Alain Lobognon, de Soul To Soul, de Sekongo Felicien, de Simon Soro et de Soro Rigobert, ces derniers, frères consanguins de Bogota. Ce jour là, n’eut-été la protection de Dieu, j’aurais peut-être fait partie des prisonniers de ce jour car j’étais avec eux,au siège de GPS,dans le bureau de Soul To Soul.

En effet, j’étais avec eux la peur au ventre, vu les informations qui nous parvenaient sur le sort qui était réservé à notre mentor dès qu’il atterrissait à Abidjan. Grâce à Dieu, nous avons réussi à détourner la trajectoire de son avion qui a fini par atterrir au Ghana. Il fallait donc faire une conférence de presse pour informer l’opinion nationale et internationale sur les raisons qui ont empêché l’atterrissage, au GATL, de l’avion qui transportait notre mentor. Et c’est le Ministre Alain Lobognon qui avait été désigné pour animer cette conférence de presse. En attendant donc le début de cette conférence de presse prévue pour 15h ,après l’atterrissage de l’avion de Guillaume Soro à Accra à 14h,j’ai décidé de faire un tour chez moi à la maison afin d’y régler certains détails. C’est ce qui m’a sauvé de l’arrestation ce jour là.

Lire aussi:   « Guillaume Soro en voyage officiel bientôt au Nigeria et dans la sous-région ouest africaine »

Car c’est en étant à la maison, aux environs de 15h30, que je reçois des informations selon lesquelles le siège de GPS, où se trouvaient mes compagnons de lutte, était en train d’être attaqué par des forces parallèles encagouléés. Pris de peur pour mes compagnons, je me suis aussitôt engouffré dans ma voiture pour essayer de les y rejoindre. Devant l’ambassade des États-Unis attenante au siège de GPS, je suis stoppé par les gaz lacrymogènes lancés par ces forces parallèles qui essayaient de disperser les Soroistes, nombreux devant le siège. J’ai du rebrousser chemin et me mettre à quelques encablures du siège afin d’observer, impuissant, à la scène apocalyptique qui se déroulait devant moi. Ce n’est que tard le soir que je suis rentré chez moi après avoir appris l’arrestation de certains de mes compagnons.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Bédié continue de recevoir mouvements et associations à Paris

Une semaine après leur arrestation, je suis allé leur rendre visite à la Maca. Et quelques jours après cette visite, mes compagnons de lutte ont été dispersés dans les prisons de l’intérieur afin de leur casser le moral. Ce 23 Décembre 2019 me fait penser à ce jour où, voyant le déploiement policier qui avait été mis en place par le pouvoir le jour de l’accueil de Guillaume Soro, devant le domicile de mon mentor, en compagnie de mon triplé Konaté Zié, j’avais appelé mon épouse pour lui dire de s’apprêter à aller me rendre visite le lendemain à la Maca car j’étais convaincu qu’il y aurait ce jour là des arrestations.

Et je jure sur Dieu que ce jour là, mon triplé Konaté Zié et moi nous nous étions préparés psychologiquement à aller en prison au nom de notre  détermination à vouloir réserver un accueil favorable et inoubliable à notre mentor.  Mais Dieu n’a pas voulu que je fasse partie, ce jour là, des prisonniers Soroistes. Et Il sait pourquoi. Je souhaite vivement qu’en ce jour anniversaire de la date d’arrestation de mes compagnons encore en prison, Dieu touche le cœur du gourou du Restaurant afin qu’il ordonne leur libération et qu’il annule toutes les charges portées contre Guillaume Soro et ses compagnons d’infortune en exil et sous le coup d’un mandat d’arrêt international.

Lire aussi:   Soro regrette-t-il son divorce d’avec Ouattara ? : son curieux message ce dimanche 31 mai 2020

Je jure sur Dieu, sur la tête de mes enfants que j’aime profondément , que ce 23 Décembre 2019, aucun projet de coup d’Etat n’avait été planifié ni par Guillaume Soro ni par ses compagnons arrêtés et jetés en prison.  C’est un mensonge d’Etat qui a été collé sur leur dos afin de justifier leur arrestation et emprisonnement.  La preuve en est que ceux parmi eux qui ont été libérés et qui ont rejoint le Restaurant,  ont été innocentés,dans les faits, de cette accusation de tentative de coup d’État qu’on a collée sur leur dos. Heureusement que seuls nos amis du Restaurant sont ceux qui croient en ce complot ourdi contre Guillaume Soro et ses compagnons d’infortune.

Ce complot que j’ai baptisé LE COMPLOT DE LA BANDE AUDIO.

Car c’est un extrait d’une bande audio qui a été brandie pour accuser Guillaume Soro d’une tentative de coup d’Etat. Complot qui a été utilisé comme prétexte pour engager contre lui un procès expéditif sur une accusation grotesque de détournement d’un bien de l’Etat afin de l’exclure de la compétition électorale présidentielle. Ça là, tous les ivoiriens sensés le savent. Seuls nos amis du Restaurant, dont la cervelle est détruite par les plats infectes du Restaurant qu’ils ingurgitent à longueur de journée, croient à cette fadaise de tentative de coup d’Etat. Mais Dieu est grand. Il saura nous venger en sanctionnant les ingrats et les méchants.

source: opera